Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Natan Blanc a 19 ans. Depuis deux mois, il croupit en prison. Sa faute : être un « objecteur de conscience », autrement dit avoir refusé de faire son service militaire dans une armée d'occupation.



Le 19 novembre 2012, Natan se rend au centre d'enrôlement pour y exprimer son refus de servir. Arrêté sur le champ, il est placé sous détention pendant 10 jours. Une sanction reconduite trois fois.

 

Natan est lucide sur les méthodes d'intimidation de l'armée israélienne. Dans un entretien téléphonique avec un journal israélien (Haaretz), il comprenait que l'armée voulait le faire plier pour qu'il renie ses convictions et s'engage.


Hors de question pour lui : « Je ne veux pas aller voir un médecin psychiatrique, comme d'autres l'ont fait (pour obtenir une exemption) », dit-il. « Je ne vais pas jouer la comédie ».


A l'origine de ce choix courageux, le souvenir encore frais de l'opération dite « Plomb durci » contre la population de Gaza en 2009. L'expérience du racisme ordinaire, les images de la violence de la guerre, les souffrances infligées à une population civile innocente.


C'est ce qu'il exprime dans sa déclaration de refus : « La vague de militarisme agressif qui s'est emparé du pays, cette haine mutuelle entretenue, voilà ce qui m'a motivé dans ma décision (…)


Il est clair à l'heure actuelle que ce gouvernement, comme le précédent, n'a pas intérêt à trouver une solution à la situation actuelle mais plutôt à maintenir le statu quo. Ils sont prêts pour un deuxième « Plomb durci » : on va parler de dissuasion, tuer quelques terroristes, des civils vont mourir des deux côtés, et on va préparer une nouvelle génération à cultiver la haine, dans les deux camps.

 

Nos représentants peuvent continuer à alimenter ce cercle sanglant, sans fin. Nous, en tant que citoyens et êtres humains, avons un devoir moral : celui de refuser de participer à ce jeu cynique ».


Décidé à ne pas tuer pour une cause douteuse, Natan désire sauver les vies. Il l'a dit aux juges comme aux officiers, il a l'intention d'assurer un service civil dans le Magen David Adom : l'équivalent israélien de la Croix rouge.

 

Il est à l'heure actuelle le seul prisonnier à avoir refusé l'enrôlement. Même si durant l'opération « Pilier de défense » en novembre dernier, plusieurs autres citoyens ont refusé de servir.


Parmi ces 400 co-détenus, pour la plupart emprisonnés pour désertion ou pour des refus de servir non-motivés par des raisons idéologiques, son engagement a suscité un intérêt inédit :


« Nombre d'entre eux sont intéressés de savoir pourquoi je refuse de servir, il me pose des questions »confie Natan. « Beaucoup m'avouent que c'est la première fois qu'il rencontre quelqu'un vraiment de gauche ».

 

Nos camarades de la Jeunesse comme du Parti communiste d’Israël mènent campagne actuellement pour la libération de Natan Blanc, pour faire avancer la prise de conscience – dans une société coloniale dominée par le racisme – de l'injustice de la colonisation et de l'occupation.

 

Rappelons cette phrase de Marx, plus que jamais d'actualité : « Toute nation qui en opprime une autre ne peut pas être libre ».

 

nata-blanc.jpg

 

affiche de Yesh Gvul

(vétérans qui ont refusé de faire la guerre au Liban):

"Libérez Natan Blanc".

 

Article AC

 

source : Solidarité Internationale PCF

Commenter cet article