Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par DIABLO

Les chiffres sur la fiscalité révèlent des pratiques autant anti-démocratiques qu'antiéconomiques: elles consistent à prélever 42 % des revenus du travail contre 18 % sur le revenu des entreprises. Plus fort encore : l’impôt pèse trois fois plus sur les PME que sur les grandes, et 4% d’entre elles (dont la plus grande, TOTAL) n'en paye pas du tout: les dizaines de milliards ainsi engrangés par les entreprises du CAC 40 leur permettent d'afficher 83 milliards de profit dont 40 seront distribués aux actionnaires sous forme de dividendes !

Ainsi, ce sont les salariés qui compensent, en tant que contribuables, le manque à gagner. Si encore ces exonérations étaient favorables à l'emploi, à la consommation sociale (santé et éducation, …). Au contraire, c'est une véritable rente antiéconomique, des milliards jetés par les fenêtres; un trou sans fond.

La déclaration tapageuse et provocatrice de F. Fillon prônant le recul de la retraite à 67 ans nous rappelle une nouvelle fois que cette question ne sera pas réglée dans les isoloirs au printemps 2012.

 

Présidentielles 2012, un non choix qui ne concerne pas les salariés

Une élection, c'est un choix, un choix entre des options politiques, économiques, sociales différentes. Mais pour la première fois, 62 % des sondés tiennent pour semblables les solutions présentées par la droite comme par la gauche face à la crise grave qui affecte le pays. Ainsi un magazine revendiquant un « anti-sarkozysme de bon-aloi » présentait de multiples propositions pour « battre Sarko » mais patatras !! Au détour d'un alinéa, on pouvait lire qu’il fallait: « réduire le coût du travail, réduire les dépenses sociales, baisser les impôts ». Le terrible triptyque du néo-libéralisme, enseigné par le professeur DSK à ses étudiants avant qu'il ne l'applique en 1996 en tant que ministre du gouvernement Jospin; c'est également le socle du programme de Sarkozy-Lagarde, des gouvernements socialistes de Grèce et d'Espagne ou de celui de la droite berlusconienne en Italie. « Réduire le coût du travail », c'est un véritable cri de guerre contre les salariés, une idée aussi vieille... que le capitalisme, au point que K. Marx le nommait « capital variable » voilà 150 ans.

 

Le salarié, d'abord un producteur.

Le problème, c'est que les uns et les autres considèrent le salarié comme un simple consommateur. D'où l'idée que la crise est due à l'excès de consommation des salariés « trop de médicaments, trop d'arrêt maladie, trop de congés, il vit au dessus de nos moyens ». Et de sanctifier « le salarié chinois qui consomme peu ». Or en 2008, le PDG de Renault (8,2 millions de salaire annuel!) demanda à ses services une étude de faisabilité de la Clio en Chine: Stupeur ! A égalité d'investissement, le coût du travail était équivalent car il fallait 7 salariés en Chine pour produire le même véhicule quand un seul suffisait à Cléon et Douai! Qu’on n’aille pas imaginer que les salariés chinois souffrent d'une infériorité de caractère génétique: simplement leur productivité est trop récente (nul doute qu’ils l'atteindront en produisant).

La productivité du travail est le résultat de la qualification, de l'expérience, de la santé et de l'éducation globale à un moment donné, historique. Le niveau technologique des moyens de production n'y suffit pas, il faut que les producteurs soient au même niveau. Or dans tous les pays, et surtout en France, c'est précisément aux producteurs que le pouvoir tente d'imposer la réduction des salaires, du nombre d’emplois, des budgets sociaux dont notamment l'enseignement et la santé: un véritable recul de civilisation. Pourtant c’est connu : « qui consomme peu, produit peu »  et cela entraine chômage et sous-emploi.

 

Investir la source du pouvoir...

Au fil des années, le capital s'est accumulé en une centaine de groupes géants écrasant sur son passage tous les salariés, soit 91% de la population active. Ces groupes dominent toutes les catégories d'activité et surtout ont investi le pouvoir politique en en faisant, avec le pouvoir présidentiel, son bras armé!

Ainsi, lorsque Sarkozy ou l'un de ses ministres s'exprime, c'est au nom des conseils d'administration de ces groupes, le véritable gouvernement de la France actuellement. Le vrai pouvoir politique est celui que les groupes financiers exercent dans leurs conseils d'administrations représentant les actionnaires.

C'est une anomalie, un non sens. Le temps est venu pour les salariés de conquérir ces lieux de pouvoir, non pas aux côtés des actionnaires, mais en remplacement de ceux-ci, réalisant ainsi une avancée considérable de la démocratie en faisant du travail collectif, le gérant collectif et autonome de l’économie.

 

Pour les salariés, prendre conscience de leur place exclusive dans la production des richesses et du potentiel de leur force collective à changer le cours des choses, tel est l’enjeu de la période !

Elie Dayan

Rouges Vifs Ile de France

26 septembre 2011

Commenter cet article