Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

huma-front-popu.jpg

En 1936, Le Front populaire a ignoré la question coloniale.

Si son programme prône « la justice pour les indigènes des colonies », concrètement, il se limite à prévoir la constitution d'une « commission d'enquête parlementaire » chargée de s'informer « sur la situation politique, économique et morale dans les territoires français d'outre-mer ».

Créée en juillet 1936, cette commission suspend son activité en février 1938 sans aucun résultat.

La seule mesure à mettre au crédit du Front populaire est l'amnistie partielle accordée aux prisonniers politiques : 1.100 détenus sur 1.900 sont libérés des bagnes.

Pour l'Algérie, un projet de loi visant à conférer la qualité d'électeurs à 25.000 « indigènes » - sur 6 millions - est abandonné en dépit de sa portée très limitée.

Parmi les raisons qui expliquent cette inaction figure la présence du Parti radical parmi les partis constitutifs du Front populaire. Celui-ci est un partisan résolu de la politique coloniale de la France et est opposé à toute forme d'autonomie ou d'indépendance des peuples colonisés.

Le Parti communiste, lui-même, estime que « l'intérêt des peuples coloniaux est dans l'union avec le peuple de France ». Il s'oppose aux revendications nationalistes et condamne les soulèvements des populations des colonies au prétexte qu'ils pourraient être suscités ou exploités par les puissances fascistes. [1]

Pour Mathias Bernard [2],« la politique coloniale du Front populaire laisse apparaître un écart considérable entre des intentions réformatrices et une action qui conduit finalement au statu quo, faute d’une volonté politique affichée par Léon Blum ». [3]

Quant au dirigeant tunisien Habib Bourguiba, il résumera le sentiment qui prévaut au sein des mouvements de libération :

« Le Front populaire n'a pas désarmé ses adversaires, mais il a déçu ses amis ».

●●●

[1] Michel Margairaz, Danielle Tartakowsky, Une histoire du Front populaire, l'avenir nous appartient, Larousse, 2006.

[2] Mathias Bernard, Le Front populaire, Essentiels Milan, 2006. Mathias Bernard est professeur d'Histoire contemporaine à l'université de Clermont-Ferrand II.

[3] Alors que les armées françaises et espagnoles massacraient les populations du Rif au Maroc, Léon Blum déclare en 1925 : « Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d'attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même niveau de culture ».

Jean-Pierre Dubois

Source: Le Petit Blanquiste

 

 

 

Commenter cet article

COTTY 30/12/2012 10:42


MERCI JEAN-PIERRE POUR L'INFORMATION.