Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Des millions de salariés manifestent contre le projet de loi du gouvernement. Leur mouvement et sa force contraignent les forces réformistes politiques et syndicales à être présentes pour ne pas donner l’impression qu’elles reculent devant le pouvoir et le patronat. Pourtant à y regarder de plus près les  positions fondamentales de la CFDT et du PS sont dans la logique des orientations du patronat. Pour en juger, il suffit de lire leurs déclarations et prises de position. Ainsi dans le journal « Le Monde » daté du 9 septembre François Chérèque secrétaire général de la CFDT avec quelques signataires, tous connus pour leur allégeance au capital, signe un article particulièrement instructif.

Après une avalanche de bons sentiments, une phrase résume le fond de la pensée des auteurs à propos du futur du système de retraite : « Le nouveau système devra prendre en compte l’augmentation progressive de l’espérance de vie, à la fois par l’augmentation de la durée de cotisation et si nécessaire, des taux de cotisation. Mais si nous vivons encore plus longtemps en meilleure santé, et si nous devons travailler plus longtemps pour sauver nos retraites, c’est le principe de la retraite au choix (à la carte) qui devrait prévaloir ».

Il est bien difficile de glisser une feuille de papier à cigarette entre cette position et celle du patronat et du pouvoir. L’insistance à individualiser la question des retraites est une ligne constante du patronat (voir le débat sur la pénibilité), elle est celle du PS. Les déclarations de Martine Aubry sa secrétaire générale sur le thème du « care » formalisent cette orientation. Ce concept a été repris et explicité par un député de la Nièvre dans le journal « Le Monde » daté du 10 septembre. De quoi s’agit-il ? Martine Aubry a repris un terme anglo-américain qui signifie : souci, soin, attention ou encore compassion. Ce choix d’un mot américain n’est pas innocent,  s’il fait référence à l’attention et à la compassion, il évite soigneusement de formuler la politique sociale en termes de droits. L’action devient un acte de « charité » (concept du christianisme social reprise dans la dernière encyclique papale consacrée au travail). En tentant  d’évacuer la réalité de l’exploitation, la position du PS vise à culpabiliser les salariés. Celui-ci un peu mieux payé que cet autre devrait réfléchir aux sacrifices possibles pour soutenir le plus faible. Nous sommes à l’opposé de la justice sociale et du droit.

Le patronat adore cette formule, outre que le choix de l’individuel lui évite des négociations collectives, elle permet de tirer vers le bas les droits sociaux existants voire de les supprimer au nom de la liberté individuelle. PS et CFDT conçoivent l’avenir uniquement dans le cadre du capitalisme et cherchent les terrains permettant de rendre acceptables les formes modernes d’exploitation. Dans le même temps, d’autres comme le PCF, le NPA et le Parti de Gauche etc…s’allient avec le PS et veulent remplacer Sarkozy en 2012. Certes, il faut battre Sarkozy et le plus tôt sera le mieux mais pour faire quelle politique ? Celle de ce fameux « Care » en guise de protection sociale ? Dans ce domaine comme dans tous les autres il est vain d’attendre des propositions sérieuses qui attaquent directement le capital. Ce n’est pas de ce côté qu’elles peuvent venir. Les uns et les autres ne poursuivent qu’en seul but : canaliser le mécontentement social à leur profit.

En adaptant leurs mots d’ordre aux positions de la CFDT, les dirigeants de la CGT contribuent à freiner le développement de l’action. La question posée dans une telle situation est donc la capacité des travailleurs à imposer leur point de vue. Il est clair qu’un parti révolutionnaire de lutte de classe leur est indispensable.    

 

source : « site communistes »

Commenter cet article