Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

japon-carte

Article AC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/

 

L'élection du gouverneur de l'île japonaise le 16 novembre 2014 dépasse le sort du million et demi d'insulaires. C'était une bataille nationale, cristallisée autour d'une base américaine honnie par la population locale. Le pouvoir nationaliste a perdu, le Parti communiste a vaincu.


 

La « bataille d'Okinawa ». Le Premier ministre nationaliste Shijno Abe, du Parti libéral-démocrate (PLD), et le Parti communiste japonais (PCJ) – seule force d'opposition historique au système – avait choisi de faire l'élection du gouverneur de l'île, une bataille nationale. Le PLD a perdu gros, le PCJ a remporté une victoire majeure.


 

La bataille d'Okinawa : victoire pour les communistes, défaite pour le pouvoir !

 

 

Car la défaite du candidat du pouvoir a été le coup de grâce pour Abe. L'échec de sa politique économique (« Abenomics ») à relancer l'activité, l'impopularité de la hausse de la TVA, le regain de tensions dans la région alimenté par la résurgence du militarisme japonais avaient déjà affaibli un gouvernement dont le chef a dissous l'Assemblée nationale ce 20 novembre.

 

 

Quatre jours après une défaite lourde en symbole. Le candidat sortant du Parti libéral-démocrate (le parti de Abe, privilégié par la bourgeoisie monopoliste et nationaliste), Hirokazu Nakaima a été battu sèchement, obtenant 260 000 voix, 41 % des suffrages exprimés.

 

 

Le grand vainqueur est le maire de Naha, la plus grande ville de l'île, Takeshi Onaga, qui a obtenu 360 000 voix, 59 % des votes. Le seul grand parti historique à l'avoir soutenu est le Parti communiste. Le petit Parti social-démocrate et le nouveau parti de gauche « Parti de la vie » ont également apporté leur soutien.

 

 

Onaga s'est présenté comme « candidat indépendant ». Il n'est pas un communiste. Il était une figure locale du Parti libéral-démocrate. Dans ce parti aux courants idéologiques divers, il représente une aile à la fois plus social-démocrate, et plus critique envers l'alliance avec les Etats-unis.


 

Les nationalistes nippons subordonnés aux USA face à leurs contradictions

 

 

Le parti du pouvoir – car telle est la raison d'être du PLD – s'est fracturé sur l'île sur une question :le projet de re-location sur l'île de la base aérienne américaine de Futenma.

 

 

Le gouverneur Nakaima, le gouvernement, tout comme l'allié américain subissent depuis plusieurs années des manifestations massives, organisées par des associations pacifistes ainsi que par les riverains pour exiger le départ de la base, située dans une zone densément peuplée.

 

 

Le gouverneur défendait le projet d'une re-localisation de cette base bruyante dans le nord de l'île. Un projet qui a suscité l'hostilité de la majorité des Okinawais, la condamnation du Parti communiste et la scission dans l'appareil local du PLD.

 

 

Le maire Onaga a rompu sur cette question avec le gouverneur Nakaima, qui avait pourtant fait la promesse il y a quatre ans de négocier le départ de la base de l'île. Onaga a promis au Parti communiste, aux forces de progrès, qu'il se battrait pour le retrait de la base.


 

La campagne a porté plus largement sur le développement économique et social local. Onaga a fait des bases américaines l'obstacle majeur au développement de l'île. Nakaima a vendu le projet, en s'appuyant sur les contreparties dépéchées par le gouvernement, un filet d'aides publiques.

 

 

Elle a opposé le patriotismed'Onaga, rejoignant celui des communistes, critique envers la subordination aux États-Unis, au nationalismehonteux de Nakaima, derrière d'Abe, de la bourgeoisie nippone revancharde, qui voit l'alliance américano-japonaise comme un tremplin vers l'hégémonie régionale, contre la Chine.

 

 

Le début d'un combat dans une île sous influence américaine


 

La direction nationale du PLD, le gouvernement ont mis tout leur poids dans la balance – envoyant plusieurs ministres, le Secrétaire-général Tanigaki Sadakazu pour soutenir Nakaima, faisant des promesses d'aide financière de grande ampleur.

 

 

Le recours traditionnel à l'anti-communisme pour discréditer Onaga a été de plus en plus fréquent, au fur et à mesure qu'Onaga gagnait des points dans les sondages.


 

Au même moment, dans la plus grande ville de l'île, à Naha, l'élection municipale a été un second coup dur pour le pouvoir. Le vice-maire Shiroma Mikoko, soutenu par le PCJ, a été élu largement, battant le candidat soutenu par le PLD.


 

« J'ai obtenu les voix de ceux qui s'opposaient à la base militaire, les mêmes que ceux qui ont voté pour Onaga », a commenté Shiroma, soutenu par les communistes locaux.

 

 

Le combat ne fait que commencer à Okinawa, une île qui était américaine jusqu'en 1972, et qui compte encore 32 bases et 26 000 soldats sur son territoire. En tout, 20 % du territoire est directement rattaché aux Etats-unis !

 

 

Mais une large majorité des Okinawais veut retrouver son indépendance, loin de tout nationalisme belliqueux. Les derniers sondages montrent que près de 80 % des habitants de l'île désirent le départ de la base de Futenma, et non sa re-location à Henoko.

 

 

L'effet domino a prévalu. De Naha, la capitale de facto d'Okinawa, qui échappe au pouvoir jusqu'à la Diète du Japon dissoute ce samedi, laissant un paysage politique ouvert pour les forces de progrès, bien que la dissolution d'Abe soit calculée pour lui assurer une nouvelle majorité, afin de faire passer ses « réformes structurelles » anti-sociales.

 

 

Le Parti communiste japonais, forts de ses 400 000 membres, de son histoire de résistance au capitalisme monopoliste local, au militarisme nippon, à l'impérialisme américain, continue la lutte pour exiger le départ de toutes les bases américaines : l'élection du gouverneur Onaga sera un point d'appui certain dans ce combat.

Commenter cet article