Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

cgt-tourcoing-13-01-2012.jpg

UNION LOCALE DE TOURCOING ET ENVIRONS

Compte-rendu de la soirée-débat CGT

du vendredi 13 janvier 2012 à Tourcoing

A l’initiative de l’UL CGT de Tourcoing, ce sont plus de 150 personnes qui se sont réunies hier soir, afin d’écouter le propos de notre invité Saïd Bouamama, puis de débattre vivement, et enfin de partager un vrai moment de convivialité.

Ce qui ressort de cette soirée :

l’exposé très accessible et convaincant de notre camarade Saïd a permis de conclure que :

1 – La dette est un objet de chantage que nous devons considérer comme illégitime ; elle est le produit de choix politiques conscients, passés et présents, et notre devoir militant est de la refuser : ce n’est pas la nôtre.

2 – Cadeau gigantesque aux banques privées, elle s’est trouvée aggravée par des cadeaux multiples à l’ensemble de la classe capitaliste, au rythme même où les conditions d’existence des salariés se sont dégradées.

3 - La réponse à apporter à la paupérisation forcée qui nous attend, et dont la perte du triple A sera un accélérateur, ne peut résider dans le cadre de négociations à froid, dans le cadre bourgeois. Cette réponse, qui en premier lieu doit émaner de nos rangs, obéit au mécanisme bien réel de la lutte des classes. Comme l’indiquait le tract appelant à cette réunion : MAINTENANT C’EST EUX OU NOUS !

4 – En dépit d’une atmosphère a priori toute en résignation et fatalisme, des éléments objectifs permettent de conclure que le combat aura lieu ; comme l’a dit notre Secrétaire Général à la tribune : les conditions réelles d’existence de la classe ouvrière obligeront de toute façon à mener ce combat. A ce titre, les militants actifs de la CGT sur notre territoire (comme ailleurs), qui, d’ailleurs, en organisant très sérieusement cette réunion, ont montré notre capacité collective à agir et peser sur le débat, ces militants sont, face aux difficultés réelles de leur combat, porteurs d’un grand espoir. Bientôt, de nouveaux militants les rejoindront, et nous pèserons encore davantage.

 

sur le débat dans la salle :

 

1 – A la tribune, entourant Saïd, les Secrétaires Généraux des UL de Tourcoing et Roubaix, ont témoigné d’une volonté commune de placer la lutte syndicale sur le terrain que le capital nous impose, celui de la lutte des classes, directe, radicale, sans concession. La présence dans la salle du Secrétaire Général et de militants de l’UL d’Halluin, et les discussions communes qui s’en sont suivies ont attesté que cette stratégie était partagée. Ceci est pour nous tous très encourageant.

2 – Dans la salle, une majorité de militants CGT, principalement tourquennois, de l’hôpital, de la Blanche Porte, du Vert Baudet, et beaucoup de militants implantés dans les PME (Bâtiment, Imprimerie, Commerce, Transport) ; des privés d’emploi, des précaires, des retraités ; Etaient également présents des citoyens tourquennois, des lycéens, des étudiants. Peu de « personnalités », si ce n’est une adjointe PCF à Tourcoing. Des militants de la Coordination Communiste, du PCF, et du NPA étaient aussi présents.

3 – Le débat a exprimé, par les interventions de la salle, l’urgence d’entamer le combat, en dépit des freins, parfois internes à notre organisation, et parfois aussi présents dans nos consciences. A ce titre, l’initiative de notre UL a été unanimement saluée, car elle permet, clairement, de porter le débat sur la crise dans les masses, parmi nous, en dehors de l’idéologie dominante. Les autres UL sont invitées à faire de même, et notre camarade Saïd Bouamama se montre disposé à multiplier ces interventions dans le milieu syndical de classe.

4 – Le débat a aussi montré, au-delà des revendications économiques immédiates (augmentation des salaires, renforcement de nos services publics, expropriation des capitalistes licencieurs, …), une grande exigence de dignité des travailleurs présents. C’est même sans doute ce qui a dominé toute la soirée : face à l’austérité en marche et contre la résignation apparente, les camarades présents, et d’abord les plus jeunes, sont animés d’une volonté et d’une lucidité qui est communicative : la lutte en cours, est une lutte de survie, une lutte où ce sont nos dignités d’hommes et de femmes qui sont l’enjeu.

5 – La proximité des échéances électorales a aussi nourri le débat. Même si le Secrétaire Général de l’UL de Roubaix, Adelkrim Abdeslam, n’a pas manqué de rappeler que le premier enjeu du mois de mai 2012 se situait pour lui non pas le 6, mais bien le Premier mai. Certaines interventions exprimaient une défiance très forte vis-à-vis des élections, considérant que c’est d’abord « dans la rue que ça se passe ». D’autres ont, souvent avec des réserves, appelé à se servir aussi des urnes. Les préférences des uns et des autres se portant sur des candidats de gauche (c’est-à-dire à la gauche du PS). Le danger fasciste a fait l’objet de différentes remarques, concluant toutes que le FN était un recours éventuel pour le système capitaliste, ainsi que l’Histoire l’a montré. Saïd Bouamama a exhorté chacune et chacun d’entre nous à convaincre nos collègues de travail, nos proches et nos voisins, pour que personne « ne se trompe de colère. »

6 – L’intervention d’un militant de l’UL de Tourcoing a appelé chacun à prendre exemple sur la dynamique en cours dans notre Union Locale : nous avons pour objectif de constituer, à travers cette structure de base, un pôle de résistance et de combat, capable de rayonner dans et au dehors des entreprises ; nous devons être capables, dans notre quotidien, de porter le débat le plus haut possible, pour amener les travailleurs à se saisir de celui-ci ; nous devons être capables, même avec nos différences et nos divergences d’appréciation, et c’est ce que nous faisons à l’UL de Tourcoing, de mener la lutte ensemble. Parce que, même ces divergences politiques, après tout minimes au regard de ce qui nous rapproche et au regard du contexte, n’empêchent pas que, comme cela s’est produit hier à la salle Georges Dael, nous discutions entre nous. C’est cet entre nous, cette conscience de classe essentielle au combat, qui doit en toutes circonstances, dominer nos débats, nos actions, nos luttes.

