Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

informations-ouvrieres

Mettre en échec

le “pacte de responsabilité”


L’ÉDITORIAL d’INFORMATIONS OUVRIÈRES
par Daniel Gluckstein,
Secrétaire national du POI.

Un « marché de dupes » auquel il « ne croit pas » : ainsi s’exprime Jean-Claude Mailly (CGT-Force ouvrière) sur le « pacte de responsabilité » après sa rencontre avec Ayrault, le 27 janvier. Un « pacte entre François Hollande et Pierre Gattaz » dans lequel « nous ne rentrerons pas » : la réaction de Thierry Lepaon (CGT) va dans le même sens.



Pour ces deux confédérations issues historiquement de la vieille CGT, impossible de cautionner le plan Gattaz-Hollande de détournement de 36 milliards d’euros de cotisations familiales vers les patrons et d’amputation de 50 milliards d’euros de la dépense publique.


C’est un fait : la classe ouvrière n’a d’autre choix que de rassembler ses forces, avec ses organisations, dans l’unité, pour préserver la Sécurité sociale financée par le salaire différé. Pas d’autre choix que de saisir ses organisations pour créer les conditions de la mobilisation et du rapport de force pour mettre en échec le pacte de responsabilité.



Qu’en est-il au plan politique ? Le journal L’Humanité donne la parole, ce 28 janvier, à Michèle Picard qui conduit la liste du PCF et de ses alliés à l’élection municipale de Vénissieux (Rhône). Elle y explique pourquoi le Parti socialiste a refusé de figurer sur sa liste : « Leurs exigences étaient inacceptables. Hormis le nombre de sièges, ils avaient comme condition que nous nous taisions sur la politique gouvernementale et sur la métropole. Mais quand on discute avec les habitants, ils nous parlent d’abord du pouvoir d’achat, de la hausse de la TVA et des délocalisations. On ne peut pas faire abstraction du national. Quand on va fixer un budget pour six ans, on est bien obligé d’évoquer les 3 milliards d’euros de coupes imposées aux collectivités en trois ans, qui auront des répercussions sur nos missions. » Au-delà des désaccords que l’on peut avoir, sans doute, sur telle ou telle question avec Michèle Picard (1), on ne peut que lui donner raison sur un point : impossible de se taire sur la métropole du Grand Lyon (2), et sur la politique du gouvernement ; impossible de faire comme si les élections municipales n’étaient pas cadrées par une politique nationale, impossible de répondre à l’attente de la population sans mettre en accusation la politique de destruction imposée par le gouvernement.


On notera que, dans les jours précédents, le même journal, L’Humanité, a publié une statistique montrant que, dans la moitié des villes de plus de 20 000 habitants, les candidats du Parti communiste figurent sur une même liste que ceux du Parti socialiste. Les problèmes de la métropole, les coupes imposées aux collectivités, la politique d’austérité, de chômage et de misère du gouvernement, tout cela pourrait passer à la trappe, et être sacrifié sur l’autel de l’unité électorale avec le Parti socialiste à l’échelle nationale ? Il y a là, chacun le comprend, plus qu’une ambiguïté : une lourde équivoque qui ne peut que désorienter et troubler les militants.


Un choc se prépare. Chaque responsable, chaque militant est confronté à une alternative : ou bien approuver, accompagner, aider le gouvernement à réussir son pacte de responsabilité ; ou bien travailler à rassembler toutes les forces, sans équivoque aucune, pour aider la classe ouvrière à mettre cette politique de destruction et de misère en échec.


Le 29 janvier 2014


(1) On notera que, consultés sur la mise en place de la métropole du Grand Lyon, les conseillers généraux et les représentants des communes, membres du PCF, ne s’y sont pas opposés.


(2) Hollande a, la semaine dernière, indiqué que la métropole du Grand Lyon était l’exemple à généraliser dans tout le pays.

 

source: POI

Commenter cet article