Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

L’Europe des régions et la disparition de la France
La désintégration de la France est commencée. Le projet de fusion d'une Alsace « Région d'Europe» est le premier acte de ce processus longuement mûri. D'autres projets tout aussi dangereux suivront très prochainement: « La Catalogne réunifiée »; « Le Pays Basque »; « la Bretagne »;  « la Corse »; « L'Occitanie »  et j'en passe.
L'idée patiemment préparée par cette Union Européenne pour détruire les états nation afin de mieux imposer le libre échange est en passe de se concrétiser partout. La dislocation de la Belgique; le dépeçage de l'Ex-Yougoslavie avec son cortège de haine et de morts, le découpage de la  Tchécoslovaquie sous Vaclav Havel, la division de l'Italie avec la volonté de la Padanie de faire sécession, l'explosion de l'Espagne avec la Catalogne et l'Euskasie qui veulent à tout le moins l'indépendance. Chez nous les euro-régions qui deviennent réalité pour acter la mise à mort de notre République, seule garante de l'intérêt général. Diviser pour mieux régner, diviser pour imposer l'ordre néolibéral avec sa dictature qui ne veut pas en porter le nom, diviser pour exploiter sans entraves, diviser pour rendre esclaves les peuples, diviser pour installer la guerre de tous contre tous, telles sont les techniques des ultra riches pour s'assurer sans risques la pérennité du pillage en cours.
Le Nouvel Ordre Mondial s'installe partout pour le plus grand bonheur des grandes transnationales, pour le plus grand bonheur des grandes banques (Goldman Sachs installe ses pions à la tête de chaque pays de l'union Européenne), pour le plus grand bonheur des ultra riches.
En France, la très inquiétante « loi de réforme des collectivités locales », appelée aussi « Réforme Territoriale », présentée et votée par l'actuelle mandature, fait partie à mon sens de la plus grave atteinte à notre intégrité nationale. C'est le plus gros coup porté à ce jour à notre histoire, à notre passé, à notre avenir, par les gens qui nous gouvernent.
J'ai depuis le début de la mise en place de la fameuse commission Balladur, chargée de rendre présentable cette gigantesque régression, la ferme conviction que nous sommes dans la phase finale de notre désintégration en tant qu'état nation qui tire sa légitimité du peuple souverain. Notre asservissement total en sera la conséquence logique.
Les sois disant sages et les experts autoproclamés sur cette question cruciale ont occupé l'espace médiatique pendant des mois sans débats dignes de ce nom. Leur cortège de certitudes élaborées par des agences de communication, a seulement emballé le projet établi par la commission européenne sur ordre des groupes de pression des multinationales.
Ils ont fait voter en force à l'assemblée cette loi suicidaire, contre l'avis de la majorité des élus, qu'ils soient de droite ou de gauche, et contre l'avis de la population. Lorsque les édiles locaux la consultait par référendum, le résultat était invariablement le même, environ 80% de personnes contre.
Dans les Alpes-Maritimes, laboratoire ultralibéral s'il en est, les quelques consultations populaires se sont toujours déroulées avec une très forte participation, et avec un refus franc et massif de 80% au moins.
Des maires UMP ont osé défier le clan au pouvoir, que pensez-vous qu'il arrivât ?  Le maire et les principaux responsables furent arrêtés et embastillés afin d'anéantir la volonté populaire. La force publique a procédé aux arrestations au domicile de ces personnes à 6 heures du matin. Accompagnée d'un battage médiatique important, des images fortes, très utiles pour discréditer ces personnes, ont été diffusées massivement. On a pu voir sur des média régionaux et nationaux, ces gens embarqués dans des fourgons de police, menottés et honteux. Il est clair qu'après cette démonstration de démocratie appliquée, les autres élus de la majorité sont devenus plus prudents.
Les quelques élus de gauche existants dans ce département pilote, ont eux aussi consulté parfois leurs administrés par voie référendaire avec les mêmes résultats que ceux obtenus par leurs collègues de droite. Ils n'ont pas été inquiétés par la justice, les vrais maîtres n'ont pas osé. Ils sont alors passés au plan B: Le préfet  des Alpes Maritimes a imposé par la force ce viol de la démocratie. Circulez!  Il n'y a rien à voir!
Le sommet de la farce a été atteint lorsqu'à une séance publique de la Communauté Urbaine de Nice Côte d'Azur, la CUNCA,  ce sujet devait être discuté. Le préfet aux ordres est venu et a imposé la décision de ses chefs. Il a ainsi bafoué la volonté populaire qui s'étant exprimée par référendum sur cette disposition, l'avait rejeté catégoriquement. Ce soir-là, la police a interdit l'accès de la salle des délibérations de la Communauté Urbaine aux citoyens présents sur les lieux, et la séance publique s'est transformée en huit clos où la menace a prévalu sur le droit.
Le seul choix des élus convoqués à cette réunion, a été d'écouter la décision du représentant de la nation qui fut chargé de représenter les seuls intérêts privés.  Quand je vous dis que la Côte d'Azur est le berceau de la démocratie,  il faut vraiment le croire!
