Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Diablo

europe-carte-copie-2.jpg

Pour que la France retrouve le chemin de la croissance et de la compétitivité, les solutions sont :
- de travailler plus, jusqu’à 60h00 hebdomadaires, 7/7 jours ou 11h00 à la journée,
- de remplacer les CDI par des contrats à la journée,
- d’être moins payés sur la base d’un salaire minimum net à 650 euro mensuels [2.50 € de l’heure]
pour les plus de 25 ans, et 450 euro mensuels [1.75€ de l’heure] pour les jeunes de 14 à 25 ans.
- de mettre en place des primes individuelles de compétitivité du collaborateur,
- de mettre en place une flexibilité des horaires adaptés à la demande du marché,
- d’accepter la mobilité géographique à l’intérieur de la zone euro,
- de rendre obligatoire la cotisation syndicale tout en limitant le droit de grève à un brassard,
- de rogner une voire deux semaines de congés payés, et quelques jours fériés,
- de cotiser individuellement à un fond de pension pour partir en retraite pleine et entière à 67 ans,
- de souscrire individuellement à une assurance privée pour accéder aux soins de santé ou payer les
pompiers,
- de se séparer des deux tiers des fonctionnaires par des privatisations et des offres concurrentielles,
- de baisser les impôts pour augmenter les taxes,
- de supprimer statuts et conventions collectives pour une seule règlementation du Travail,
- d’autoriser le travail informel individuel dans les services aux personnes,
- de regrouper les exploitations agricoles inférieures à 1000 hectares,
- de regrouper les unités de pêche inférieures à 100 tonneaux,
- de regrouper les unités militaires dans une grande armée européenne,
- de supprimer les départements pour renforcer les régions réduites à 7 au lieu de 22,
- de regrouper les communes de moins de 10 000 habitants dans une grande commune sur un
territoire borné,
- de renforcer les contrôles aux frontières pour estomper l’immigration hors zone euro,
- d’abroger la Constitution française par la mise en place d’une Constitution Européenne,
- de substituer le gouvernement par le renforcement du pouvoir des exécutifs et des présidents de
régions qui éliront un supra président européen.
- …//…
On pourrait se dire que ceci est une provocation réactionnaire issue d’une science-fiction tirée d’un polar de série B… pourtant c’est là le but des capitalistes européens et de leurs supplétifs politiques depuis 60 ans [1953] quand fût mis en place la CECA (communauté européenne du charbon et de l’acier) qui a supprimé les droits de douane et les restrictions quantitatives pour instaurer la concurrence, le tout en accord avec l’OIT [organisation internationale du travail] avec qui la CECA signe un traité le 15 août 1953.
Cela fait donc maintenant 60 ans que nous subissons la dictature capitaliste européenne, et chaque pays de la zone euro est un laboratoire qui détruit les uns après les autres, au nom de l’unicité européenne, les droits des travailleurs, leurs acquis sociaux, et même leur liberté individuelle et collective. La liste ci-dessus n’est donc pas une prévision mais elle se met en place au fur et à mesure, parfois avec subtilité politique, parfois plus violemment.
Aussi, tout cela se fait avec des complicités politiques, autant dans les partis que dans les organisations syndicales, qui osent penser à notre place comme si nous étions des débiles ou des enfants, que l’Europe Fédérale est la solution d’avenir dans le cadre de la globalisation économique et de la montée des puissances émergentes.
Parler aujourd’hui de la sortie de cette espace européen est considéré comme un gros mot, ce serait du nationalisme chauvin, et une utopie dans un monde mondialisé…
Pourtant tous les travailleurs s’aperçoivent au quotidien que les droits s’amenuisent, que les acquis sociaux volent en éclat, que la liberté est bafouée, que les institutions politiques sont devenues des chiens de garde antidémocratiques et corrompues à la volonté impérialiste européenne… Chacun ne peut que constater que l’Europe est un instrument de la réaction mené à bâton rompu par des petits dictateurs qui n’écoutent que les capitalistes et humilient les peuples en leurs faisant prendre des vessies pour des lanternes, celle de la PAIX étant la principale chimère.
Souvent des camarades qui se sentent impuissants face à cette diabolique machine à broyer les consciences et les vies des travailleurs, nous disent : « les gens ne sont pas encore assez au fond du trou pour réagir comme il faudrait réagir ».
