Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

euro-cap.jpgL'Union européenne: une menace pour la démocratie

par Rui Paz, du département international du Parti communiste Portugais (PCP)


 

Une partie importante des élites fédéralistes qui se voient aujourd'hui obligées de prendre leurs distances d'avec l'euphorie qui a salué l'euro, le Traité de Lisbonne et les autres étapes du processus d'intégration de l'Union européenne (UE), continuent à défendre l'idée que la solution à la crise politique, économique et sociale passe par « plus d'Europe ! ». Elles critiquent, et à raison, la chancelière Allemande comme une dictatrice par ses menaces et ses actes contre la souveraineté des peuples, mais elles répètent des mots d'ordre qui conduisent exactement à ce que recherche le grand capital allemand, le renforcement de son pouvoir d'intervention dans les orientations politiques des gouvernements des autres États.« Plus d'Europe ! », cela signifie en réalité un approfondissement du fédéralisme, plus d'hégémonie allemande, plus de recul social et d'attaques contre la démocratie, plus de militarisme.

 

En vérité, l'UE, au fur et à mesure que se poursuit son approfondissement, se révèle de plus en plus comme une authentique menace pesant sur la souveraineté de la grande majorité des Etats-membres et un danger mortel pour les acquis démocratiques et sociaux gagnés par la lutte des travailleurs après la défaite du nazisme et du fascisme.

 

La brutale offensive sur le plan social s'est accompagnée d'une lourde attaque contre la souveraineté des peuples et les principes de la démocratie. Les adeptes du fédéralisme cherchent à cacher le fait que sans le respect pour la souveraineté de chaque État et pour la volonté de décision de chaque peuple, il n'y a pas de démocratie possible.

 

Nous ne devons pas oublier que l'ensemble du processus d'intégration de l'UE a évité la démocratie comme le diable fuit la croix. Combien de décisions importantes ont été prises dans l'ambiance feutrée des cabinets, faisant obstacles aux référendums et consultations populaires ? Combien d'échéances électorales, où les électeurs avaient voté contre les propositions de l'UE, ont été réitérées jusqu'à ce que le résultat corresponde aux objectifs désirés ?

 

Au moment où la « troïka intérieure » (les deux partis de droite ainsi que le PS portugais) s'arrange à l'Assemblée de la République pour ratifier le « pacte budgétaire », il est indispensable de rappeler que le principal objectif du bond fédéral qui se prépare n'est pas seulement la diminution du déficit mais, sous prétexte de la réduction de la dette, faire payer à l'immense majorité du peuple les effets de la crise, obtenant ainsi une transformation fondamentale de la répartition de la richesse produite en faveur du grand capital. Dans la logique impérialiste, le coût de la force de travail devra descendre à un niveau insupportable pour ceux qui travaillent dans quelque État de l'UE que ce soit. C'est une mentalité de camp de concentration et de travail forcé que l'on prétend légaliser avec le mot d'ordre « plus d'Europe » !

 

Plus on avancera dans le processus d'intégration de l'UE, plus les peuples touchés prendront conscience du caractère subversif et anti-démocratique du processus d'intégration capitaliste en Europe et l'existence d'un pouvoir illégitime destiné à alimenter une situation de coup d’État permanent contre les principes mêmes du parlementarisme.

 

Aujourd'hui, il est facile de vérifier combien le Parti communiste portugais, à travers la voix de son secrétaire général d'alors, Alvaro Cunhal, avait eu parfaitement raison, lorsqu'il mettait en garde :

« Avec des structures fédérales et un gouvernement central de fait, avec des politiques communes imposées par les pays les plus développés et puissants, avec la transformation des pays les moins développés en pays périphériques sans politiques indépendantes, avec l'acceptation passive et soumise à une OTAN autonome commandée par les États-Unis et entraînant les peuples dans des guerres criminelles – cette nouvelle Europe étouffe et liquide la souveraineté des États les moins développés, ne sert pas les intérêts du peuple et de la nation portugaise. »

Comme dans d'autres moments de notre histoire, ce devront être aux peuples de défendre et de conserver leurs droits et leurs acquis, la démocratie elle-même.

Source : Avante, organe du Parti communiste portugais

Traduction AC

Repris par : « Solidarité Internationale PCF »

Commenter cet article