Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

eau

Selon les chiffres officiels de l’ONU, près de 6.000 enfants meurent de soif chaque jour. Pourtant, ce sont environ cent milliards de tonnes d’eau qui tombent sur la terre tous les ans. Que ce soit sous la forme de pluie ou de neige, l’eau tombe du ciel, parcourt le lit des rivières avant de se jeter à la mer et terminer son cycle en s’évaporant. À peine 3 % de cette masse considérable de liquide est composée d’eau douce. Et si l’eau recouvre 70 % de la surface de la Terre, on trouve en effet 97,5 % d’eau salée. Le devenir de l’humanité dépend donc des 2,5 % restants…

 

Et tandis que la population de la planète a triplé au cours du siècle dernier, la demande d’eau a été multipliée par sept alors que la superficie des terres irriguées l’a été par six. Ce problème ne doit pas être sous-estimé. Au cours des cinquante dernières années, la pollution des eaux souterraines a réduit d’un tiers les ressources hydriques. Toujours selon l’ONU, un milliard et 400 millions de personnes vivent aujourd’hui sans eau potable. Et leur nombre pourrait doubler dans les années à venir pour atteindre selon les estimations actuelles quelque deux milliards et 400 millions en 2025.

 

 

L’UNEP (le Programme des Nations Unies pour l’environnement) estime que la soif tue chaque année dans le tiers-monde plus de quatre millions de personnes. L’eau, ce produit «conservateur et peu volatile » dans le jargon bancaire, apparaissait il y a encore dix ans comme un suicide commercial. Or, la pression démographique est forte. Et l’agriculture tout comme l’industrie utilise des quantités importantes d’eau. Le secteur privé a vu sa participation dans toutes les questions liées à l’eau aller crescendo. « De 6 % en 2000, cette participation est passée à 12 % en 2010 et pourrait facilement atteindre 18 % en 2020 », explique David Owen, expert du fonds Water de la banque Pictet & Cie basée en Suisse.

 

Il y a fort à parier que les pétrodollars cèdent assez rapidement leur place aux aqua dollars. Et nul doute que tout ceci sera savamment calculé par les propriétaires de ces richesses qui auront le pouvoir d’asservir une bonne partie de l’humanité. La rareté de l’eau pourrait de surcroît déclencher plus de conflits politiques que le contrôle des champs de pétrole.

 

 

Une étude du Brookhaven national laboratory décrit parfaitement la question de l’eau au niveau mondial. On y relève que 40 % de l’eau douce est concentrée dans à peine six pays (le Brésil, la Chine, l’Inde, la Russie, les États-Unis et le Canada) quand 40 % de la population mondiale est confrontée à des problèmes d’approvisionnement.

 

 

Et si 450 litres d’eau par jour suffisent à peine à une famille canadienne de quatre membres, l’Africain devra se contenter quant à lui de seulement vingt litres. L’agriculture intensive conduit à une consommation hors de contrôle et à une pollution sans précédent. Quelques multinationales n’hésitent pas à s’emparer des nappes phréatiques, mais rencontrent parfois une résistance inattendue : au Kerala par exemple où des femmes ont tenu des sit-in pendant plus d’un an pour protester contre l’assèchement desdites nappes par Coca-Cola.

 

 

Contrairement au pétrole, il n'existe pas de substitut à l'eau. Cette dernière peut être produite par la désalinisation ou par l'assainissement d'eaux usées. Là aussi, le secteur n'a pas tardé à être en proie aux visées hégémoniques des entreprises. En France, les deux tiers de la distribution d'eau potable sont assurés par des distributeurs privés : Veolia possède 34,5 % du marché, la Lyonnaise des eaux 19, 5 % et la SAUR 10,8 %. Concernant l'assainissement, Les régies liées aux collectivités territoriales détiennent environ 48 % du marché. La part de Veolia est de 22 %, celle de la Lyonnaise des eaux de 20 % et celle de la SAUR de 9,3 %.

 

 

Il faut noter que l'installation des réseaux d'eau potable et leur gestion ne se sont jamais totalement faites au niveau national, comme ce fut le cas pour l'électricité. Les communes ont le choix entre une gestion de l'eau en direct dite « en régie » et une délégation de service public sous la forme de contrat avec une entreprise privée. Depuis de nombreuses années, des associations de consommateurs, voire d'élus, dénoncent le prix anormalement élevé du mètre cube d'eau, son évolution trop rapide et l'opacité qui règne dans la fixation de ce prix.

 

 

Aujourd’hui, 11 % de la population mondiale contrôlent 84 % de la richesse produite. Cette minorité consomme 88 % de l’eau pendant que quatre-vingts pays représentant 40 % de la population mondiale manquent cruellement d’eau alors que cette ressource vitale est désormais en proie à la spéculation.

 

 

L’humanité s’est établie sur terre, au fil de l’eau pourrait-t-on dire. Du moins une grande part… Il lui reste à retrouver cette partie d’elle-même, écrasée sous la loi du mépris qui génère la loi du plus fort et celle du marché. Car l’eau n’est pas une marchandise mais un droit humain.

 

Capitaine Martin

 

SOURCE

 

Commenter cet article