Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Des luttes d’envergure ont lieu dans plusieurs pays de l’union européenne. En Espagne où des centaines de milliers de manifestants refusent les différents plans de rigueur prévus et soutiennent les mineurs en grève depuis plus de 60 jours.


En Grèce, au Portugal, en Italie, en Belgique, les luttes se développent contre les différents plans d’austérité appliqués par les gouvernements pour la plupart sociaux-démocrates afin d’augmenter le taux de profit capitaliste. En Angleterre des grèves sont annoncées à l’ouverture des J.O. par les gardes-frontières, les cheminots, les conducteurs de bus et de métro.


Il devient urgent de sortir de la spirale capitaliste de toujours plus de recherche de profit en « abaissant le coût du travail » et en « augmentant la compétitivité ».


Ce sont les salariés et leurs familles qui paient le prix de cette course effrénée au profit dans laquelle l’Europe est engagée avec l’aide inconditionnelle des gouvernants en place.


La seule voie est de s’attaquer à la domination du capital en fédérant aujourd’hui les luttes au niveau européen sans attendre le mois d’octobre comme le prévoit la CES.


Depuis 1999 la CGT est adhérente à la CES dont la vocation première devrait être la défense des travailleurs européens. Le « dialogue social » voulu par les centrales syndicales et le patronat, le réformisme social-démocrate freinent l’action et ce n’est pas un 

calendrier de réunions décidé à la « conférence sociale » de mi-juillet qui changera le fond des problèmes cruciaux que subissent les salariés. Les syndicats se prêtent au show médiatique et se félicitent de la démarche gouvernementale.


Dans cette période, il est primordial de développer les luttes car seul le combat de plus en plus fort et massif les fera reculer. Ce ne sont pas les discussions de salons qui arrêteront le capital dans sa recherche d’accumulation de profits.


Le MEDEF se réjouit des positions du nouveau gouvernement et de l’intégration des centrales syndicales. Il poursuit ainsi son vieil objectif de l'association « Capital-Travail »


La CES est intégrée à une construction européenne capitaliste en liaison avec le patronat et les gouvernements européens.


Le capitalisme européen veut aller beaucoup plus loin pour élever son taux de profit. Pour être « compétitif » il doit baisser le plus vite possible le « coût du travail » en accélérant l’exploitation des salariés.


Les mesures d’aides annoncées à la filière automobile par le ministre du « redressement productif » en sont l’exemple concret. L’objectif est de faire payer au peuple les licenciements programmés par les constructeurs automobiles, équipementiers et sous-traitants alors que ceux-ci ont touché des milliards d’euros de cadeaux et de subventions sous différentes formes. Il est temps d'exiger la restitution de ces milliards qui ont conduit au pillage industriel et gavé les actionnaires. L’industrie doit être maitrisée par le peuple pour son développement.


Source : "site communistes"

Commenter cet article