Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Le Diablo

reveil-communiste-1.jpg

Une autocritique de la ligne de "Réveil Communiste" depuis 4 ans

Il y a quatre ans j'écrivais :  

 

Je suis le principal animateur du blog et donc mes positions ont forcément une influence sur le résultat. Voici en gros les thèses que je défends, elles ne sont pas très compliquées.

 

Un certain nombre de ces thèses aujourd'hui me paraissent obsolètes, ou avoir été erronées dès le début . Voici ce qui reste, aujourd'hui (25 mars 2014).

 

1-Il faut adhérer au PCF, ou y réadhérer, ou y rester. C’est la seule plateforme d’union des communistes, le seul parti de masse qui fait référence au communisme. Tout ce qui a été essayé légitimement pour faire mieux ailleurs (depuis la première,  la tentative de reconstruction du parti par les maoïstes du PCMLF avant 1968) a échoué.

 

2-Il faut lutter pour ne pas être marginalisé : donc travailler et militer avec les camarades du PCF qui ne sont pas sur ses propres positions. Nulle raison de se réjouir du départ de camarades sur d’autres lignes.

 

3-Il faut travailler aussi avec tous les communistes non encartés, y compris ceux qui appartiennent à d’autres organisations, sauf si elles sont ouvertement  hostiles à tout ce que le PCF représente ou a représenté dans son histoire, ou si elles ont dégénéré en groupuscule inactif.

 

4-Je suis pour un parti ouvrier et marxiste, dans le sens le plus extensif de ces termes : un parti qui n’a pas peur de défendre, de représenter et d’organiser le prolétariat, qui entretient des liens internationaux avec des partis frères, et qui s’inspire ouvertement de la théorie de Marx et de Lénine.  J’ai conscience du fait que la majorité des militants actifs du PCF, pour le moment, sont plutôt sceptiques sur cette ligne « orthodoxe », malgré les succès qu’elle a rencontré parfois à l’étranger (Portugal, Grèce, Bohème-Moravie), bien plus nets que ceux des refondations modernistes (Espagne, Italie). Mais je constate aussi depuis trois ans que ce blog existe que les thèmes et les termes du marxisme et de la lutte des classes sont revenus dans le débat, et j’espère y avoir contribué dans la mesure de mes moyens. Il est loin le temps (2005) où l’œuvre de Lénine était introuvable au village du livre à la fête de l’Humanité

 

5-Je suis pour le socialisme, et donc pour la prise du pouvoir politique par le parti ou par un front dont il est l’élément principal. En tenant compte des corrections qu’impose l’expérience historique. Je pense, même si je dois passer pour un réformiste, que le marché ne peut pas être aboli par décret, qu’il devra coexister longtemps avec l’organisation planifiée, et coopératif, de la production. Je ne suis pas pour la dictature d'un parti unique, mais je suis pour un parti guide des masses (mais aussi guidé par elles) et pour l’hégémonie de ce parti.

 

6-Je ne suis pas stalinien, mais je suis contre la diabolisation de l’URSS et du personnage historique de Staline. Je considère que l’analyse de Trotsky « état ouvrier dégénéré » aux mains de la bureaucratie est erronée, et que les staliniens historiques ont essayé sincèrement, sans outils théoriques adéquats, de réaliser la dictature du prolétariat. Et rien ne peut effacer la dette éternelle de l’humanité au peuple soviétique, et au parti communiste de l’URSS, pour la victoire sur le nazisme.

 

7-Je pense que mes camarades gagneraient parfois à  abandonner leur antigauchisme automatique. Un mauvais communiste, ce n’est pas celui qui est aligné sur le mauvais « iste » mais celui qui cause qui cause et qui n’agit pas (ou qui écrit, écrit …)

 

8-Après avoir réfléchi et pesé le pour et le contre, je suis décidément contre un parti organisé en tendances. Loin de démocratiser le parti, les tendances aggravent les manifestations de sectarisme, le clientélisme, et les pratiques d’exclusion.

 

9-Je pense que les élus sont importants, (et donc qu’il faut des alliances avec la social-démocratie) parce qu’ils sont une garantie contre la fuite en dehors du réel qui menace les groupes dont l’idéologie pure est le ciment, mais qu’ils ne doivent pas, sous prétexte qu’ils sont élus du peuple, en faire à leur tête, et devenir les propagandistes de l’union à n’importe quel prix avec les sociaux démocrates, ou sociaux libéraux.

 

10-La gauche n’est pas la référence principale du PCF. Il est d’abord le parti des classes exploitées, ensuite le parti de la résistance patriotique, et enfin le parti de gauche héritier de la SFIO de Jaurès et de la tradition politique de la Révolution, des sans-culottes et des jacobins. Un front populaire du XXIème siècle oui, mais à condition que la composante principale de 1936 ne soit pas oubliée : l’intervention directe des travailleurs, sans laquelle les socialistes de 36 n’auraient pas fait mieux que ceux de 81, et avec laquelle les communistes de 81 auraient pu faire aussi bien que ceux de 36. Si on veut une « gauche de gauche », il faut un « parti communiste communiste ».

