Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

La votation du 3 octobre fut un succès cependant limité puisque seulement  2,2 millions de personnes y ont participé. Reste que le NON à la privatisation l’a emporté à une écrasante majorité.

Cette votation confirme s’il en était besoin, l’attachement des Français au Service Public de la Poste.

La campagne gouvernementale forcenée sur le thème « pas de modernisation sans privatisation » ne parvient pas à s’imposer dans le pays.

Le mécontentement qui vient de s’exprimer à cette occasion, a donc rejoint comme c’était prévisible, celui qui s’exprime dans tout le pays qu’il s’agisse de l’emploi, des salaires, de la santé, de l’éducation, des producteurs de lait…

Votation ou captation ?

Les 2 millions de personnes qui se sont exprimées contre la privatisation de la Poste n’avaient certainement pas le même objectif que la nébuleuse des 60 partis de gauche et organisation autour de ce « référendum ».

Méfiez-vous de l’usage que certains voudraient faire de ce genre de votation !

Leur « votation » c’est en effet l’abri commode derrière lequel ils dissimulent leurs ambitions politiques et leurs manœuvres de bas étage.

Regardez ce que font le PS, les Verts, le PCF, le Front de Gauche, le NPA et bien d’autres encore dont pratiquement tous les syndicats. Les mésententes des uns et des autres sont évidentes. Ils ne sont d’accord que sur une seule chose : remplacer Sarkozy pour évidemment continuer la même politique comme d’habitude.

Le PS, la gauche, qui au pouvoir en 1991 sous Mitterrand ont décidé l’éclatement des PTT en séparant France-Télécom, qui en 1997 sous Jospin ont décidé l’ouverture à la concurrence et poursuivi toutes les privatisations comme les gouvernements de droite, se dédouanent à bon compte, ils font de l’agitation sans risque à l’Assemblée Nationale.

Les élections régionales auront lieu en mars prochain, la présidentielle en 2012, c’est dire si les appétits grandissent, si leurs combines politiciennes, leurs magouilles prennent de l’ampleur. Les « votations » de toutes sortes et leur utilisation en font partie.

« Le référendum a redonné des couleurs  et de la voix à la gauche » lit-on dans la presse, « la gauche qui avait le moral dans les chaussettes, s’est donné la preuve qu’elle était capable de se mobiliser » clame Mélenchon. Sérieux ça ?

Bref, pour certains « la votation » n’est qu’une façon de s’emparer du mouvement populaire pour le dévoyer une fois de plus.

Plus le mécontentement grandit plus ils vont manœuvrer pour s’accaparer les suffrages des salariés. On lit dans la presse depuis une semaine « une nouvelle forme de lutte apparaît dans le paysage politique français », ils dépeignent la « votation », le « référendum » comme la solution miracle.

Ces manœuvres ne mettent pas en danger le capital. Ce n’est pas de cette façon-là que les salariés et le peuple imposeront le changement fondamental qu’ils sont de plus en plus nombreux à vouloir.

De tous temps, le capital et le pouvoir à son service ont reculé, des changements ont été obtenus uniquement par la lutte anticapitaliste dans les entreprises, par le rassemblement du mouvement populaire dans la lutte. Cela a été le cas en 1936, en 1968, en 1995…

C’est la lutte de classe des travailleurs qui est décisive. Tout le reste n’est que duperie et conduit le mouvement populaire à l’attentisme.

Oui il faut un service public nationalisé de la Poste, c’est la condition pour permettre son développement au service de la nation toute entière. Ce qui fera reculer le gouvernement, ce qui imposera un changement fondamental de politique, aujourd’hui comme hier c’est le combat sans ambiguïté contre le capital, à la poste comme ailleurs.

Quelques points d’histoire :

-1989 : Paul Quilès Ministre socialiste du gouvernement de gauche sous F. Mitterrand, décide l’éclatement des PTT. 1991 : France Télécom et  la Poste deviennent deux établissements distincts.

-1996 : François Fillon Ministre de l’éphémère gouvernement Juppé fait voter la loi abolissant le monopole national de France-Télécom qui devient une société anonyme dont l’Etat français est  le seul actionnaire.

-1997 : le gouvernement de la gauche plurielle avec Jospin 1er Ministre, fait entrer la société France-Télécom en bourse.  Le gouvernement dont Strauss-Kahn est Ministre des finances décide l’ouverture de France-Télécom à la concurrence capitaliste.

-2004 : la privatisation de France-Télécom est faite. Le gouvernement de J.P. Raffarin sous Chirac cède une partie de ses actions pour passer au-dessous des 50%. France-Télécom devient une entreprise privée.

-entre 1991 et 2009, tous les gouvernements de gauche comme de droite ont fermé massivement des bureaux de poste dans tout le pays. De 17.000, ils sont passés à moins de 11.000 aujourd’hui.

Dans le même temps 49.000 emplois ont été détruits.

En 2008, la Poste a créé la Banque Postale. Elle a bénéficié du conseil de la Banque Rotchild pour modifier son statut.

source : « communistes »

Commenter cet article

Webmaster Convergence Des Luttes 20/10/2009 10:03


Salut,

Diablo.

D'accord pour ton analyse sur les régionales.

Alors, que fait-on de cet appel national à l'unité pour 2010?



Allons ensemble aux régionales!

On jette où on relaie largement?

Fraternellement