 

A ce titre, notre Union Locale s’engage à multiplier toutes les initiatives qui permettront au plus grand nombre de trouver, dans l’action syndicale, les moyens effectifs de la lutte et, de ce fait, des raisons d’espérer.

 

le 14 janvier 2012

 

Union Locale CGT de Tourcoing

 

Commenter cet article

SCHALIN 02/01/2012 17:50


Merci pour votre réponse, mais parfois militer dans des organes satelites du pouvoir ne fait que conforter le système.


Pour quel syndicat opter pour lutter pour mes droits et ceux des travailleurs? Ils ont tous trahit la vraie lutte des travailleurs. Aujourd'hui, même les dirigeants syndicaux baignent dans des
magouilles financières, ils instrumentalisent le syndicat et le détournent de son vrai combat qui est celui de défendre le droit des prolétaires. Aujourd'hui on vent notre vie sociale, notre
temps de travail pour un salaire minable et tous ce qu'il trouvent à faire c'est de négocier avec le pouvoir quelques poussières de ce qu'on nous vole au quotidien.


Licenciements hémorragique, baisse des salaires, augmentation des impôts, recul de l'âge de la retraite,... Qu'ont fait les syndicats? RIEN de RIEN sauf d'encaisser les cotisations des pauvres
prolos qui malgré ce chaos dans lequel on vit, continuent d'avoir une lueur d'espoir de preserver leur petit boulots.


Faire confiance aux partis-politiques? Quel parti communiste aujourd'hui est digne de porter la communauté humaine vers sa gloire? Ni les staliniens, ni les trotskistes, ni même la gauche
radicale marxiste n'a reussi à mener ce combat jusqu'au bout. Certaines personnalités politiques qui étaient dans la gauche communiste à une époque  ont même tourné la veste et se sont même
alignés pour certains dans les rangs de l'extrême droite.


J'aimerai croire que les associations caritatives et humanitaires feraient un jour quelque chose.


j'aimerai également croire que le combat d'un peuple ne sera pas celui de partis politiques ou de syndicats car comme on le voit aujourd'hui ils sont tous autant qu'ils sont divisés, et quand on
est divisé, on ne peut malheureusement pas unir.


Aujourd'hui à l'ère de la mondialisation nous avons besoin d'un organe mondial qui soit capable de s'élever d'une seule voix au nom des peuples pour nous sortir de ce chaos qui n'a pas encore
atteind ses profondeurs.


SCHALIN

DIABLO 02/01/2012 18:00



Merci pour votre commentaire et de visiter le blog EL DIABLO aussi fréquemment que possible.



SCHALIN 02/01/2012 14:25


Bon sang de bon sang, le peuple connait toute cette réalité mais ne bouge pas d'un pouce. Quand je pense que pour un collier le peuple s'est soulevé contre la monarchie de louis 16 et
proclamation de la République.


Aujourd'hui, il s'agit de plus qu'un collier c'est des vols, des magouilles de l'escroquerie, des malfaçons, c'est des massacres à grandes échelles, ... que nous font subir les hautes autorités
pour conforter la bourgeoisie et verser plus de richesses aux capitalismes, autrement dit "rajouter de l'eau aux océans".


Comment rassembler tout ce peuple qui subit? Un simple blog suffit-il? Je ne pense pas car la société ou la communauté humaine d'antan qui a fait la chute de la monarchie à été disloquée.
aujourd'hui c'est l'individualisme qui prend le dessus d'où la citation qui dit "séparer pour régner". aujourd'hui on vit dans ue société d'individu et celui-ci étant seul ne peut pas se sentir
en sécurité et préfère se cloitrer dans un mutisme dans l'attente d'un miracle d'un sauveur qui viendrai le sortir de son isolement presque carcéral.


Comment retrouver une communauté humaine? Comment dire aux gens que dans l'union il y a force. Comment peut-on se libérer de la prison de notre individu solitaire qui va aux urnes pour mettre une
croix et pour ensuite se taire ?

DIABLO 02/01/2012 15:24



Certes nous vivons, pour une part, l'époque du repli sur soi. La disparition des pays socialistes (sur laquelle il faudrait revenir longuement) comme les
renoncemsnts de la "gauche" pèsent encore très lourd dans les esprits. De plus en plus nombreux (ses) sont ceux (elles) qui admettent qu'il n'y a pas d'issue à la crise du capitalisme sinon le
misère et la guerre mais parallèlement, la majorité ne perçoit pas encore d'alternative crédible à ce système.


Cela doit inciter les plus conscients à se mobiliser et à agir avec leurs moyens (parfois limités).


Militer dans un syndicat, dans un groupe politique de la mouvance communiste, dans une association de chômeurs, de mal-logés, créer et animer un blog
"alternatif... Autant de démarches qui aident à créer les conditions d'une mobilsation populaire nécessaire pour réaliser un changement radical.


Ne baissons pas les bras et gardons le moral en ce début d'année 2012 ,


Vive la lutte !


Salut et fraternité