Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Diablo

Lu sur le blog de Jean Lévy:

Quand John F. Kennedy était fasciné par l'Allemagne nazie

J-F-Kennedy.jpg

 

Quand il prononça la phrase devenue mythique «Ich bin ein Berliner» il y a 50 ans à Berlin-Ouest (voir la vidéo ci-dessous), en pleine Guerre froide, ce n'était pas la première fois que John F. Kennedy foulait le sol allemand. L'ancien président s'était déjà rendu à plusieurs reprises en Allemagne dans sa jeunesse, à l'époque du troisième Reich, et à en croire ses carnets de voyage et les lettres envoyées à ses proches, il avait alors été fasciné par ce qu'il y avait vu, explique Der Spiegel.

 

 

Pour la première fois, ces écrits méconnus paraissent traduits en allemand, réunis dans le livre John F. Kennedy - Unter Deutschen. Reisetagebücher und Briefe 1937-1945 (Parmi les Allemands. Carnets de voyages et lettres 1937-1945) par Oliver Lubrich, professeur de littérature à l'Université de Berne. John F. Kennedy est venu trois fois en Allemagne durant sa jeunesse.

 

 

 

D'abord à l'été 1937, en compagnie d'un de ses camarades d'université. Durant leur «grand tour» qui les voit arpenter l'Europe pendant trois mois, les deux jeunes hommes de 20 ans visitent l'Allemagne nazie. Début août, il écrit dans son carnet de voyage:

«Arrive à la conclusion que le fascisme est ce qu'il faut à l'Allemagne et à l'Italie.»

 

 

Le 21 août, il écrit:

«Les Allemands sont vraiment trop bons –c'est pourquoi on s'attroupe contre eux pour se protéger.»

 

 

Un jour plus tard, il s'émerveille au sujet des autoroutes allemandes:

«Ce sont les meilleures routes du monde.»

 

 

Kennedy est revenu deux ans plus tard en Allemagne, quelques mois avant le début de la Seconde Guerre mondiale, pour y faire des recherches dans le cadre de sa thèse universitaire, puis peu après la capitulation, à l'été 1945, cette fois-ci en tant que reporter pour des médias anglophones. Mais là encore, il semble encore fasciné par le troisième Reich et Hitler. Après avoir visité l'Obersalzberg, en Bavière, la montagne sur laquelle Hitler avait son «nid d'aigle», il écrit le 1er août 1945:

«Celui qui a visité ces deux lieux [l'Obersalzberg et le Kehlsteinhaus, NDLR] peut s'imaginer aisément la façon dont Hitler parviendra à s'extraire de la haine dont il est aujourd'hui l'objet pour être considéré comme l'une des personnalités les plus importantes à avoir existé.»

 

 

Dans une interview à Deutschland Radio Kultur, Oliver Lubrich, l'auteur du livre consacré aux voyages de J.F. Kennedy en Allemagne, relativise tout de même la portée de ces écrits:

«Ce n'était pas un admirateur [d'Hitler] mais je pense que ce que Susan Sontag a décrit plus tard comme la fascination morbide, érotique, et aussi en partie esthétique que le fascisme exerce aussi sur des gens qui n'étaient eux-mêmes pas des nazis sur le plan politique, correspond très bien à Kennedy.»

 

 

Der Spiegel rappelle d'ailleurs que Kennedy n'est pas le seul voyageur américain à avoir succombé à cette fascination étrange pour la façon dont le fascisme était mis en scène, citant par exemple le réalisateur Julien Bryan, qui a documenté la vie quotidienne des chef nazis sous le troisième Reich, et Martha Dodd, la fille de l'ambassadeur américain en poste à Berlin entre 1933 et 1937, que son père surnommait «le jeune nazi», et qui raconte son admiration pour les nazis dans une autobiographie intitulée Nice to meet you, Mr. Hitler!.

 

Source : SLATE.FR

Commenter cet article