Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

cgt-emblèmeLa question du choix du successeur de Bernard Thibault à la tête de la CGT a fait naître des dissensions au sein de la direction confédérale. La Commission Exécutive Confédérale (CEC) s’est divisée autour de trois candidats : Nadine Prigent, Eric Aubin et Agnès Naton. Au sein de cette instance, Nadine Prigent l’a emporté d’un cheveu et sa candidature a été proposée au vote du Comité Confédéral National (CCN) le 31 mai. Par 255 voix pour et 304 contre, le CCN a rejeté cette proposition de la CEC. Le débat reprendra en septembre. Dans sa première intervention devant le CCN, Bernard Thibault a parlé en des termes graves d’une « crise de la direction confédérale », évoquant une situation dans laquelle « il n’est quasiment plus une initiative (…) qui ne fasse polémique », « il n’y a pratiquement plus de sujet qui puisse être abordé sereinement ». De quelles initiatives et de quels sujets s’agit-il ? On ne sait pas. Ces propos ne peuvent qu’étonner la base militante de la CGT qui se demande ce qui oppose au juste ces trois candidats et provoquerait une telle crise ?

 

Dans son édition de juillet, l’organe officiel de la CGT, Le Peuple, a publié un compte-rendu du dernier CCN. On y lit que Nadine Prigent considère que la direction sortante a « un bon bilan ». Qu’Eric Aubin précise que sa candidature « ne porte pas sur les orientations de la CGT, mais sur une conception de la direction ». Qu’Agnès Naton dit qu’elle n’a « pas de démarche programmatique individuelle, car [je suis] à la CGT et que, donc, [je fais miennes] les propositions de la CGT ». Ces propos viennent confirmer l’insignifiance de leurs divergences supposées. Une discussion sur la manière dont la confédération doit être dirigée n’est pas négligeable, mais à six mois de notre congrès il est impensable que les débats se limitent à cette seule question. Plusieurs interventions de membres du CCN vont dans ce sens. La FNME (Mines et Energie) parle de « guerre de pouvoir », le Rhône de « lutte de pouvoir », l’Agroalimentaire d’« ambitions personnelles ». La meilleure formule revient à Caroline Ferreira, pourtant membre de l’équipe dirigeante, et qui parle de « lutte des places en lieu de la lutte des classes ».

 

L’expression « mettre la charrue avant les bœufs » est utilisée par trois orateurs du CCN pour qualifier ce débat sur le nom du futur Secrétaire Général. Pour l’UD de Paris, il faut en effet que se dégage « d’abord une conception de la direction confédérale ». Pour celle du Pas-de-Calais, il faut « concentrer notre énergie sur (…) la bataille que l’on doit mener ». Pour les Bouches-du-Rhône, on « est passé un peu vite sur ce qui ne marche pas, [notamment] sur les raisons pour lesquelles ont ne pouvait pas engager toutes nos forces dans la bataille des retraites ». Les UD du Nord, de l’Essonne, des Hauts-de-Seine et de la Gironde vont dans le même sens. Les Fédérations de la Métallurgie, des Finances, des Cheminots, de la Chimie et la FAPT soulignent également qu’il faut discuter de l’orientation générale et « arrêter d’avoir un faux débat sur les personnes ».

 

Le dernier CCN témoigne ainsi du décalage qui existe entre les préoccupations de la base de la CGT et celles des membres de la CEC. Aucun d’eux, et notamment parmi les trois candidats, n’aborde de façon critique le bilan des luttes menées ces dernières années, alors que cette question occupe largement l’esprit des militants. Dans ces conditions, quel enjeu y a-t-il à soutenir une candidature plutôt qu’une autre parmi celles proposées par la CEC sortante ? Il faut recentrer les débats sur les questions cruciales pour les travailleurs : comment construire une mobilisation interprofessionnelle qui mette un terme à la régression sociale ? Quel programme revendicatif devons-nous adopter pour briser la gestion capitaliste de l’économie qui nous conduit à la ruine ? Voilà ce qui doit occuper l’essentiel de l’ordre du jour des instances dirigeantes de notre confédération.

P.V. (CGT93)

Source : "La Riposte"

 

 

Commenter cet article