Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

ecole-panneau

Une nouvelle journée nationale de grève est organisée ce  jeudi 14 novembre, toujours à l’appel de la CGT, SUD, et FO, syndicats minoritaires et considérés comme les plus radicaux de l’Education nationale. Les chiffres de grévistes d’ores et déjà connus (il faut se déclarer à l’avance) font état d’une mobilisation sans précédent qui dépasse largement l’influence électorale et même militante des syndicats organisateurs.

 

 

Les enseignants luttent

Les instituteurs et professeurs des écoles n’ont jamais massivement adhéré à la réforme de Peillon. D’abord parce que cela bouleverse leurs conditions de travail déjà pas terribles. Quels salariés accepteraient de travailler un jour de plus par semaine sans que leur salaire ne bouge ? Ensuite, ils ont vite compris que l’intérêt des enfants n’était pas du tout en jeu, que le but était ailleurs.

 

 

La réforme des rythmes scolaires imposée par le ministre Peillon est une vraie catastrophe. Pour les 20 % de communes qui l’expérimentent elle va à l’encontre des intérêts des enfants et de l’ensemble des personnels (territoriaux et enseignants) et des usagers (notamment des parents salariés).

 

 

Le coût de cette réforme est énorme. La commune des Lilas, en Seine-Saint-Denis, l’a  estimé entre 400 000 et 600 000 euros. La municipalité de Gennevilliers évalue aujourd’hui à 3 000 euros par enfant les services complémentaires extrascolaires qu’on lui impose. Ce nouveau désengagement de l’Etat constitue une nouvelle charge écrasante que nombre de communes ne pourront financer dans la durée.

 

 

Qui va payer ? Inévitablement ce seront les usagers, soit directement, avec des activités payantes, soit indirectement, avec les impôts locaux. Par exemple, la municipalité socialiste  de l’Ile-Saint-Denis,  en bon élève enthousiaste du Ministre Peillon, a décrété le paiement des activités péri-éducatives pour l’ensemble des élèves de maternelles. C’est la remise en cause de la gratuité scolaire.

 

 

Les dispositifs sont différents d’une commune à l’autre voire parfois au sein d’une même commune lorsque l’on fait appel à des associations qui ont des moyens. C’est dessin ici, rassemblement dans la cour là, goûter prolongé ailleurs ou encore atelier payant de danse dans certains endroits huppés.

 

 

Les témoignages des enseignants, des personnels municipaux, des parents concordent pour décrire une dégradation sans précédent des conditions de travail et d’apprentissages.

 

 

Quel bilan peut-on en tirer ?

 

 

Les élèves sont plus fatigués, car ils passent plus de temps en collectivité, dans des structures collectives. Ils sont désorientés parmi les multiples intervenants qui saucissonnent les projets pédagogiques et les rendent illisibles.

 

 

Les enseignants subissent un élargissement de la semaine de travail, sans que le salaire ne soit modifié, avec des coûts supplémentaires de transports. Cela entraînera si l’on n’y met pas un terme un accroissement des amplitudes horaires et des postes avec des coupures.

 

 

Les personnels municipaux vivent une remise en cause des horaires de travail, des profils de postes, de la nature des activités du mercredi ; les animateurs ont leurs conditions de travail aggravées par l’application dérogatoire du décret « jeunesse et sport » qui permet qu’ils encadrent 18 élèves au lieu de 14 en élémentaire et 14 élèves au lieu de 10 en maternelle.

 

 

Derrière tout ça il y a un projet de transformation de l’Ecole

 

 

Mis en difficulté, le ministre défend mordicus sa réforme. Beaucoup se demandent pourquoi il s’accroche autant, car il est bien clair que cela n’a rien à voir avec l’intérêt des enfants.

 

 

Peillon et d’autres organisations proches du PS veulent mélanger les genres dans l’Ecole, y faire entrer, aux côtés des enseignants, d’autres intervenants. Le but cherché est de « ramasser » les tâches des enseignants sur ce que l’on appelle les fondamentaux (le fameux lire, écrire, compter du réactionnaire Chevènement) et de laisser le reste à la charge d’autres intervenants. Ce n’est pas seulement pour faire des économies, mais pour modifier profondément le métier de professeur des écoles, qui, à terme, pourrait ne plus consister qu’à encadre des répétiteurs faisant passer des évaluations et des animateurs sportifs ou culturels.

 

 

 

Cela va de pair, évidemment, avec le transfert de charges en direction des communes ou des structures intercommunales, sans y ajouter les moyens, bien sûr. A terme, leur projet, est de confier les activités "annexes" (culture des arts, sport, informatique, voire histoire) à des personnels municipaux dans un cadre payant.

 

 

L’hiver et le printemps derniers, des mouvements de grève locaux importants ont eu lieu, notamment en région parisienne (Hauts-de-Seine, Paris, Seine-Saint-Denis). Ils ont conduit à une journée nationale de grève le 12 février 2013 à l’appel de la CGT, de SUD, de FO rejoints par le syndicat majoritaire du premier degré, le SNUIPP-FSU. Par la suite, le SNUIPP a tout fait pour éteindre les braises, faire cesser le mouvement et rentrer les enseignants dans leurs classes.

 

 

Mais c’était compter sans la colère persistante de la profession.

 

 

 

La FSU, qui, depuis le début, tente de sauver le soldat Peillon. Quand l’intersyndicale parle d’abrogation du décret, il demande un toilettage. Il s’est lancé dans une semaine d’actions multiples hors grève qui est un four. Ce que veulent les enseignants, c’est la grève pour gagner.

 

 

 

La base électorale et militante de la FSU est à fond dans la grève, alors, ici et là, le SNIUPP-FSU tente des diversions, en déplaçant la grève au mercredi 13 (Loire Atlantique, Haute Garonne) ou en appelant contraint et forcé, mais sur d’autres revendication (une trentaine de départements).

 

 

Une grande journée le 14 novembre 2013 : la victoire est possible

 

 

 

Ces manœuvres du syndicalisme intégré au système ne peuvent empêcher la lutte de grandir. Le 14 novembre sera une réussite, et ce d’autant plus que, pour la première fois, les organisations syndicales des personnels territoriaux, CGT, FO et SUD s’associent au mouvement et appellent aussi à la grève.

 

 

 

Au bout du chemin, il y a le décret Peillon, il est à portée de mains des grévistes. Poursuivre la lutte jusqu’à la victoire est non seulement possible, mais plus qu’important.

 

 

Encore une fois, nous constatons que seule la lutte acharnée, décidée est payante.

 

source:http://www.sitecommunistes.org/

Commenter cet article