Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

athenes-01-12-2013.jpg

Tribune finale de la réunion d'Athènes

De gauche à droite :

- Jacques Nikonoff (MPEP - France)

- Sonia Oronoz et Pablo Erlantz (Democracia Real Ya - Espagne)

- Hörður Torfason (Initiateur et organisateur de la révolution islandaise - Islande)

- François Asselineau (UPR - France)

- Dimitris Kazakis (EPAM - Grèce)

- Georgia Basta (journaliste, chef du service de presse de l'EPAM - Grèce)

 Derrière la précédente : Marco Balestra (Eurotruffa - Italie)

- Janus Putkonen (IPU - Finlande)

- Monia Benini (Per Il Bene Commune – Italie)

- Antonino Galloni (professeur d'université - Italie)

****

Ce qui s'est passé ce week-end à Athènes est d'une très grande importance politique et sans doute même historique.

 

D'une part, ce communiqué a très clairement précisé les enjeux fondamentaux et les décisions clés sur lesquels sont tombés d'accord les 10 mouvements et organisations signataires : à savoir la sortie de l'UE et de l'euro par l'application de l'article 50 du traité sur l'Union européenne.

 


La ligne toujours défendue par l'UPR depuis sa création, - notamment notre insistance à être extrêmement clairs sur les remèdes et à rester dans le domaine du droit et donc de l'application de l'article 50 du TUE -, trouve ainsi, dans ce communiqué, sa consécration à l'échelle du continent européen. 

 


Cette ligne, faite de constance, de clarté, de rectitude et de justice, refuse tout particulièrement les extrémismes et les ambiguïtés du souverainisme "alter-européiste". Ce communiqué historique prouve qu'elle rencontre l'accord unanime des vrais mouvements d'opposition à l'ordre euro-atlantiste qui naissent à travers l'Europe. 

 

 

D'autre part, et comme l'affirme le communiqué lui-même (point c de sa conclusion) c'est sans doute le début d'un mouvement d'ampleur historique.

 


Il a en tout cas été perçu comme tel par tous les participants et ce n'est pas un hasard si aucune couverture de presse n'a été donné par les grands médias grecs à cette réunion d'Athènes. Nous allons nous-mêmes avertir le plus grand nombre possible de médias français mais sans illusion.

 


Si ce que nous avons collectivement lancé prend de l'ampleur et que de nouveaux mouvements de vraie opposition, venus d'autres pays d'Europe, rejoignent cette initiative, nous allons entrer dans une nouvelle phase de notre combat. Collectivement, nous allons être bien mieux armés pour briser le verrou médiatique, dessiller les yeux des peuples sur les fausses oppositions à la dictature euro-atlantiste, et renverser le cours de l'Histoire. 

 


Mais tout cela ne sera possible que si les citoyens de chaque pays, en nombre de plus en plus grand, se joignent à ce grand mouvement né très symboliquement à Athènes, le berceau de la démocratie.

 


François Asselineau

 

Le 3 décembre 2013

 

euro-larme.jpg

LA RÉUNION D’ATHÈNES

Communiqué de presse commun

 

Athènes, berceau de la démocratie, le 1er décembre 2013.

 

Lors du week-end des 30 novembre et 1er décembre 2013, des mouvements populaires et des économistes de tous les pays d’Europe et d’autres nations, ont participé à une réunion qui a connu un grand succès. Cette réunion a été organisée à l’initiative du Front unitaire populaire de Grèce (EPAM) sur les thèmes suivants : la dette, la monnaie nationale et la démocratie.

 

Dès le premier jour de la conférence, il était clair que tous les participants avaient des idées communes permettant de bâtir une coopération étroite dans les directions suivantes :


1. La dette a été imposée par les banques à travers l’euro qui emprisonne les nations et asservit les peuples.


2. Quitter l’euro et rétablir les monnaies nationales est la condition de base pour reconquérir l’indépendance et mener des politiques de plein-emploi.


3. Il faut quitter l’Union européenne dans les conditions précisées par l’article 50 du traité sur l’Union européenne.


4. La démocratie apparaît comme un enjeu majeur dans un environnement politique européen où les gouvernements de l’Eurozone – et d’abord et avant tout les élites de ces pays – imposent des politiques menant l’Europe à un nouveau système féodal dirigé par les marchés contre les intérêts des peuples.


L’euro, comme les autres unions monétaires, s’effondrera tôt ou tard. Plus vite chaque pays quittera l’euro et mieux ce sera.

 

Le dilemme auquel font face les peuples d’Europe est le suivant : ou la dictature des marchés, ou la démocratie et une économie fondée sur les besoins des peuples.

 

La réunion a achevé ses travaux sur les conclusions importantes et les perspectives suivantes :

 

a)- Les participants, bien qu’ils représentent des mouvements démocratiques qui s’opposent à toute forme d’extrémisme, sont tous victimes de la même interdiction d’accès aux grands medias. Ils observent cependant, chacun dans son pays respectif, que ces mêmes grands medias accordent une couverture très large aux partis d’extrême droite, en organisant ainsi une confusion, dans l’esprit des citoyens, visant à associer la nécessité de sortir de l’Union européenne et de l’euro à une idéologie d’extrême-droite.


b)- L’importante réunion de deux jours qui s’est tenue à Athènes marque le début d’une coopération régulière et active entre les mouvements qui y ont pris part, dans le cadre du respect mutuel de l’identité nationale de chacun.


c)- Cette réunion marque le commencement de la libération des peuples d’Europe, qui ont le droit de bâtir leur propre démocratie et leur propre économie.


d)- Tous les participants à cette réunion internationale se sont engagés à intensifier leurs efforts et à accroître le nombre de mouvements – dans toute l’Europe et dans le monde – selon les étapes décrites lors de cette réunion d’Athènes.

 

Signé par :

 

1.- EPAM (Front unitaire populaire) – Grèce.


2.- Union Populaire Républicaine (UPR) – France.


3.- Per Il Bene Comune (Pour le bien commun) – Italie.


4.- Asociación Democracia Real Ya (Association démocratie réelle maintenant) – Espagne.


5.- Campaign for an Independent Britain (Campagne pour une Grande-Bretagne indépendante) – Grande-Bretagne.


6.- Alza Il Pugno /Eurotruffa (Soulevez votre poing/ Eurotruffa) – Italie.


7.- Economia Per I Cittadini (EPIC – L’économie pour les citoyens) – Italie.


8.- National Platform (Plateforme nationale) – Irlande.


9.- Mouvement Politique d’Emancipation Populaire (MPEP) – France.


10.- IPU (Parti de l’indépendance) – Finlande.

 

 

 

source: http://www.upr.fr/

 

 

Commenter cet article