Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

bretagne-carte

 

Cercle Ouvrier

du Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais
 

comite-base

 

Des camarades, nous ont demandés quelle était la position de notre Cercle Ouvrier sur la situation en Bretagne, voilà donc nos premières appréciations, peut-être sont-elles fausses.
La révolte bretonne est-elle celle des prolétaires de l’agro-alimentaire, unis pour défendre leurs emplois, est-elle une stratégie du capital, est-elle une récupération de la droite réactionnaire ou de la gauche anticommuniste, est-ce une nouvelle tentative identitaire ?
 

 

 

Crise du cochon, crise du poulet, crise du poisson, crise identitaire, crise des transports… crise du Capital !
 

 

La société française, telle qu’elle est organisée, ne répond plus aux critères européens, notamment au Traité de Lisbonne signé par François Hollande, qui prévoit la dislocation de la nation souveraine au profit des eurorégions.
 

 

L’Europe, voyant que la France (le peuple) traîne les pieds pour mettre en place la stratégie territoriale décidée à Bruxelles, mais aussi les réformes structurelles, a modifié les règles de la PAC (politique agricole commune) qui pendant des années a profité aux éleveurs puis aux céréaliers puis aux transformateurs, comme elle a modifié les normes pour asphyxier un peu plus les petits producteurs et les petits éleveurs.
 

 

 

Ce n’est donc pas un nouveau complot mais de la mise en place du plan stratégique qui vise à accélérer la création des « länder » dont la finalité est l’Europe fédérale, les Etats-Unis d’Europe qu’avait décrits Lénine en 1916, dans «Impérialisme stade suprême du capitalisme »… C’est donc un signe en direction du gouvernement mais aussi des politiques, lesquels détournent l’attention pour cacher la vérité, en entraînant les travailleurs dans leur sillage, avec des propos politiciens et démobilisateurs…
 

 

 

 

Aussi, il est bien difficile de faire comprendre cette stratégie du chaos à des salariés désespérés et en colère, quand l’extrême-droite utilise l’euroscepticisme comme thème central dans sa campagne électorale populiste et de sa propagande politicienne xénophobe… ainsi l’approche doit être dialectique !
 

 

 

 

C’est d’autant plus difficile que la gauche française et européiste (en tête de gondole) ne s’attaque pas à l’Europe sur son fond politique mais sur sa forme, car l’électoralisme a dépassé les partis et même les PC. Pourtant, la vieille rengaine réactionnaire qui consiste à dire « grâce à l’Europe, il n’y a plus de guerres » ne tient plus, car il y a toujours une crise économique et sociale en amont, nous ne sommes donc pas à l’abri d’un conflit majeur qui d’ailleurs pourrait être délocalisé.
 

 

 

 

Toutefois, il faut retenir que cette révolte « bretonne », manipulée par les patrons et les multinationales, est peut être les prémices d’une révolte générale sur tout le territoire, d’où l’immédiate volonté des parties de discuter avec le gouvernement pour trouver des solutions régionales à cette crise…
 

 

 

 

D’ailleurs nous avions proposé la création d’un Front Populaire antilibéral dans la région Nord-Pas-de-Calais pour se mettre en face des licencieurs et des délocalisateurs qui vident l’industrie, et exiger l’interdiction des licenciements et des délocalisations… mais aussi le contrôle des productions de A à Z ce qui aurait éviter des fermetures… Bien sûr cette proposition est tombée dans les oubliettes de ceux qui pensent qu’un Front Populaire sera national ou ne sera pas, ou qui pensaient que cette proposition était trop gauchiste ou à caractère régionaliste… Ce sont les mêmes qui râlaient en 2010 au moment de la lutte contre la réforme Sarkozy-Fillon des retraites, quand les travailleurs scandaient « Sarkozy-Fillon démission ! » dans les manifestations ici dans le Nord-Pas-de-Calais, jugeant ce slogan extérieur à la revendication.
 

 

 

Mais force est de constater que les syndicats CGT du Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais tentent bien de s’organiser sur ce territoire pour défendre les emplois, les lieux de productions, mais aussi l’esprit de la classe ouvrière. Ils ont bien compris que sans des luttes organisées et unitaires avec la population, ce territoire sera sacrifié et voué à devenir un désert industriel où ne fleuriront que quelques musées historiques pour rappeler les cheminées qui y fumaient.
 

 

 

 

Oui il y a les « bonnets rouges » en Bretagne Ouest et les « boyaux rouges » dans le Bassin Minier Ouest, tous confrontés aux mêmes problèmes, les fermetures, les délocalisations, l’Europe et les multinationales… et à une politique gouvernementale et électoraliste qui sert la soupe aux riches et au capitalisme.
 

 

 

Et le problème de tous les travailleurs de ce pays, c’est le manque d’un parti de classe et de masse, à vocation socialiste, et d’un syndicat de classe et de masse avec une direction non opportuniste.

 

 

Le 4 novembre 2013

 

Source :  comibase@gmail.com

Commenter cet article