Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Le Diablo

barbeles

 

On ne cesse de parler du risque de déflation en Europe. En effet, l’inflation est tombée à 0,7% sur un an, deux fois moins qu’au Japon, qui semble sortir de ce mal. Mais il faut clarifier deux choses : ce terme est le mot politiquement correct pour dire baisse des salaires et c’est cette Europe qui la provoque.

La déflation, l’autre nom de la baisse des salaires
 
Même les tenants les plus eurobéats de l’UE commencent à s’en inquiéter, comme le montre cette note de l’institut Bruegel, qui s’alarme sur le risque de déflation dans la zone euro. Depuis début 2012, l’inflation ne cesse de baisser dans la zone euro, qui semble prise dans une course sans fin vers la baisse des prix. De manière révélatrice, le phénomène touche encore plus les pays « aidés » par l’UE, ce qui en dit long sur la qualité des potions infligées à ces pauvres pays. Pire, la zone euro se distingue du reste du monde, puisque le Japon, au contraire, semble sortir de la déflation, et si la hausse des prix a ralenti outre-Manche et outre-Atlantique, le phénomène n’est pas aussi marqué…
Mais surtout, derrière les discussions sur la déflation, cela signifie baisse des salaires. Certains néolibéraux diront que ce n’est pas grave car les prix baissent aussi. Mais cette vision froide des choses est réductrice, car tous les prix ne baissent pas : les mensualités d’un emprunt ne sont souvent pas concernées. En outre, une moyenne cache de gros écarts : quand les revenus augmentent en moyenne de 6% aux Etats-Unis, ils baissent 1,6% pour 90% de la population et montent de 31% pour 1%... Et si la déflation est redoutée par les économistes, c’est bien parce qu’elle est génératrice de graves déséquilibres, et, en général, d’un appauvrissement global. C’est pourquoi le Monde a fait un papier intéressant affirmant « pourquoi la baisse des prix en Espagne n’est pas une bonne nouvelle  ».
 
Pourquoi les prix et les salaires baissent ?
 
Il peut y avoir plusieurs interprétations à cette déflation. Certains la réduisent à un problème monétaire etpoussent donc la BCE à créer de l’argent et racheter des titres. C’est un discours qui est parvenu jusqu’au saint des saints de l’UE, qui commence sans doute à comprendre qu’à force de souffrances, les peuples pourraient finir par lui donner son congé. Mais une telle interprétation est insuffisante car la crise qui touche les pays européens se différencie trop de ce qui se passe dans le reste du monde pour ne pas révéler des disfonctionnements bien spécifiques à notre continent…
 
Le problème est simple et pouvait être identifié avant même la mise en place de l’euro : « dans un système où il n’y a pas d’ajustement monétaire, tout point d’inflation en moins permet de gagner en compétitivité ad vitam aerternam ». Avant la monnaie unique, les ajustements se faisaient par la valeur de la monnaie de chaque pays. La monnaie d’un pays en déficit extérieur baissait, ce qui permettait un rééquilibrage de ses comptes. Aujourd’hui, les ajustements se font sur les salaires, comme en Espagne ou en Grèce. Mais avec des salaires variant de 1 à 10 dans l’UE, nous risquons d’entrer dans une zone de dépression permanente pour la grande majorité des pays, d’autant plus que le marché unique et la liberté de circulation des biens et des capitaux renforcent encore la course au moins disant.
 
Le pire est qu’étant donnés les écarts de conditions salariales au sein de l’UE, nous ne sommes qu’au début de cette course suicidaire et délétère au moins disant-social. Et même s’il y a des pauses temporaires, l’avenir est écrit. Ce sera celui annoncé par Pascal Lamy. A moins de lui donner son congé.

Laurent Pinsolle

Militant de "Debout la République"

 

Commenter cet article