Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

alcatel-lucent-cgt.jpg

 

Mardi 22 octobre 2013 un millier de salariés des sites d'Alcatel Lucent d'Orvault (Loire Atlantique), de Rennes (Ile et Vilaine), de Lannion (Côtes d'Armor), d'Ormes (Loiret) et de la région parisienne ont manifesté à Nantes contre le plan Shift qui prévoit la fermeture ou la cession de plusieurs établissements En France. Communistes 44, leur a apporté son soutien.



Michel Combes, directeur général du groupe Alcatel, a annoncé un plan de restructuration, le "plan Shift", qui pour économiser un milliard d'euros par an prévoit la suppression de 10.000 postes dans le monde d'ici la fin 2015. En France 900 postes vont être supprimés et 900 autres sont concernés par l'externalisation, lesfermetures ou la mobilité entre sites. Les sites de Toulouse et de Rennes doivent fermer rapidement, ceux d'Eu (Seine Maritime), d'Ormes et d'Orvault verront leur sort réglé en 2015.



Pour justifier ce « plan shift » M. Combes raconte qu’il perd entre 800 millions et 1 milliard d’euros par an depuis 2006. Faux : en 2011 le groupe a effacé la perte de 334 millions d’euros de 2010. Il affiche plus d’1 milliard d’euros de bénéfices nets pour 2011 (usine nouvelle, 10 février 2012.



Depuis la fusion d'Alcatel avec l'américain Lucent en 2006 les salariés ont connu 7 plans de restructuration qui se sont traduits par une baisse des effectifs. Le nombre de salariés est passé de12500 en 2006 à 8000 en 2013, les suppressions annoncées par ce 8ème plan  porteraient à 6200 le nombre de salariés en France, soit une baisse de 50% en 7 ans. Progressivement les activités d'Alcatel se sont déplacées dans les filiales du groupe en Europe de l'Est mais aussi aux Etats-Unis et en Chine.



Depuis l'annonce du plan "Shift" la mobilisation des salariés n'a pas faibli : grèves et  manifestations se multiplient.



La CFDT, syndicat majoritaire, estime qu’il faut  «supprimer des emplois et  fermer des sites ». Elle appelle au soutien de l’Etat.  Or négocier pour diminuer le nombre de licenciements c'est accepter le plan "shift".



Le gouvernement PS  approuve les décisions du directeur général d'Alcatel. Montebourg veut revoir le nombre de suppressions de postes". Ceux qui resteront sur le carreau apprécieront!  Jean-Marc Ayrault  ne dit pas autre chose et Hollande déclare "il faudra voir comment on peut réduire autant qu'il est possible l'ampleur des suppressions" après avoir affirmé "que l'Etat n'était pas décideur. La messe est dite! Marine Le Pen,  demande au gouvernement de faire pression sur la direction d'Alcatel pourremettre en cause l'ampleur des licenciements. UMP, FN, PS ils sont tous d’accord. Démonstration éclatante que pour défendre l'emploi, arrêter la casse des entreprises il n'y a rien à attendre de la droite, du PS, du FN, les trois fers au feu du capital.



Communistes propose la nationalisation sans indemnisation des grands moyens de production et de tout le système bancaire ainsi que leur gestion démocratique par les salariés. C'est la condition du développement indépendant et souverain de la France.



Pour faire échec au plan concocté par Michel Combes, à sa volonté d'investir dans des filiales à l'étranger pour faire baisser ce qu'ils osent appeler le coût du travail, et pour répondre aux exigences des actionnaires, les luttes des salariés d'Alcatel-Lucent sont décisives.

 

Source:http://www.sitecommunistes.org/

Commenter cet article