Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

La Commune de Paris de 1871 s'est terminée par le massacre de la « semaine sanglante » ordonné par le gouvernement bourgeois installé à Versailles.

Comme le relève l'historien britannique Robert Tombs [1], par son nombre de victimes - 10.000 à 20.000 selon les sources - cette tragédie représente « une boucherie sans équivalent dans l'Europe du XIXème siècle ».

Elle a été « en grande partie une tuerie froide et impersonnelle », comme « un des signes avant-coureurs de l'ère moderne des génocides ».

mur-federes.jpg

Par les mesures sociales et démocratiques qu’elle met en oeuvre, la Commune de Paris incarne pour les révolutionnaires du monde entier la première tentative d’instaurer un modèle de société socialiste.

 

Après l’avoir souillée et vilipendée, la classe dominante - bourgeois républicains, bonapartistes et monarchistes confondus - ont organisé son oubli. Au point que les programmes d’Histoire de l’école publique ont - jusqu’à aujourd’hui - tenté de rayer de la mémoire collective le souvenir de ce mouvement populaire ainsi que celui du massacre sur lequel s’est édifiée la Troisième République.

 

Après 1830 et 1848, la Commune de Paris a été la dernière révolution française du XIXème siècle. Elle a été en même temps la dernière révolution française.

 

Depuis, la classe ouvrière s’est dotée d’organisations - syndicats et partis - dont les programmes affichaient et continuent d'afficher leur ambition de mettre fin à l’exploitation capitaliste voire explicitement d’instaurer le socialisme.

 

Mais tout le XXème siècle est passé sans que cet objectif ne soit jamais atteint.

 

Après la Première guerre mondiale, qui avait montré aux peuples à quelles extrémités la logique meurtrière du capitalisme pouvait conduire - un million de morts rien qu'en France - un vent de révolte s’est propagé dans de nombreux pays d''Europe.

 

Des révolutions à vocation socialiste ont éclaté en Russie, en Allemagne, en Hongrie. Cela ne s'est pas produit en France. Sans doute, le peuple français et sa classe ouvrière étaient-ils trop englués dans leur « crétinisme parlementaire ».

 

Plus décevant encore, allié aux puissances capitalistes d'Europe, l'Etat français a pu - sans rencontrer d'opposition majeure - participer aux interventions militaires [2], et au blocus économique et sanitaire destinés à isoler puis étouffer la révolution russe [3].

revolution-russe.jpg

 

Il en résultera une hécatombe sanglante, des épidémies et des famines qui contribueront à conférer un cours extrêmement violent à la Révolution russe. Ce que Lénine et ses compagnons ne souhaitaient pas.

--------------

[1] Robert Tombs, The War against Paris, 1871, Cambridge University Press, 1981. Edition française : La guerre contre Paris, 1871, Ed. Aubier, 1997.

 

[2] Les troupes françaises et britanniques débarquent à Mourmansk (juillet 1918), les troupes japonaises à Vladivistok (avril 1918), les troupes italiennes à Arkhangelsk (septembre 1918), les troupes turques et britanniques occupent l'Azerbaïdjan (août 1918), les troupes polonaises envahissent la Biélorussie (février 1919) puis l'Ukraine (avril 1920).

 

Le manque de solidarité de la masse de la classe ouvrière française ne rend que plus valeureuse l'action des marins de la mer Noire qui se sont mutinés pour ne pas avoir à combattre les révolutionnaires russes. Lire : Jean Le Ramey et Pierre Vottero, Mutins de la mer Noire, Ed. Sociales, 1973.

 

[3] La guerre civile - voulue et entretenue par les capitalistes occidentaux qui soutenaient militairement et diplomatiquement les contre-révolutionnaires tsaristes - aurait causé entre 3 et 7 millions de morts auxquels s'ajoutent les victimes de la famine (5 millions) et du typhus (2 millions).

 

Jean-Pierre Dubois

« Le petit blanquiste »

 

La « Montée au mur des Fédérés » le 26 mai 2012 :

 


 

 

 

 


Commenter cet article

CCL 28/05/2012 19:48


La Commune de Paris fut la toute premiere experience de dictature du proletariat de l'histoire, l'etat sovietique en fut la seconde.


La Commune fit une demonstration brillante : elle devoila la verite que tout etat n'est qu'un instrument de repression d'une classe contre une autre. Jusqu'a la Commune , la police et l'armee
etaient aux mains des 5% de Saigneurs pour mater les 95% de "damnes de la terre". La Commune fit exactement l'inverse : elle crea son propre etat qui devint le baton dans les mains des 95% pour
mater les 5%. La Commune mis en pratique (sans forcement le savoir)  la theorie marxiste de l'etat et permis a Marx et Engels d'approfondir la pierre angulaire du socialisme scientifique
qu'est la dictature du proletariat.


En octobre 1917, Lenine et ses Bolcheviks monterent a leur tour a l'assault du ciel. Lenine n'etait pas sur que le pouvoir des Soviets s'en sortirait mieux que le pouvoir de la Commune.
Il s'attendait a sa propre Semaine Sanglante qui guettait les Soviets. Apres 72 jours, il celebra en faisant des pas de danse sur la neige devant les guardes rouges, car la revolution
bolchevik venait de battre le record de la Commune !


Six mois plus tard, ce furent 14 etats bourgeois qui se ruerent pour delivrer leur "Semaine Sanglante" aux bolcheviks...


Peu avant sa mort , Lenine fit le souhait d'etre enrobe d'un drapeau rouge de la Commune dans son cercueil.