Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

jacquessapir

Jacques Sapir, directeur d'études à l'EHESS nous a accordé [à l'hebdomadaire  MARIANNE] une interview avant le départ de Montebourg du gouvernement et le remaniement. Il expliquait que le protectionnisme et l'idée d'une "dépréciation forte de la monnaie", mesures qui lui sont chères, n'ont pas droit de cité dans le logiciel des "directions" du PS et du l'UMP. Et ajoutait, presque prémonitoire : "Il faudra en passer par un éclatement et une recomposition de ces partis. Le processus est en marche"...

------


Marianne : L’Europe et les Etats-Unis sont en pleine négociation du traité transatlantique (TAFTA), autrement dit un traité instaurant le libre-échange entre les deux zones. Le débat sur l’opportunité d’instaurer une dose de protectionnisme, dont vous êtes un partisan, est-il de fait clôt ? 
  
Jacques Sapir : Un débat comme celui sur le protectionnisme, ou sur la dissolution de la zone euro, n’est jamais clôt, par définition. Dans le cas du protectionnisme, l’histoire économique enseigne que depuis plus de cent cinquante ans, phases de libre-échange débridé et phases de protectionnisme se sont succédées.  Par ailleurs, on ne peut sans cesse promouvoir le « fabriquer français » et se refuser à accorder certaines protections aux producteurs et à leurs salariés. 


En fait, le bénéfice de tels accords est des plus discutables. Ou, plus précisément, si l’on constate que ces accords sont favorables à une petite majorité de la population mondiale, ils sont très défavorables au plus grand nombre dans les pays de l’OCDE. Il faut ici rappeler deux choses : d’une part, les normes – en particulier sanitaires – sont très différentes entre les Etats-Unis et les pays d’Europe. D’autre part, ce traité pose les instances d’arbitrages privées comme supérieures à la juridiction étatique. Ces deux simples faits indiquent bien l’esprit du TAFTA. C’est un traité taillé sur mesure pour les très grandes sociétés, et qui vise à accroître leur autonomie face à la représentation démocratique dans chaque Etat. 

 
  
Quelles en seront les conséquences ?  
  
La plus immédiate est une destruction d’emplois relativement importante dans certains secteurs. Mais il y aura aussi des conséquences de moyen et long terme, qui se manifesteront que ce soit dans la qualité des produits consommés que dans l’autonomie des grandes sociétés. En fait, le TAFTA est un pas de plus vers la construction d’une impotence des Etats au profit des très grandes entreprises transnationales. 

 
  
En France, notamment, c’est au travers des prélèvements obligatoires que s’organise la redistribution. Leurs niveaux, comme celui de la dette, semblent compromettre cet équilibre dans un futur proche, alors même que les inégalités croissent entre gagnants et perdants de la mondialisation. Le protectionnisme peut-il prendre le relai et se transformer en outil de la redistribution ? 
  
La redistribution se fait par les prélèvements obligatoires dans de nombreux pays. Mais, en France elle est doublement biaisée. De fait, les très hauts revenus, et je parle ici de personnes gagnant plus de 500 000 euros par an, échappent en partie à l’impôt grâce à divers schémas d’optimisation fiscale. D’autre part, on accorde un niveau trop élevé d’aides à certaines catégories de la population, ce qui entraine des effets pervers et, dans certains cas, une désincitation au travail légal. Il faudrait réajuster notre système d’aides sociales avec un objectif d’égalité réelle valorisant l’activité déclarée. 


D’autres instruments peuvent aussi avoir un puissant effet redistributif. Le protectionnisme en est un. Mais on peut penser aussi à une forte dévaluation consécutive à une dissolution ou une sortie de l’euro. Dans les deux cas, cela revient à transférer du revenu depuis les consommateurs vers les producteurs. Et j’entends par producteurs : les patrons mais aussi et surtout les salariés de ces entreprises. Dans un tel schéma, il existe des perdants : les personnes sans emplois, et les retraités. Car pour les autres, les salariés consommateurs, ce qu’ils perdent via la hausse des prix, est compensé par celle des salaires. Il y a donc des gagnants et des perdants au plan individuel, mais l’économie toute entière en bénéficierait au travers d’un gain en emploi très important. Cette réduction massive du nombre des chômeurs, avec à la clé une hausse globale des revenus mais aussi une baisse des coûts sociaux liés à leur prise en charge, permet à son tour de générer des marges pour aider les perdants évoqués plus haut. 