Bien sûr il y a toujours les traîtres et les requins en embuscade qui ne tarissent pas de louanges pour cette merveilleuse réforme. Mais la plupart des élus de proximité sont contre car ils ont très vite compris qu'ils seraient dépossédés de tout pouvoir. L'inauguration de divers monuments, le ramassage des crottes de chien, seront presque les seuls domaines de compétence qu'ils garderont. Ils seront de facto les faire valoir, la caution démocratique, le fusible utile (Appelé aujourd'hui l'interface), d'un pouvoir entièrement et exclusivement dévolu aux transnationales et aux ultra riches.
Pour bien appréhender cela il suffit de voir le marché gigantesque que représentent les régies municipales de l'eau, de l'assainissement, des ordures ménagères, sans parler du foncier et du marché des travaux publics...Il n'est pas nécessaire de continuer, je crois que vous avez compris.
Cette contre-réforme imposée aux états par les oligarques européens, a également soulevé la colère des italiens lorsqu' en août  2011, sur injonction de Bruxelles, le gouvernement tentait de l'imposer, mais sans succès. Monsieur Trichet et monsieur Draghi, l'ancien et le nouveau directeur de la BCE (Banque Centrale Européenne)  ont ordonné  d'un ton comminatoire, dans la fameuse lettre du 8 août 2011 adressée au chef du gouvernement italien, d'appliquer sans tarder cette réforme fondamentale pour garder le droit d'emprunter sur les marchés financiers.
Ces derniers qui n'avaient qu'une confiance relative en Silvio Berlusconi, ont préféré le renverser pour installer à sa place le préféré des marchés, l'ancien administrateur de fiat, l'ancien commissaire européen à la concurrence, l'ancien de Goldman Sachs, l'universitaire diplômé d'une prestigieuse université américaine, Mario Monti surnommé le Professore. Une des premières contre-réformes à être imposée par ce personnage au peuple italien fut celle de la réforme territoriale. Cette dernière a été pensée et imposée par les ultras riches pour soumettre les peuples et piller librement les biens publics.
Les législations élaborées au cours des siècles pour protéger la nature, les états, les peuples, sont ainsi balayées en un revers de main. Le pillage peut commencer. Si vous êtes dubitatifs, il suffit de vous reporter une trentaine d'années en arrière dans les pays du tiers monde où ont été expérimentées les mêmes politiques que celles appliquées à l'Europe aujourd'hui. Pour ces pays, "les plans d'ajustement structurel" étaient imposés par le « FMI et la Banque Mondiale ». Pour l'Europe ces mêmes « politiques d'ajustement structurel » sont appliquées par la fameuse « troïka » constituée par  « le FMI, la BCE et L'Union Européenne ».
Il nous faut ouvrir les yeux et c'est douloureux, nos rêves béats sur la belle idée européenne devraient pourtant se dissiper. Hélas je crois qu'il n'en sera rien. Il nous est très difficile de reconnaître nos erreurs!  Il est plus réconfortant de continuer à nier l'évidence et d'appeler de nos vœux la fameuse « Europe Sociale » qui ne pourra jamais exister dans le carcan ultralibéral des traités actuels.
Lorsqu'on est réellement de gauche on s'accroche à cette chimère en bêlant non pas comme le mouton noir, mais comme le mouton blanc, sur cette illusion de paix et de prospérité. J'avais oublié que les moutons ne bêlent pas lorsqu'on les égorge, à peine un petit cri et encore pas toujours!...
Quand on est tout simplement gavé de « propagande européiste » on peut aussi sauter comme des cabris en reprenant en chœur: « L'Europe! L'Europe! L'Europe!... ».
Toutes ces gesticulations pitoyables peuvent hélas cacher la vérité. Le danger vient du fait que l'on ne voit pas les nombreux chacals qui viennent hurler avec les loups, tout empressés qu'ils sont de se payer sur la bête. L'unique objet de leur désir est de nous dépouiller de nos biens communs garantis par nos états nations. L'attaque frontale contre ces derniers met en lumière notre degré de soumission à ce nouvel ordre mondial au service exclusif des grandes banques, des multinationales et des ultra riches qui ne représentent dans nos pays développés à peine 0,1% de la population, ailleurs je pense que c'est encore plus faible.
Pour continuer à engranger des richesses, ces bandits internationaux vont utiliser tous les moyens possibles, même la guerre. Ecoutez les bruits de bottes au Moyen-Orient ou ailleurs, il est inversement proportionnel au silence assourdissant des média dominants, de celui de la plupart des politiques et de celui de  la grande majorité des intellectuels. Ce calme avant la tempête me fait un peu peur. Le courage voudrait que l'on réagisse avant, mais les propagandes bien orchestrées ont toujours endormi les peuples. Ce fut le cas avant 1914, avec cette volonté de revanche contre l'Allemagne. Ce fut également le cas avant 1940 avec le pacifisme béat qui consistait à préférer Hitler à la guerre. Toutes ces attitudes n'ont été en fait que le cache sexe posé sur la volonté des puissants d'augmenter et de garantir leurs profits.
 

 

 

Source : le blog du Lucien Pons

Commenter cet article