Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par DIABLO

tillon1.jpg

appel-tillon-17juin40

 

 

 

 

 

 

Charles Tillon, auteur de cet appel, est élu en 1936 député communiste d’Aubervilliers.

Il devint le principal dirigeant des Francs-Tireurs et Partisans Français (F.T.P.F).

tillon-ftp.jpg

 

 

Les Jeunes communistes, le Parti communiste et les associations d'anciens combattants se sont réunis hier pour commémorer l'appel lancé par Charles Tillon près de Bordeaux, le 17 juin 1940. Cela fait sept ans que nous nous réunissons ici pour demander que soit apposée une plaque à l'endroit même où Charles Tillon lança le premier appel à résister en France. Son appel eut une résonance particulière dans le secteur de l'aviation, qui connut une forte activité de résistance. L'appel eut lieu dans le moulin des époux Souques, où était installée une blanchisserie. Ses exploitants, sous couvert de leur activité, furent des résistants au fascisme et à l'envahisseur hitlérien. Le 25 août 1942, Mme Jeanne Souques y fut arrêtée. Déportée à Auschwitz-Birkenau, elle y succomba le 1er avril 1943. Henri Souques fut arrêté peu après. Déporté à Mauthausen, il en revint en 1945. Les Jeunes communistes se sont exprimés en ces termes.

 

 

 

Le 17 juin 1940, le Maréchal Pétain prononçait un discours radiodiffusé dans lequel il annonçait aux Français la capitulation militaire et politique de la France. Charles Tillon, délégué par la direction du Parti communiste, fut le premier à répondre publiquement, ici, à Gradignan. L'appel qu'il lançait était clair et sans compromis : il fallait résister au fascisme sur le sol de France, avec les forces vivantes du pays. Le lendemain le Général de Gaulle invitait à poursuivre les combats auprès de lui à Londres. Ces deux appels préfiguraient chacun à leur manière la résistance militaire extérieure, et la résistance citoyenne à l'intérieur du pays.

 

 

L'appel de Charles Tillon est plein de la politique des communistes, de la politique qu'ils menaient depuis longtemps contre les "200 familles" avec le Front populaire, dénonçant le fascisme et les accords de Munich. C'est une référence claire aux appels lancés dès les premiers jours de l'invasion allemande par le PCF à la défense de Paris. Et c'est enfin une dénonciation évidente de la "drôle de guerre" qui ne fut pas tant dirigée contre l'Allemagne que contre l'Union soviétique et mena des armées entières, comme l'avait alors remarqué Marc Bloch, à déposer les armes.

 

 

Le combat qu'il fallait mener alors n'était pas une simple lutte militaire. C'était un combat intégral contre le fascisme et les politiques de misère qu'il allait bientôt instaurer en France. Et il a sans doute fallu beaucoup de courage et d'abnégation pour que le PCF maintienne sa conduite malgré toutes les difficultés, malgré l'enfermement dans des camps de ses députés, pas par les nazis mais par le gouvernement Daladier. Malgré son interdiction. Malgré l'expulsion, ici à Bordeaux par le maire Adrien Marquet, des syndicats proches des communistes. Dans son ouvrage, Georges Durou [1] rappelle cette phrase terrible de Léon Blum : "C'était inévitable".

 

 

Cet appel est donc un symbole fort. Et il l'est particulièrement pour les jeunes communistes. Il permet aux nouvelles générations de se pencher sur l'histoire de la Résistance et sur la place qu'y occupèrent les communistes, trop souvent salie par le discours dominant. C'est un appel qui nous touche particulièrement en Gironde, parce qu'il nous permet de ne pas oublier cette histoire militante locale que nous continuons aujourd'hui.

 

 

 

J'en viens donc à la raison qui donne sans doute toute son importance à cette commémoration. Les nouveaux avatars du fascisme n'ont jamais été aussi forts en France et en Europe. Nous n'oublierons pas de si tôt le score du Front national à cette élection présidentielle, pas plus que toutes les collusions à droite qui l'ont fait monter et permettront peut-être dimanche l'élection de quelques députés. Cette politique du Front national, nous avons choisi de la combattre avec la JC, à la fois en soutenant le Front de gauche dans sa démarche, mais aussi par notre travail militant quotidien : contre le racisme et pour la solidarité, pour l'emploi des jeunes, l'accès de tous à la formation et à des études... Bref par un travail de fond et de longue haleine contre un capitalisme en crise et les conséquences terribles qu'il peut avoir sur la vie des gens.

 

Gradignan, le 15 juin 2012

 

[1] Militant des Jeunes communistes à l'époque, et du PCF aujourd'hui, il fut emprisonné au fort du Hâ puis déporté en Allemagne. Il est l'auteur de l'ouvrage Mes printemps de barbelés, éditions Les nouvelles de Bordeaux et du Sud-Ouest, 2011.

 

Source : « Jeunes communistes de la Gironde »


Commenter cet article

CCL 19/06/2012 09:56


Salut Henri!


Oui , le sort pitoyable que les Camarades Thorez et Duclos ont reserve aux Camarades Tillon, Marty et Lecoeur dans les annees 50.


C'etait totalement injustifie, a croire que Thorez et Duclos avaient attrape le virus de "sale caracterite aigue" qui avait afflige Staline durant plusieurs periodes de sa vie, du genre accuser
de "trahison" l'epouse de Molotov, et soupconner ce dernier d'etre un espion anglais (sic!).


Et d'un autre cote, ce fut un triste spectacle de voir , dans les annees 60-70 , ces heros historiques de la lutte armee anti-faf  sombrer dans l'ideologie revisionniste et meme
social-democrate (Tillon et Lecoeur). Le Camarade Marty lui , ne renia jamais le marxisme-leninisme jusqu'a la fin.

Henri 18/06/2012 23:51


l'appel de Charles Tillon est remarquable , à méditer surtout quand on connaît le sort q ue lui a fait le PCF après guerre


Henri

Tourtaux 18/06/2011 22:15



J'ai déniché cet article chez des JC du 59. J'avais déjà l'an dernier honoré ce camarade qui doit se retourner dans sa tombe de voir l'état de décomposition dans lequel est réduit le PCF.