Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

economie-matin-fr

chomage-nov2013.jpg

Chômage : la fausse baisse qui cache une situation de l'emploi sinistrée en France

Les vendanges ont participé à fausser le nombre de demandeurs d'emplois dans les régions viticoles. En octobre 2013, le nombre de chômeurs toutes catégories confondues atteignait 5 946 600 personnes. Ne sont pas comptabilisés dans ce chiffre les bénéficiaires du RSA qui n'essayent plus de chercher un emploi (1,3 million) une bonne partie des handicapés bénéficiaires de l'allocation d'adulte handicapé qui ont renoncé à chercher un travail (1 million), les retraités qui voudraient pouvoir compléter leur pension, les autoentrepreneurs qui ne font pas de chiffre d'affaires ou très peu (500 000) etc…

Les chiffres du chômage publiés jeudi 28 novembre 2013 ne sont pas bons. Ils sont bien au contraire catastrophiques, révélant la profondeur de la dégradation du marché du travail. Même Libé renonce à son rôle de petit télégraphiste de l'Elysée pour dénoncer "une baisse en trompe-l'oeil". 

 

 

Reprenons : les chiffres de la DARES, qui dépend du ministère du Travail mais revendique cependant son indépendance, annoncent une baisse de 0,6 % du nombre de chômeurs, soit 20 500 demandeurs d'emploi en moins. Ce sont ces chiffres qui ont permis tant au président de la République qu'à son ministre du Travail de s'autocongratuler hier, et d'annoncer la réussite de la politique de l'emploi du gouvernement.


Seulement ces chiffres sont faux, ou plus exactement, parcelaires, donc, reflet d'une certaine réalité. Oui, le nombre de chômeurs qui ne travaillent pas du tout a baissé de 20 500 au mois d'octobre dernier. Ce sont les chômeurs classés en catégorie A, ceux comptabilisés dans les études internationales pour comparer les pays entre eux. Mais le problème, c'est que les autres chômeurs, des catégories B, C, D et E, existent bien aussi. Et ces catégories explosent. 


La catégorie B regroupe ceux qui ont travaillé moins de 78 heures au cours du dernier mois, et qui continuent à percevoir une indemnité (réduite) de Pôle Emploi. Leur nombre a augmenté de 3,7 % en octobre. Ce qui confirme l'augmentation de l'emploi précaire, de courte durée et/ou à temps partiel. La catégorie C, elle, rassemble ceux qui ont travaillé plus de 78 heures, mais n'ont pas repris une activité à temps plein pour autant. Ils restent donc inscrits à Pôle Emploi car ils n'ont pas trouvé le job qu'ils recherchent, et "bricolent" en attendant. Ils sont 4 % de plus en octobre. 

 

Les chiffres du chômage ne sont pas le reflet de la réalité

 

Quid des catégories D et E ? Ce sont les chômeurs venant des catégories A, B ou C, qui sont en formation ou en arrêt maladie (D), ou qui cherchent toujours un emploi, mais en attendant bénéficient d'un contrat aidé (E).  Si en octobre, la catégorie A a maigri de 20 500 chômeurs, ils sont 55 900 de plus en B, C, D et E. 

 

Pire encore : si vous ajoutez à ces chiffres, le nombre de chômeurs radiés de Pôle Emploi, en augmentation de plus 33 % sur un an, et plus particuliérement de 26 % au cours du mois d'octobre (soit 10 000 radiés de plus qu'en temps normal), on ne peut que s'inquiéter de l'objectivité des données compilées par la DARES. Saupoudrez le tout de quelques milliers de contrats aidés pour la jeunesse (80 000 depuis le début de l'année, les fameux emplois d'avenir), et l'on comprend aisément que le chômage, loin de baisser, continue à augmenter. Ce sont les chômeurs comptabilisés qui disparaissent, pas les personnes en recherche d'emploi. 

 

Un signe qui ne trompe pas : l'effondrement du volument d'heures déclarées dans le secteur des services à la personne : - 8 % depuis le début de l'année, sur un volume de 1,7 milliard d'heures travaillées par an. Autant dire que des dizaines de millions d'heures de travail au noir remplacent tous les mois des dizaines de millions d'heures de travail déclaré. 

 

L'emploi saisonnier en forte hausse en octobre 2013 à cause des... vendanges

 

Pour terminer de plomber la fête des chiffres du chômage, rappelons que le mois d'octobre, comme le mois de septembre (dont les chiffres ont été faussés par un bug informatique...) est réguliérement baissier en raison des emplois saisonniers que créent les vendanges. Dans les régions viticoles - La France est deuxième producteur mondial de vin cette année, derrière l'Italie), le chômage baisse de plusieurs points : En Côte d'Or par exemple, ou se récoltent les grands Bourgogne, le chômage est en baisse de 8, 6 %. Sauf que les vendangeurs, déclarés pour l'occasion, vont retourner dans les statistiques du chômage dès le mois prochain. 

 

Au total, en France, en novembre 2013, dom-tom compris, Le nombre de chômeurs atteint 5 946 600, toutes catégories confondues. 

 

Les vrais chiffres du chômage en France en 2013 :  

: 3 275 200 -0,6 % (+ 6 % sur 1 an)
B : 651 200 +3,7 % (+ 8,7 % sur 1 an) moins de 78 heures déclarées par mois indemnisé

C : 946 600 +4 % (+ 8,5 % sur 1 an) plus de 78 heures déclarées, non indemnisé

D : 279 200 +3,1 % (+ 7,9 % sur 1 an) arrêt maladie, formation

E : 366 700 +2,2% (+ 2,8 % sur 1 an) contrats aidés.

 



Par Jean-Baptiste Giraud , rédacteur en chef d'economiematin.fr 

 

Commenter cet article