Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

ben-barka-l-express.jpg

Affaire Mehdi Ben Barka :

lettre ouverte au Président de la République Française 

Lettre ouverte conjointe de : AMF – ASDHOM - ATMF –FMVJ/France -APADAM



Monsieur le Président de la République Française,



Le 29 octobre 1965 Mehdi Ben Barka est enlevé devant la brasserie Lipp à Paris par deux policiers français. A ce jour, la vérité n’a toujours pas été faite sur les conditions exactes de la disparition forcée de l’un des principaux représentants de l’opposition marocaine et du mouvement international de la solidarité des peuples du tiers-monde, victime emblématique des années de plomb marquées par des violations graves des droits humains au Maroc.



Les questions essentielles posées par sa famille et ses amis demeurent toujours sans réponse :


-Comment est mort Mehdi Ben Barka ? 

-Qui sont ses assassins ? 

-Où est sa sépulture ? 

-Toutes les responsabilités ont-elles été établies ? …



A l’occasion du 48ème anniversaire de l’enlèvement et de l’assassinat de Mehdi Ben Barka, nous vous adressons cette lettre pour vous demander de favoriser l’accès à la justice de tous les éléments et informations pouvant aider à la manifestation de la vérité avant qu’il ne soit trop tard - les témoins vieillissent et les éléments matériels risquent de disparaître.



L’instruction judiciaire - qui est toujours ouverte depuis près d’un demi-siècle - peine à aboutir.



Face aux blocages des autorités judiciaires marocaines qui n’ont pas donné suite à ses commissions rogatoires, le juge d’instruction français en charge du dossier a signé en octobre 2007 quatre mandats d’arrêt internationaux. 



Ces mandats visent le général Hosni Benslimane, chef de la gendarmerie royale marocaine, le général Abdelhak Kadiri, ancien patron des renseignements militaires, Miloud Tounsi, alias Larbi Chtouki, un membre présumé du commando marocain auteur de l’enlèvement et Abdelhak Achaachi, agent du Cab 1, une unité secrète des services marocains. A ce jour, ces mandats ne sont exécutables qu’en France, le ministère français de la Justice ne les ayant toujours pas transmis à Interpol.




Pourtant, au titre de leurs fonctions au moment des faits, ces personnes connaissent une partie ou toute la vérité.



Depuis plusieurs années, la famille de Mehdi Ben Barka et son avocat Me Maurice Buttin n’ont cessé de demander la dé-classification de tous les documents en 2 relation de près ou de loin avec l’Affaire Ben Barka que le ministère français de la Défense refuse de communiquer à la Justice, s’abritant derrière le secret-défense qui couvre toujours ces documents.



Nous considérons qu’il est du devoir et de la responsabilité des autorités françaises de dévoiler tous les éléments nécessaires à la procédure judiciaire en cours en France afin de soutenir la recherche de la vérité. Il vous appartient, Monsieur le Président de la République, de prendre toutes les mesures nécessaires afin que toute la vérité se fasse sur le sort de Mehdi Ben Barka.



Cette situation d’inertie et de blocage ne doit plus durer après tant d’attente et d’espoirs déçus. Faire la lumière sur l’enlèvement et la disparition de Mehdi Ben Barka, c’est d’abord permettre à sa famille de faire son deuil (comment faire un deuil quand il n’y a pas de corps ?), mais c’est aussi répondre aux aspirations de vérité et de justice de leurs proches, de leurs amis et de tous les démocrates qui, année après année, se rassemblent tous les 29 octobre à Paris.



Faire la vérité sur le sort de Mehdi Ben Barka contribuera de manière très significative à aider à la manifestation de la vérité sur le sort de toutes les victimes de la disparition forcée au Maroc dont le sort est encore inconnu, et soutiendra les aspirations de nos sociétés pour la démocratie, la dignité et la justice sociale.



Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à notre demande et vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre haute considération.



Paris, le 23 octobre 2013


Présidente de l’AMF : Souad Frikech/ Chaouih


Président de l’ATMF : Driss Elkherchi


Président de l’ASDHOM : Ayad Ahram


Président de FMVJ/France : Abdelhaq Kass


Président de l’APADAM : Rachid El-Manouzi

 

----

Rassemblement pour le 48e anniversaire 

de l’enlèvement de Mehdi Ben Barka - Pour la vérité et la justice


Rassemblement le mardi 29 octobre 2013 à 18h, boulevard Saint-Germain, face à la Brasserie Lipp, 

métro : Saint-Germain-des-Prés ou Mabillon

29 octobre 1965 - 29 octobre 2013

L’Institut Mehdi Ben Barka, Mémoire vivante 

et le Snes-FSU appellent à un rassemblement à la mémoire de Mehdi Ben Barka.

48 ans après...

-les raisons et les complicités d’Etats continuent de protéger les assassins ; 
-les gouvernements français et marocain doivent cesser d’entraver l’action de la justice pour la vérité.



Avec le soutien de (premiers signataires) :

Association des Marocains de France (AMF), Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF), Association des parents et amis des disparus au Maroc (Apadam), Association de défense des droits de l’Homme au Maroc (Asdhom), Association des Marocains de Belgique pour les droits de l’Homme (AMBDH), Forum marocain Vérité et justice - France (FVJ-France), Fédération euro-méditerranéenne contre les disparitions forcées (Femed), Parti socialiste unifié en France (PSU), La Voie démocratique en France, Parti de l’avant-garde et socialiste (Pads), Union socialiste des forces populaires en France (USFP France), Association Mémoire/Vérité-Justice France (MVJ France), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), Le Parti de gauche, Parti communiste français (PCF), Fondation Jean Jaurès (FJJ), Fondation Frantz Fanon, Le Manifeste des libertés, Association française d’amitié et de solidarité Peuples Afrique (Afaspa), Fédération internationale des ligue des droits de l’Homme (FIDH), Europe écologie Les Verts (EELV), Ligue des droits de l’Homme (LDH), AMDH-Paris/IDF...



Source: http://atmf.org/

Commenter cet article