Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Le Diablo

hollande-sarkozy-etc.jpg

Le 12 Avril 2014 :

Non à la politique austéritaire et au pacte de responsabilité! 

Non à l'UE et au capitalisme qui les ont enfanté!

 

Après le désastre des municipales le PS et Hollande prétendent interpréter le désaveu massif des électeurs comme une invitation à accentuer la politique austéritaire qu’ils veulent mettre en oeuvre plus vite, plus fort.  Pour cela il ont choisi Manuel Valls comme premier ministre. Les députés socialistes, à l’exception de onze d’entre eux, ont voté la confiance  à Manuel Valls. Tout comme la majorité des Verts.  La fronde, orchestrée par les médias n’était donc qu’un artifice destiné à tromper les électeurs de gauche qui avaient déserté les urnes ou fait d’autres choix. Les députés communistes ont voté contre. Enfin.

Tout changer pour que rien ne change

En réalité ils feignent de tout changer pour que rien ne change.  Les socialistes-libéraux ne remettent en cause ni la mondialisation capitaliste, ni l’intégration européenne. Or c’est ce qu’il faudrait changer pour répondre aux attentes des salariés, des agriculteurs, des petites entreprises.  Contrairement à ce qui dit un responsable du PCF, Valls ne « boxe » pas « contre son camp », il a choisi son camp , tout comme les dirigeants du PS: celui de la droite et des patrons.  On se demande bien pourquoi la droite a voté contre.  C’est son programme.

C'est le Medef qui est content

Ce que Sarkozy n’avait pas osé faire, Manuel Valls le propose : il a eu beau  répéter plusieurs fois « ouvriers » ou « employés », ce sont les patrons qu’il satisfait: exonérations des cotisations salariales, réduction des dépenses de l’Etat, de la sécurité sociale, des collectivités locales.  Il va tuer la sécurité sociale et les services publics.  C’est ce que le Medef voulait, mais il n’a pas encore assez de profits et "reste sur sa faim"…   Alors, la prochaine fois, qu’est-ce que le gouvernement va encore concéder  au grand patronat ?
 

 

Pas un mot sur le coût du capital, sur les 312 milliards de revenus financiers non soumis à la cotisation sociale, sur les 50 milliards d’exonérations de cotisations patronales, sur les 30 milliards récemment donnés aux patrons en faisant sauter les cotisations familiales, pas un mot sur les 100 milliards d’évasion fiscale.

Ni démocratie, ni justice

Décidément, il n’y a ni démocratie ni justice dans ce système capitaliste où l’État ménage les patrons voyous et traite en délinquants des syndicalistes luttant pour l’emploi.

 

Les hypocrites  – UMP-PS-UDI-Modem- pleurent tous en chœur sur la désertion des urnes et la montée du FN mais ils font tout pour cela.  Les votes des électeurs sont traités par le mépris.  2005, vote non à la politique européenne : elle est appliquée de force. 2012, la politique de Sarkozy est rejetée : les socialistes l’aggravent.  En Mars 2014, grève des urnes et désaveu cinglant de la politique de Hollande : le plus droitier des ministres socialistes est appelé pour renforcer la politique d’austérité !

 

Ne comptons que sur nous-mêmes

 

Nous ne devons garder aucune illusion. Ils ont décidé, à droite comme dans le camp socialiste de ne pas tenir compte de nos votes ou de notre abstention.  Nous ne serons entendus que si nous nous retrouvons dans les luttes contre cette politique européenne austéritaire.  Unis fortement contre ces dirigeants, nous pouvons beaucoup.  Nous n’avons que faire d’hommes ou de femmes providentiels qui détournent les votes des électeurs.  Ne sommes-nous pas capables de faire ce qui a été fait en 1936 ou en 1968 ?  Ne sommes-nous pas capables de bloquer l’économie pour faire rendre gorge à ceux qui nous saignent ?  Contre la dictature européenne, contre l’absence totale de démocratie, il ne nous reste que les luttes sous toutes les formes.

 

Il faut cesser de vanter une illusoire "Europe sociale"

 

Dans ces conditions, il faut cesser de vanter une illusoire « Europe sociale » qui paralyse les luttes et l'action politique. Pour échapper au choix entre le PS européiste et le FN faux patriote, la France doit sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN.  C'est le voeu de nombreux salariés, ouvriers ou employés.  C’est la seule manière de rompre avec la domination capitaliste, c’est notre seule chance de nous en sortir.  Nous pourrons ainsi choisir de construire la société que nous voulons, une société socialiste, autogestionnaire, à la française.


Marchons le 12 avril contre le pacte de responsabilité-austérité
 

En conséquence, nous soutenons la marche du Samedi 12 avril, pour dire non à l’austérité, non au pacte de responsabilité.  Toute lutte contre l’austérité européenne est à soutenir.  Mais nous ne nous faisons aucune illusion sur l’UE.  Elle n’est pas réformable.

 

Nous appelons également  à dire non à la mondialisation capitaliste et à l’intégration européenne qui ont enfanté l’austérité européenne.  Nous disons également non à la criminalisation de l’action syndicale dont sont victimes tant de syndicalistes qui refusent l’ordre capitaliste européen. Nous voulons que nos régions, notre pays soit réindustrialisés. Nous refusons cet euro qui casse nos acquis sociaux, nos services publics, nos entreprises nationales. 

 

« Ni Dieu, ni César, ni tribun,
C’est nous le droit, c’est nous le nombre ».
 
 

Action Communiste

 

source: http://www.actioncommuniste.fr/

 

Commenter cet article