Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

l-echo

Les témoignages en privé étaient et restent croissants, mais l’affaire est désormais sur la place publique. Nombreux sont en effet les membres du Parti Socialiste à dire leur malaise et leur mécontentement devant la campagne de François Hollande. Le mi-chèvre mi-chou de la teneur de ses propos sur le terrain social et économique, son credo pour une austérité juste et chargée de sens, à l’heure où les sociaux démocrates collaborent jusqu’au cou en Europe avec les programmes libéraux, tous cela creusent les inquiétudes chez les siens et au delà. Dans la bouche du candidat socialiste, les mots «capitalisme» et «socialisme» sont devenus tabous...

Henri Emmanuelli et Benoît Hamon viennent de franchir le Rubicon avec la publication d’un communiqué pour s’inquiéter au grand jour de la tournure des choses. Ils ont réagi, en haussant le ton, sur la promesse de création de 60000 emplois dans l’Education nationale, dont le financement serait assuré par «redéploiement», c’est-à-dire au détriment d’autres dépenses dans la fonction publique. Henri Emmanuelli va plus loin dans Le Monde daté d’aujourd’hui en affirmant que «la campagne pour la présidentielle ne peut se réduire à une course à l’austérité entre droite et gauche». Pour en arriver à de telles dissensions, il faut vraiment que «ça pousse» dans les rangs de l’arrière! C’est quasiment du Mélenchon dans le texte. Comme quoi, la campagne du candidat des partis du Front de gauche commence à peser lourd dans le vrai bon sens.

 

Christian AUDOUIN

Éditorial de L'ECHO de la Haute-Vienne

Vendredi 20 Janvier 2012

 


Commenter cet article

Serge des bois 20/01/2012 14:11


Ci-dessous des nouvelles de "l'actu de la campagne du FdG" qui confirme que ce dernier, malgré ses limites, répond à un besoin et offre certaines perspectives pour beaucoup
d'entre nous qui retrouvent ainsi un peu d'espoir ...






L'ACTU DE LA CAMPAGNE


20 janvier 2012 


« Une seule consigne : n'attendez pas les consignes !»









 









ÉDITO


« Si je perds le triple A, je suis mort » expliquait Nicolas Sarkozy en novembre dernier. La France a été dégradée vendredi, et avec elle, un Président dont preuve est faite qu'au lieu de
combattre la crise, son hyper austérité n'a fait que l'aggraver.


Mais le pouvoir ne veut pas lâcher prise. Une fois de plus, il tente de passer en force et de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. La crise de la dette si on l'écoute,
justifierait de nouveaux sacrifices. Nous souffrons d'un trop-plein de capitalisme devenu prédateur ? Pas de problème on va être « responsable » et réduire la voilure. Sauf qu'au lieu de
s'attaquer au capital, la droite préconise de baisser les dépenses publiques, de s'en prendre aux salaires et au pouvoir d'achat.


Avec de tels remèdes en 20 ans la dette est passée de 60% à 82,3% du PIB en 2010, soit 1591,2 milliards d'euros. L'équivalent de ce que la France a versé aux banques privées depuis 1994,
pour payer leurs intérêts ! S'il est donc des responsables, il faut les chercher du côté des marchés et de leurs officines politiques…


Un seul enseignement est à tirer du sommet sur l'emploi du 18 janvier : même s'il a prudemment retardé ses annonces, le gouvernement ne renonce pas à son objectif de baisse du coût du
travail. Il attend le bon moment pour imposer de nouvelles saignées inspirées par le MEDEF : TVA sociale, fin de la durée légale du travail, attaque supplémentaire contre le système de
sécurité sociale et les retraites ! C'est une offensive d'une ampleur sans précédent qui se prépare


Cette avalanche doit cesser. Basta Sarkozy !


Reste que le fait nouveau en ce début de semaine, n'est pas cette offensive réactionnaire. Il est qu'il s'est passé quelque chose à gauche depuis jeudi soir où 3,3 millions d'hommes et de
femmes ont suivi Jean Luc Mélenchon sur F2, invité de l'émission « des paroles et des actes ».


Vendredi, ils étaient 6000 personnes en meeting à Nantes là où l'on en attendait 4000 ; durant le week-end, partout s'expriment des témoignages de soutien. Mercredi 18, des militants du
Front de Gauche occupent les quatre sorties du site PSA Sochaux Montbéliard pour interdire l'entreprise à Marine Le Pen, venue y déverser sa haine sociale et raciale. Comme en échos, le
soir en meeting à Metz, devant 3000 personnes, Jean Luc Mélenchon démonte point par point le programme de la candidate FN, et lance un appel aux ouvriers et employés, « ces invisibles »
pour les clients du Fouquet's, de l'Etablishment et d'une gauche gouvernée par les notes de la fondation Terra Nova, que l'extrême droite tente de prendre en otage !


Le propre d'une dynamique naissante, c'est qu'elle vous aspire et vous pousse de l'avant. Depuis jeudi soir, beaucoup ont retrouvé la fierté d'être de gauche et l'envie d'y aller, tout
simplement…
Ne nous en privons surtout pas !






DANS L'ACTU...




Face à Le Pen, le Front de gauche se dresse


Accompagné d'une nuée de caméras, Marine Le Pen était venu distribuer à l'entrée de Peugeot-Sochaux le jour du sommet « social ». Les militants du Front de gauche étaient là et n'ont
pas cédé un pouce de terrain face à la candidate d'extrême droite. Florilège : . « Non Madame Le Pen vous n'êtes pas la candidate des ouvriers !! Vous êtes une rentière xénophobe !!
Votre préférence nationale on n'en veut pas ! Le Pays de Montbéliard est une terre d'immigration ! Le repli national n'est pas la solution, le protectionnisme doit être mis en place aux
frontières de l'Europe, avec des visas sociaux et environnementaux ».«Où étiez vous quand il s'agissait de défendre la retraite à 60 ans, où êtes vous et où sont vos militants quand il
s'agit de défendre les services publics ? » Marine Le Pen est repartie la queue basse. Un grand bravo aux camarades !