Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Michel El Diablo

louise-michel-dieppe.jpg

Il y a 110 ans décédait à Marseille Louise Michel, institutrice, révolutionnaire, anarchiste et féministe.

 

Le 9 janvier 1905, il y a 110 ans, décédait à Marseille Louise Michel.  Louise Michel, bien plus que le nom d’une école ou d’un collège. C’est d’abord une institutrice. Née en 1830, fille d’une servante, la jeune Louise reçoit une vraie éducation qui la pousse à devenir enseignante. A 26 ans, elle monte à Paris, ouvre son école et écrit des poèmes, qu’elle adresse à Victor Hugo, avec qui elle va entretenir une correspondance de près de 30 ans,

 

Mais derrière l’institutrice se construit petit à petit une âme de révolutionnaire. Très active pendant le mouvement insurrectionnel de la Commune de Paris en 1871, Louise Michel ira jusqu’à prendre les armes pour défendre ses idées. Arrêtée, l’enseignante est déportée sept  ans en Nouvelle-Calédonie. A son retour en France, devenue anarchiste, Louise Michel reprend avec succès ses conférences, s’oppose à la peine de mort, défend les droits des femmes.

 

Dans ses mémoires parus en 1886, elle écrivait : “Si l'égalité entre les deux sexes était reconnue, ce serait une fameuse brèche dans la bêtise humaine”.

 

source : france info

Commenter cet article