Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

La revue financière « Capital » accuse les malades

de dilapider l’argent de la Sécurité Sociale et d’être responsables du déficit.

Sa couverture de décembre 2011 est barrée d’un titre énorme : Gaspillages publics, 80 milliards d’économies tout de suite c’est possible. Dans un dossier spécial « Santé ». Elle affirme : « 11,8 milliards d’euros d’économies sont possible tout de suite, l’ardoise de l’assurance maladie pourrait être effacée ».

 

Suit un violent réquisitoire contre les abus des malades, souvent encouragés par les médecins :

 

-On hospitalise beaucoup trop ! (qu’en pensent les personnes qui doivent attendre des semaines avant de pouvoir être hospitalisées ?).

 

-Des masses de médicaments ne servent à rien, sont gâchés. Les greffés du rein ne prennent pas bien leur traitement, les diabétiques le suivent mal, d’où des rechutes, – les antibiotiques restent dans les placards, les malades chroniques changent trop souvent de médicaments.

 

-Des examens superflus plombent les comptes : est-il nécessaire de dépister le cancer de la prostate chez les personnes âgées (puisqu’elles ont vécu si longtemps pourquoi les prolonger encore en vie !)

 

-On fait trop d’échographies, trop de ponctions coûteuses…

 

-Dans des CHU, on accouche trop de femmes par césarienne !

 

-On utilise trop des ambulances alors qu’on pourrait très bien prendre un taxi. Sont montrés du doigt, les mamans qui quittent la maternité avec un bébé de 3 jours et les patients qui doivent se faire dialyser 3 fois par semaine.

 

La revue conclut : « rien qu’en faisant le ménage dans les dépenses de santé, l’ardoise de l’assurance maladie pourrait être effacée »

Le système actuel de Sécurité Sociale a été instauré en 1945. Il figurait dans le programme du Conseil National de la Résistance (CNR). Il permettait une réelle sécurité sociale de la naissance à la mort, reposant sur la solidarité, permettant à tous d’être protégé durant la vie entière. Le fait de verser une part de son salaire à une caisse commune faisait de l’assurance maladie un salaire socialisé.

Les cotisations étaient prélevées sur le salaire (cotisation salariale) et sur les richesses produites par les salariés (cotisations patronales). Ces cotisations n’ont d’ailleurs jamais empêché les capitalistes de faire des profits fabuleux.

Le patronat capitaliste n’a jamais admis sa création, il a toujours voulu liquider ce système… Avec le concours actifs des gouvernements successifs, il a multiplié les coups : exonérations de cotisations, fraudes, réductions des remboursements, CSG, forfait hospitalier, fermeture des hôpitaux, augmentation des taxes sur les mutuelles… Privatiser le système, cela rapporterait des centaines de milliards aux assurances. On voit de là quelles en seraient les conséquences pour les assurés.

« Capital » journal financier capitaliste appuie à fond le plan d’austérité du gouvernement pour faire payer le peuple, baisser le coût du travail.

Face à cela pour les stopper, une seule réponse : la lutte.

« Capital », si prolixe pour dénoncer « les abus des assurés », n’a pas trouvé une seule phrase pour montrer où se situent les causes réelles du déficit de la sécu !

Pas un mot sur les milliards détournés par les employeurs exonérés des cotisations sociales. Pas un mot sur les sociétés financières qui ne paient pas de cotisations. C’est pourtant 70 milliards qui nous sont ainsi dérobés. Faites le compte, cette somme représente 6 fois le « déficit » de la Sécu ! Ajoutons les profits scandaleux que les sociétés productrices de médicaments réalisent et qui représentent des dizaines de milliards. Ces sommes énormes nous appartiennent.

Source : « site communistes »

Commenter cet article