Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par DIABLO

elie-dayan2.jpgEn dépit de la propagande sarkoziste, l'emploi et le pouvoir d'achat restent les préoccupations majeures des travailleurs; la publication par l'INSEE des « tableaux de l'économie française » montre combien elles sont justifiées : au 31 décembre 2009 :

 

La valeur ajoutée par le travail (V.A.B.) a baissé de 29 milliards 1,66%. Mais essentiellement due à la perte de 270.000 emplois, plus de 1% du salariat; dont les cotisations sociales ont diminué d'autant.

 

La masse salariale globale : 1014 milliards ou 58,9% de la richesse créée et 53,1% du produit intérieur brut (PIB) ne doit sa relative stabilité qu'en apparence, en raison de l'inflation monétaire – 1,8%.

 

Quand le capital prend la clé des champs : dans la partie internationale du document de l'INSEE, une note discrète nous apprend que les « investisseurs français » ont investi 60 milliards dans les entreprises travaillant et appartenant à l'étranger, 60,5 milliards qui s'ajoutent aux investissements acquis depuis les années précédentes pour atteindre un fabuleux trésor : 694 milliards.

François Fillon en appelle au « patriotisme économique » il ignore ou feint d'ignorer cette manie qu'ont les nantis de fuir à l'étranger avec leur magot : en 1789 c'était à Coblentz, en 36 c'était en Allemagne, en 68 tout comme aujourd'hui c'est une attitude politique, presque un principe chez eux. 694 milliards c'est plus de la moitié de la dette française, c'est plus que la totalité des budgets sociaux français.

 

LES MISERABLES !

 

On commence à connaître les ficelles de la propagande Sarkoziste : faire du tapage autour du petit scandale, gonfler le petit larcin pour masquer le gros; c'est le « président » en personne qui dénonce, tonne et menace, toujours face à la caméra, son discours de Bordeaux fût un modèle du genre : annoncé comme un coup porté contre l'abus des « arrêts maladie » qui coûtent cher à la Sécurité Sociale; mais pas un mot sur les 200 millions que la Sécurité Sociale réclame aux Laboratoires Servier qui avait fait classer « médicament remboursable à 65% » un faux médicament dont l'usage a tué des centaines de malades, en vingt ans. Il est vrai que Servier est un ami cher du Président.

 

On a pu le voir en pleine bataille pour les retraites, face à un ouvrier quinquagénaire lui reprocher de ne pas vouloir travailler deux ans de plus, alors que nous avons la perspective de vivre dix ans de plus. Comme si lui, chef de l'état, ignorait que la catégorie des ouvriers, six millions de salariés, avait une espérance de vie inférieure de 7 ans à celle des cadres supérieurs et professions libérales, et que, un ouvrier sur cinq meurt avant 60 ans ! Sous la devise EGALITE, la France cache l'inégalité devant la mort, comme la poussière sous le tapis.

 

Notons qu'avant Sarkozy, les présidents Chirac, comme Mitterrand eux aussi ont poussé la poussière sous le tapis, non pas par inhumanité, mais tout bêtement parce que la tradition veut que le pouvoir depuis deux siècles n'intervient pas dans les affaires internes des entreprises autrement dit, la loi patronale n'est pas celle de la République.

 

En vrai roi de l'enfumage de l'opinion, il voudrait nous faire croire que c'est le cumul de tous ces problèmes, qui constitue la « dette ». Ses « communicants » lancent cette formule canaille « nous avons mangé le retraite de nos enfants et petits-enfants ». Nous, c'est-à-dire 25 millions de salariés mais pas les milliardaires Arnaud, Mulliez, Bettencourt et autres.

 

Tout le confirme, le règlement de ces problèmes ne trouvera pas la solution en avril-mai 2012. Sous une enveloppe verbale à peine différente, les programmes de l’un et de l’autre contiennent la menace de plans de rigueur de plus en plus lourds.

Elie DAYAN

Novembre 2011

Commenter cet article