 

11-Je suis pour renouer avec la symbolique historique : les « outils », ne serait-ce que pour être visible. Notre société fonctionne par une réduction du désir au symbolisme, d’où le règne de la marque. Abandonner aux gauchistes sectaires la « marque » du communisme est une erreur non seulement de communication, mais stratégique. Loin d’être un handicap, la mauvaise réputation historique du communisme dans la culture bourgeoise fait notre publicité dans les classes populaires et unifie autour des communistes les rebelles sans cause de la petite bourgeoisie qui sont produits en masse puis normalisés par le capitalisme consumériste. Ce n’est pas pour rien que les fascistes et les révisionnistes européens veulent faire interdire le communisme et ses symboles : ce sont des atouts et non des  « valises de plomb ».

 

12-Pour conclure je pense que la crise d’identité du mouvement communiste est en train de s’achever, et qu’il faut maintenant s’atteler à la tâche qu’ont su mener à bien Lénine, puis Mao, celle de rendre au prolétariat sa conscience (non pas « la » mais « sa ») parce que le prolétariat sans encadrement politique s’effondre et disparaît dans l’anomie parcellaire et précaire, dans la misère ou /et la consommation. Même si nous ne réussissons pas de notre vivant à construire le socialisme en France, nous pouvons réarmer la prolétariat comme force et améliorer ainsi énormément son bien être physique et psychologique en lui offrant la possibilité de se structurer dans une pratique et un discours, et de relever la tête face à la dictature, non seulement économique, mais aussi symbolique, qui l’écrase depuis trente ans.

 

Gilles Questiaux

Le 27 mars 2010

 

Éléments d'autocritique. Elles visent particulièrement mes illusions fétichistes sur le parti.

 

 

Thèses 1 à 3, le PCF ne me paraît plus, de la base au sommet, porteur d'une quelconque légitimité communiste ou prolétarienne. Et il ne l'était déjà plus depuis longtemps lorsque je l'ai rejoint en 2005. Le critère de cet éloignement définitif est la position sur l'Union européenne. Du coup les thèses 7, 8 et 9 deviennent sans objet.

 

Thèse 4 : les "orthodoxes" ont échoué aussi à maintenir le parti, et à relancer les partis dont ils ont conservé le contrôle.

 

Thèse 5 : la forme pluraliste ou non du pouvoir socialiste ne peut pas être décidée d'avance, elle est imposée par les circonstances, ce qui s'étend aussi aux formes d'organisation internes au parti (thèse 8).

 

Thèse 6 : Les critiques du socialisme réel émanant de ses adversaires ou d'ignorants de bonne foi doivent être rejetées en bloc, point barre.

 

Thèse 9 : aucune alliance quelqu'elle soit n'est plus possible avec la Social Démocratie et les Verts.

 

Thèse 10 : la gauche n'existe plus.

 

Thèse 11 : les symboles du communisme n'ont qu'une importance très limitée, par rapport à la nécessité d'atteindre une analyse juste pour organiser le prolétariat.

 

La thèse 12 témoigne d'un volontarisme verbal complètement naïf. En un mot, c'est du baratin.

 

source :http://reveilcommuniste.over-blog.fr/

Commenter cet article

caroleone 26/03/2014 20:39


Bonsoir Diablo et bonsoir Gilles,


En effet, on a plus tellement de raison de croire en un changement par l'adhésion au PCF ou par un changement en regroupant les communistes ou ceux qui se réfèrent du communisme en dehors du
parti.


Ils auront fini tous autant qu'ils sont, les réformistes et puis aussi les soces de nous asphyxier avec leurs paroles non tenues et leurs traitresses collaborations pour garder des places.


De mon côté comme je l'ai dit la semaine dernière c'était la dernière fois où je votais.


Le fait qu'il y ait une alternative citoyenne regroupant des cocos même sans leur étiquette à la liste menée par un apparatchik soce des plus hard m'a permis de voter encore mais je ne suis pas
d'accord avec pas mal de choses : entre autre les communautés d'agglo qui sont forcément devenues incontournables et dont chacun semble se satisfaire et se glorifier (chez nous c'est la droite
qui en est largement majoritaire) puis la nouveauté de nous faire voter les élus au conseil communautaire sur le même bulletin de vote. Ce qui peut paraitre une avancée comparé à ce qui se
faisait auparavant, à savoir que c'était le maire qui désignait au sein du conseil municipal à chaque commission communautaire. Moi, j'aimerais que ce soit à part car en le joignant au bulletin
de vote des élus municipaux, ça nous fait valider le conseil communautaire.


Donc pour ma part, en plus de reprendre ma liberté d'élue que j'attendais depuis longtemps, je reprends ma liberté tout court en ressortant mon drapeau noir, ni dieu ni maître, fatche comme ça
fait du bien. Sans pour autant abandonner les idéaux marxistes et les mettre en application avec les espaces de liberté offerts par les actions des peuples qui ont besoin d'idées rouges, noires
et kaki pour avancer.


Voici un peu mon état d'esprit en continuité avec vos réflexions.


 


Bises


 


caro

yvette genestal 26/03/2014 15:53


J'aime l'honnêteté de Gilles Questiaux, son esprit critique y compris à son propre égard et sa capacité à aborder les questions qui fâchent, capacité indispensable à un vrai
révolutionnaire.   Y Genestal

cotty 26/03/2014 11:16


VOICI QUI A LE MERITE DE LA FRANCHISE.SALUTATIONS FRATERNELLES COMMUNISTES.jean-Louis Cotty