Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

mohamed-baraka.jpgDébut du procès

du député du Parti communiste israélien

Mohammed Barakeh :

 

« C'est un procès politique,

on me poursuit car

je suis communiste et arabe ! »

 

 

Le procès du député à la Knesset, Mohammed Barakeh, dirigeant communiste et responsable du Front démocratique pour la paix et l'égalité (« Hadash »), a commencé ce mercredi 18 avril au Tribunal d'instance de Tel-Aviv. Le procès s'est ouvert avec deux jours d'audience probatoire et d'écoute des témoins qui se tiendront entre le 18 et le 22 avril. Le ministère public porte deux motifs d'accusation contre le député Barakeh, deux accusations d'agression, une contre un agent de la force publique en mai 2005 et une autre contre un militant de droite en juillet 2006 lors de manifestations contre, respectivement, le Mur et la Seconde guerre du Liban.

Le parquet prétend qu'en mai 2005, le député Barakeh a attrapé un soldat Israélien de l'unité Masada à la gorge pour empêcher l'arrestation d'un jeune Palestinien lors d'une manifestation contre le Mur de Séparation dans le village de Bil'in en Cisjordanie occupée. La seconde accusation concerne une agression contre un individu lors d'une manifestation contre la Seconde guerre du Liban en juillet 2006 ; est ignoré le fait que le député Barakeh défendait alors les manifestants, dont un militant pacifiste de 80 ans et ancien député Uri Avnery, contre un groupe de militants de droite qui s'en est pris physiquement à eux.

En octobre 2011, à la suite d'une motion déposée par les avocats de l'association Adalah Hassan Jabareen et Orna Kohn, au nom du député Barakeh, le Tribunal d'Instance a déjà abandonné deux des quatre charges portées contre le député Barakeh, puisque les activités mises en cause tombaient sous le coup de son immunité parlementaire. Parmi les plaintes portées contre lui, des insultes qui auraient été proférées envers un officier de police lors de la même manifestation contre la Seconde guerre du Liban en 2006, et obstruction à agents des forces de l'ordre lors d'une manifestation à Nazareth contre le classement de plaintes visant des agents et des officiers de police impliqués dans le meurtre de 13 jeunes palestiniens en octobre 2000.

Son avocat Kohn a bien insisté sur le fait que la défense prouvera au tribunal que le député Barakeh n'a pas violé la loi, mais que ce sont bien les forces de sécurité présentes lors des manifestants qui ont fait usage d'une violence excessive contre des manifestants pacifiques. Des soldats de l'unité Masada, déguisés en Arabes, sont entrés en toute illégalité dans le secteur et ont commencé à lancer des pierres, entrant en conflit avec l'armée, donnant à d'autres soldats un prétexte pour lancer des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des bombes assourdissantes, et un prétexte pour arrêter un certain nombre de manifestants. La défense prouvera que les accusations contre le député Barakeh sont sans fondement et n'ont aucune base légale : « Je représente des dizaines de milliers d'électeurs. Le parquet ne peut agir en suivant l'agenda politique du gouvernement, tout cela pour assouvir une vengeance politique (…) C'est un procès politique. Je suis poursuivi parce que je suis communiste et arabe », a déclaré Mohammed Barakeh aux journalistes.

 

Traduction AC

 

Source : « Solidarité Internationale PCF »

Commenter cet article