Ils veulent encore y croire, ils résistent malgré les intimidations, les provocations, les coups bas… mais ils se sentent bridés par les organisations politiques et syndicales qui ne pensent plus sur la base historique et matérielle des classes sociales opposées selon leurs propres intérêts, mais pensent en somme d’individus naturellement livrés à la concurrence libre et non faussée dans un espace supranational voire mondialisé.
Ainsi, beaucoup de camarades se sentent floués par des organisations politiques et syndicales qui ne conçoivent plus « Nation de droits, libre et indépendante » mais « Europe, régions et territoires » (Fédération-Lander-Country] comme si cette solution qui mélange l’histoire germanique à l’histoire anglo-saxonne [lesquelles sont liées depuis 1000 ans par le sang aristocratiques] fera que cet espace européen sera social et pacifique.
Nous disons cela car dans les prochains mois la cacophonie va commencer, on s’approche de 2014 et des élections européennes qui semblent être une priorité pour le monde politicien qui s’il va aussi se battre pour les municipalités pour des raisons d’existence voire de survie, va mettre un poids terrible sur les européennes.
Ces politiciens doivent ainsi penser sans le dévoiler objectivement : « A quoi sert de se battre pour des communes quand celles-ci risquent de disparaitre à court terme dans des communautés de territoires rattachées à des mégapoles liées à des régions sous gouvernance européenne ? » … calculant que la proximité citoyenne est une gabegie de temps mais que le graal serait de décrocher une fonction européenne : comme si les députés européens avaient le pouvoir de rendre social un espace fabriqué de toute pièce par la réaction ultralibérale ! C’est comme si on demandait au FMI ou à l’OMC d’être socialement impliqués dans les politiques sociales, ce qui est complétement et à jamais impossible.
La Cellule Ouvrière du Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais n’existait pas au moment des présidentielles 2012, mais ces membres ont participé activement à l’élimination de Sarkozy et de l’UMP en s’inscrivant dans la dynamique du Front de Gauche sans pour autant déployer le tapis rouge au PS, mais en considérant que nous sommes dans une étape n’ayant pas les forces révolutionnaires pour faire la révolution socialiste.
Aussi, si le Front de Gauche est un formidable outil politique progressiste, son ambiguïté (PCF et PG) pose problème quant à la compréhension par les masses populaires sur la question de l’Europe. En effet, on ne peut que constater que les masses les plus fragilisées par la crise systémique du capitalisme, sont plus attirées par la radicalité antieuropéenne du FN même si son fond politique est profondément ancré dans les racines d’une Grande Europe dominatrice et impérialiste, blanche et chrétienne.
Il y a donc des divergences de fond avec des composantes du Front de Gauche, et nous pensons qu’elles sont alimentées par la direction du PCF dont le secrétaire national est à la tête de Parti de la Gauche Européenne, qui joue de son influence pour empêcher le porte-parole Mélenchon de s’exprimer sur cette question qui fera la différence dans quelques mois.
Nous pensons que la somme d’arguments à notre disposition pour démonter le système quasi mafieux européen est capable de nourrir les consciences pour ne pas laisser à l’extrême-droite ou aux nationalistes chauvins et bourgeois, l’apanage de la lutte contre cette création capitaliste et impérialiste.
Jean-Luc Mélenchon puis Pierre Laurent se sont rendus en Amérique Latine et Caribéenne, ils ont dû apprendre et constater que l’unité entre les nations peut fonctionner sans la fusion entre les nations, l’ALBA, le CELAC ne sont pas des organismes pour s’accaparer mais pour échanger sur la base de la valeur travail, c’est-à-dire le prix exact de la force de travail.
Alors, pour couper court aux arguments fallacieux des experts du capital et éteindre les vociférations haineuses à l’encontre de l’Amérique du Sud, le Front de Gauche doit revendiquer ses liens avec elle, et expliquer ce qui a changé et ce qu’il reste encore à faire après des décennies de pillages capitalistes et de dictatures militaires fomentées pour empêcher la satisfaction des besoins sociaux et des revendications des travailleurs.
Nous n’avons pas besoin d’Europe, mais d’unité internationaliste entre les peuples et les nations libres et indépendantes, et du socialisme réel : une barricade n’a toujours que deux côtés.
Source : Cellule Ouvrière du Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais
comibase@gmail.com

Commenter cet article