Pour être le plus efficace possible, le protectionnisme doit se penser comme une puissante incitation à la ré-industrialisation. Pour cela, il doit se concentrer sur les secteurs et les branches de l’industrie où les différences de productivité et les différences de protection sociale (et aussi de normes écologiques) sont les plus importantes (comme dans la métallurgie, l’automobile ou la construction navale). Le protectionnisme, sous la forme décrite, conduirait à une remontée des emplois manufacturiers dans la population active (par nature mieux rémunérés que les emplois de services) et, par ce biais, aurait un puissant effet redistributif. Mais, il ne faut pas se le cacher : cet effet prendrait plusieurs années à se manifester, alors que l’effet d’une dévaluation serait plus immédiat, mais sans doute plus limité dans le temps. En fait, il faudrait combiner ces deux méthodes. 

 
  
D’un point de vue pratique, comment une telle politique pourrait se développer ? Est-ce à l’échelle nationale ou européenne ? 

 

L’Union européenne est un espace désormais trop hétérogène pour que l’on puisse penser à un protectionnisme « européen ». Idéalement, il faudrait que ce protectionnisme se fasse à l’échelle des cinq à six pays ayant des structures économiques proches, notamment en terme de gain de productivité potentiel, et de protection sociale. Dès lors, ce qu’il serait possible de faire à l’échelle de l’UE, c’est de redistribuer tout ou partie du produit des nouveaux droits de douane aux pays de l’UE pénalisés par ce dispositif pour les aider à faire progresser leurs systèmes sociaux et écologiques. Mais, ceci impliquerait un tel niveau d’accord, que je ne crois pas possible une telle solution. Le protectionnisme sera bien plus probablement adopté sur une base nationale, quitte à ce que des accords bilatéraux puis multilatéraux organisent progressivement un système ressemblant à ce que je viens de dessiner. 


  
Comme il n’y a pas que Pascal Lamy au PS, ou Alain Lamassoure à l’UMP, ces deux partis de gouvernement peuvent-ils voir naître et prospérer une mouvance permettant l’instauration du protectionnisme ? 


  
Que ce soit au PS ou à l’UMP, il y a de nombreuses personnalités qui sont convaincues et de la nécessité de certaines formes de protection, et de celle d’une dépréciation forte de la monnaie, qui n’est en réalité possible que dans le cadre d’une sortie de l’euro et d’un retour au franc. Mais, ces partis sont constitués de telle manière que la « direction » de ces derniers, un groupe réduit d’hommes et de femmes, opèrent de manière quasi indépendante de ce que pense et la base et les cadres intermédiaires de ces partis. Ces « directions » ne s’appuient pas seulement sur les institutions internes de leurs organisations, mais aussi sur des réseaux de clientélisme et des phénomènes importants de corruption, pour construire leur indépendance par rapport à leurs mandants. Ajoutons à cela une politique de pressions et de dénigrement systématique de tous ceux qui ne pensent pas comme eux. Au total, le niveau de démocratie dans ces partis est très inférieur à ce qu’il est dans le système politique en général. La question n’est donc pas celle de l’existence d’une « mouvance », comme vous l’appelez, mais de sa capacité à se faire entendre. Je suis, à cet égard très pessimiste. Je pense qu’il faudra en passer par un éclatement et une recomposition de ces partis. Le processus est en marche tant au PS qu’à l’UMP. Le plus vite il se concrétisera, le mieux cela sera pour le pays. 



Commenter cet article

Txakal 27/08/2014 10:54


L'éclatement des partis dits "de gouvernement" ne suffira pas. Il faut changer de République, supprimer la caste des politiciens "de métier", interdire aux partis de présenter des candidats (oh!
combien filtrés par les sphères supérieures!!) aux diverses élections, instaurer un système de candidatures populaires, ramener le pouvoir de décision au plus près des secteurs
concernés. Ne plus avoir de "représentants" avec un chèque en blanc, mais des porte-parole, des commissionnaires... Tout revoir, en somme... Toute autre "grimace" ne sera que cautère sur jambe de
bois et prolongation de la comedia del arte.