Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

ul-cgt-vendomois.jpg

 

Vendôme, le 9 octobre 2013

 

 

 

 

 

Cher camarade,

 

 

 

L’union locale CGT de Vendôme lors de sa dernière commission exécutive a discuté de la situation sociale. Nous avons fait plusieurs constats :

 

1- Que l’actuel gouvernement n’a rien à envier des décisions que prenait le gouvernement sarkozyste. Notre CE considère qu’il fait pire :


-L’ANI.


-Le refus de voter la loi d’amnistie pour les syndicalistes.


-Le blocage du SMIC.


-Le gel des salaires des fonctionnaires.


-La baisse des subventions aux collectivités locales, ayant un effet sur l’emploi et le maintien des services publics.


-La hausse des énergies.


-La TVA.


-Crédit d’impôts aux entreprises.


-On en oublie et des meilleurs…..


-Le retour des privatisations.


-L’abandon des nationalisations.


-Les mesures sur les retraites.

 


2-Que notre confédération ne nous parait pas assez offensive pour contrer toutes ses attaques.

 

Les camarades de l’union locale dans son ensemble, considèrent que nos dirigeants CGT sont trop complaisants envers Hollande et son gouvernement (par exemple la CGT ne s’est pas manifestée contre le pouvoir qui n’a pas revalorisé le smic au 1er juillet).


De plus dans sa critique de l’ANI, la CGT ne se positionne pas franchement contre  tous les signataires de  cet accord qui va fondamentalement à l’encontre des intérêts des travailleurs et du code du travail, ce qu’aucun gouvernement depuis 1945 n’avait osé faire.


Parmi les signataires, il y a la CFDT syndicat réformiste qui s’accoquine avec Hollande  et ses ministres. Dans la même veine n’oublions pas les agissements de la CFE-CGC.


Nous subissons tous les jours les idées consensuelles que tous ces sociaux-démocrates essaient de nous imposer.

 


Ici à Vendôme, petite ville de 18000 habitants avec un bassin d’emplois composé d’activités  très diversifiées : usines métallurgiques, agro-alimentaire, santé, aide à la personne etc… et un artisanat important et varié, nous commençons à voir des salariés qui  pâtissent des effets de l’ANI et de cette idéologie désespérante que nous propose le gouvernement actuel.

 

Les salariés des petites entreprises, ceux qui vivent l’exploitation capitaliste la plus sauvage, nous les voyons régulièrement à l’union locale. Souvent, ils ne comprennent pas ce qui leur arrive, ils sont les oubliés de la CGT. 


Notre union locale en a conscience, et dès qu’elle le peut, elle essaie de les faire bouger, notamment lors de campagnes nationales comme  les prud’hommes ou les élections au TPE et contre l’ANI en ce moment.


Souvent, nous obtenons les meilleurs résultats du département.

 

Depuis quelques années, nous avons délaissé nos principes essentiels.


Nous avons oublié la lutte de classe, la grève générale, l’unité des travailleurs  en tant que citoyens exploités par les mêmes dirigeants. Nous appelons de toutes nos forces la confédération à revenir à ses fondamentaux.


La division des travailleurs est alimentée par des notions comme « interprofessionnelle », « unité » avec les autres syndicats, alors que chaque salarié est d’abord un individu exploité, ayant les mêmes intérêts de classe que son voisin syndiqué ou non.


Quand un smicard lutte pour son pouvoir d’achat ou sa retraite tous les smicards luttent pour la même revendication qu’il soit de la métallurgie ou de l’agro-alimentaire du public ou du privé.

 

La CE a pris acte de la journée d’action du 10 septembre prochain.

 

Nos petites villes ne se prêtent pas aux mouvements catégoriels, et nous sommes satisfaits que cette journée du 10 soit enfin avec des mots d’ordres qui « causent » à tout le monde et, avec des actions non disséminées.

 

Nous sommes une « petite union locale » mais très active. Nous apportons un  soutien syndical, logistique et financier aux sections  des entreprises. Nous avons aussi une section interprofessionnelle avec des militants retraités très dynamique.


Depuis plus de 30 ans nous organisons notre fête du 1er mai dans le quartier le plus populaire de Vendôme, avec le côté festif nous y incorporons une haute dose de syndicalisme par le biais d’interventions publiques, de stand d’information, d’exposition des luttes vendômoises etc….

 

Notre Union locale est toujours dans la ligne de la charte d’Amiens, dans les principes d’un syndicalisme de  combat de classe.


Nous considérons que le réformisme des autres syndicats et vers lequel va depuis quelques années la CGT, est une  orientation de notre confédération qui nous inquiète, a plusieurs titres :


-Elle ne va pas dans le sens d’une vraie défense des intérêts des travailleurs.


-Elle  n’aide pas à obtenir de véritables nouvelles conquêtes sociales.


-Elle entérine l’idée que le capitalisme est la seule issue possible.


-Elle conforte l’idée que les patrons sont et seront toujours les plus forts.


-Elle affaiblit le syndicalisme et démoralise les salariés.


-Elle laisse croire que le politique ne peut pas intervenir sur l’économique


-Elle entretient l’idée de mettre au pouvoir l’extrême droite.


Les idées du front national commencent à entrer dans nos unions locales, ce qui est un frein pour l’action syndicale et source de division. Ici à Vendôme, bien qu’il s’agisse d’un phénomène marginal, nous en avons conscience.


Nous le combattons par de l’information sur l’histoire du mouvement ouvrier, par des rappels de principe fondateur de la CGT, ainsi que par l’explication critique des positions du front national.

 

Cher camarade secrétaire général, c’était une partie des réflexions débattue au sein du bureau et de la commission exécutive, et nous voulions t’en faire part.

 

Nous aimerions lire tes impressions.

 

Reçois nos salutations fraternelles et syndicales.

 

 

Pour la commission exécutive,

Le secrétaire de l’Union Locale.

Mickael Drouault

 

 

 

 

Copie à : 

Union Départementale CGT

Union Régionale CGT

 

 

 

Commenter cet article