Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

 

CE QUE NOS LECTEURS DOIVENT SAVOIR :

Le blog Commun Commune est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est humaniste, progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat, y compris sur des sujets qui peuvent faire polémique, dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers - hors tous propos racistes et/ou antisémites - y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

Si, par mégarde, un manquement à ces règles venait à apparaitre nous vous remercions de bien vouloir nous le signaler afin que nous procédions aux rectifications nécessaires. 

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par DIABLO

urcf logo

Union Européenne: La grande tromperie

L’Union européenne a été voulue par les monopoles et leurs États pour créer un instrument d’exploitation capitaliste à l’échelle du continent, et de conquête des marchés des divers pays. Elle a eu besoin de campagnes médiatiques et idéologiques visant à abuser en profondeur les travailleurs par la démagogie de masse des « euro-menteurs ».

Souvenons-nous d’un Jacques Delors, lors du référendum sur le Traité de Maastricht, promettant « une ère de prospérité ». Près de 20 ans plus tard, la misère, le chômage, l’austérité salariale, les privatisations (qui devaient « baisser les prix » !), les inquiétudes sur l’avenir, sont le lot quotidien du plus grand nombre.

 

Les dirigeants de l’Union Européenne avaient promis une « Europe démocratique ».

La réalité prouve le mensonge. À chaque victoire du NON en France, aux Pays-Bas, en Irlande, la souveraineté populaire a été violée, en faisant voter des parlements aux mains des conservateurs et des sociaux- démocrates acquis à la défense de ce cartel impérialiste.

Les mêmes leaders bourgeois avaient souligné que grâce à l’UE, la paix avait été sauvegardée en Europe. C’est oublier la guerre contre la Yougoslavie souveraine, les agressions des puissances impérialistes d’Europe, dont la France, en Afghanistan et en Libye. « L’euro nous a épargnés de la crise financière », prétendait Sarkozy. Et pourtant un spectre hante toute l’Europe: la menace d’un krach et la faillite du système bancaire.

 

Les incendiaires capitalistes jouent les pompiers. La crise actuelle, liée au renforcement incessant de la dette publique (provoquée par les aides au Capital et le taux de remboursement des dettes), est le prétexte, de la part du capital financier, pour opérer un tour de vis sans précédent dont l’objectif est de renflouer toujours plus les banques et monopoles en paupérisant systématiquement la majorité de la population laborieuse.

 

La Grèce est le laboratoire de cette régression de civilisation, condition du profit capitaliste mais aussi de la colère et de la résistance populaires à la politique du capital et de l’UE.

Certains commentateurs osent parler de « l’aide de l’UE ». Quelle honte ! Le prêt de l’UE à la Grèce s’élève à 78 milliards, avec un taux de remboursement de 17 à 25% ! « L’économie » de 28,4 milliards d’euros exigée en 5 ans vise à étrangler le peuple grec, pour permettre aux banques vampires de renforcer l’accumulation de capital, sous peine de krach.

 

Telle est la dure loi de la jungle capitaliste!

Par leurs luttes, par leurs grèves générales, les travailleurs de Grèce, dirigés par le KKE (Parti Communiste) et PAME, mènent un combat de portée internationale, non seulement pour défendre les droits et revendications des Grecs, mais aussi de toute l’Europe !

Cette lutte héroïque exige notre solidarité de classe active et l’unité des communistes dans cette solidarité !

 

Contre l’Union Européenne, contre le capitalisme !

L’expérience montre qu’on ne peut défendre les revendications et la satisfaction de ses besoins sans se battre contre l’Europe des monopoles.

Partout est légitime le refus des travailleurs de payer une crise dont ils ne sont nullement responsables. Pour cela, partout, de la France à la Grande-Bretagne, de l’Espagne au Portugal, il faut s’attaquer à la politique et à la domination des partis réactionnaires et sociaux-démocrates, piliers de la dictature du Capital et de l’Union Européenne.

Cette longue bataille de classe ne sera pas victorieuse sans lutte idéologique et politique contre la gauche réformiste qui critique certaines conséquences du capitalisme et de la politique européenne (les « excès », disent-ils), mais ne préconisent que des solutions dans le cadre de cette même UE : « Banque Centrale européenne  » (BCE) transformée par un coup de baguette magique en « banque pour l’emploi et la croissance  », sans s’attaquer à la propriété capitaliste, « réorientation de l’UE », autant d’axes et de slogans qui confortent cette superstructure des grands groupes et des États capitalistes, en lui apportant un soutien social populaire de fait. Alors que la réalité montre que l’UE, en conjuguant et en accroissant la force des classes capitalistes, s’avère l’ennemie de tous les peuples !

En ces temps d’échéances électorales proches, l’URCF rappelle que quiconque « à gauche » ne dénonce pas et ne combat pas le capitalisme et l’Union Européenne, est un auxiliaire des partis sociaux-démocrates.

 

Pour tracer une véritable démarcation de progrès, la grande armée des insoumis au Capital et à l’Union Européenne doit opérer le lien de lutte révolutionnaire entre la sortie de l’UE et la seule et véritable alternative au capitalisme : le socialisme !

 

Le 12 juillet 2011

Source : « URCF – Union des Révolutionnaires Communistes de France »

Commenter cet article