Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Plus de 100.000 morts, 250.000 blessés, 1,5 millions de sans abri, plus de 3 millions de personnes touchées. Le bilan s’alourdit.

Les Haïtiens tentent de survivre,  des émeutes de la faim ont été signalées.

Après l’émotion et la compassion humanitaire, les questions viennent, pourquoi une telle ampleur à ce séisme, ce chaos et Après ? Reconstruire, oui mais comment, pour qui ?

Les scientifiques expliquent :

On sait depuis longtemps que Haïti est une zone à risque. Si la secousse a été aussi dévastatrice et meurtrière, c’est parce qu’elle a frappé un pays d’une très grande vulnérabilité dans ses constructions, ses infrastructures, ses moyens de secours.

Auguste Léon Philippe, professeur d’histoire et de philosophie des sciences est  Haïtien. Il explique dans un entretien à « l’Humanité » : « Le développement des pays sous-développés n’entre pas du tout dans les intérêts des grandes puissances. Car aider un pays à se développer réellement, c’est perdre son marché, ses sources de matières premières et de main d’œuvre à très bon marché… J.B. Aristide, installé à la tête du pays par les USA où il vivait, après la destitution des dictateurs Duvallier et fils,  avait abaissé le taux des barrières douanières  de 55 à 5%. Résultat, la production du riz qui nourrissait le pays a été abandonnée pour permettre l’importation du riz de Floride. Aristide a vendu les entreprises publiques. Le Président actuel, Robert Préval vend la poste. C’est une liquidation systématique du patrimoine national, le pays est pillé de toutes ses richesses… ».

80% des Haïtiens vivent avec moins de 2 dollars par jour. Haïti a 1 milliard de dollars de dette.

Il est évident que le système de sécurité de la population n’est pas la préoccupation des puissances capitalistes qui dominent le pays. Dans la dernière période Haïti avait subi quatre cyclones, les mêmes qui ravagèrent Cuba. Léon Philippe fait le bilan comparé : « La Havane a pris les mesures, la population est entraînée : 4 morts. En Haïti, cela n’existe pas : 800 morts ».

S’il est vrai que les séismes sont difficilement prévisibles à court terme, il existe cependant des moyens scientifiques qui permettent aujourd’hui de limiter les répercussions du choc. Les systèmes d’alerte précoce sont développés au Japon et aux Etats-Unis. Ainsi entre le déclenchement d’un séisme et le choc des ondes destructrices, quelques dizaines de secondes voire quelques minutes peuvent s’écouler. Minutes qui peuvent permettre d’arrêter les trains, de couper l’électricité voire d’évacuer des habitations et sauver ainsi des vies. Inutile de dire qu’Haïti ne dispose d’aucun de ces systèmes d’alerte, pas plus que n’en disposaient les pays du Sud Est Asiatique victimes du Tsunami. Pourquoi ? Poser la question c’est y répondre. La construction d’immeubles antisismiques est depuis longtemps une réalité dans tous les grands pays capitalistes du monde. Qu’attend-on pour en édifier partout où cela est prioritaire ?

Une conférence Internationale. Pour quoi ?

Les USA, La France, le Canada organisent une Conférence International à Montréal le 25 janvier sur les décombres haïtiens.

A travers l’aide humanitaire urgente, on voit déjà la rivalité des grandes puissances capitalistes s’exercer sans vergogne. A qui la mainmise sur le pays ? A qui les marchés de la reconstruction ? A qui le pillage (bien réel celui-là) des ressources minières et autres ? A qui la mainmise sur cette région stratégique ? Les USA occupent militairement le terrain. Les autres veulent de la place.

Malgré les envolées des médias d’un lyrisme douteux sur la générosité des états, celle-ci s’élève à ce jour à moins de 300 millions de dollars. Il y a un peu plus d’un an en quelques jours 2.000 milliards de dollars furent débloqués pour sauver le capitalisme mondial. Chaque année les dépenses militaires mondiales officielles (donc fortement minorées) engloutissent 1.464 milliards de dollars. Comparez !

source : "site communistes"

Commenter cet article