Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Le Diablo

cartePCF2013

Tous les communistes de l'agglomération rochelaise qui ont fait partie d'une liste Front de gauche pour les élections municipales, alors que d'autres communistes étaient membres d'une liste conduite (ou soutenue) par le Parti socialiste, sont suspendus de leur droit d'adhérent.


Selon les « suspendus », ils seraient « 65 » dans l'agglomération rochelaise et « 5 » à Saintes. 24 d'entre eux figuraient sur la liste Front de gauche conduite par la Rochelaise Jessica Dulauroy. Elle-même communiste, elle est suspendue. Comme les autres, elle a reçu une lettre recommandée, avant le premier tour des élections municipales.


Un courrier signé par Brahim Jlalji, responsable de la section de l'agglomération rochelaise, de la fédération départementale et candidat (comme plusieurs autres communistes) sur la liste de la socialiste Anne-Laure Jaumouillié. Il lui rappelle (comme aux autres) qu'elle avait déjà été « mise en garde » et qu'il « n'était pas possible d'être candidat sur une liste concurrente à celle décidée majoritairement par les adhérents du PCF ».


Brahim Jlalji précise que lors du vote organisé pour définir la stratégie du PC, 86 % des adhérents se sont prononcés pour que le PCF participe à une liste de rassemblement de toute la gauche. Il dit également que ce choix a été validé par les instances nationales.


« Juste pour des places »


Les « suspendus » dont certains se disent « très choqués », estiment que la question était mal posée. En plus, soulignent-ils, c'était avant les primaires socialistes.

« Et 86 % cela paraît beaucoup mais en fait, il n'y avait que 19 votants. Notre section a choisi d'aller voir les candidats non pour parler de programme mais de places », ajoute Jean-Louis Rolland (élu communiste sortant, à La Rochelle).


Brahim Jlalji affirme que les votants étaient beaucoup plus nombreux. Tout comme il assure que l'effectif du PCF, dans l'agglomération, est de 500. Alors que selon Daniel Vince (Périgny), Jean-Louis Rolland ou Jessica Dulauroy, le nombre de militants actifs serait bien inférieur, « quelque 90 ».


Brahim Jlalji : « pour clarifier »

Pour Brahim Jlalji, cette « suspension des droits d'adhérents » résulte d'une décision prise en assemblée générale car une « clarification était nécessaire ». Il ajoute qu'elle est conforme aux statuts et que la même décision a été prise dans d'autres partis (comme EELV) pour les mêmes raisons.


La réintégration des militants suspendus peut être envisagée, bien sûr, c'est une assemblée générale qui le décidera.

Mais les adhérents concernés n'ont pas l'intention d'en rester là. Ils vont écrire à Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et saisir la commission des recours.


« Nous voulons militer »

« Ce que nous voulons tout simplement c'est faire émerger nos idées dans la population, déclare Jessica Dulauroy. Nous voulons continuer à faire signer des pétitions pour le transport gratuit par exemple, nous voulons militer sans être entravés par la direction locale du PCF. Au contraire, on a besoin d'un outil pour faire notre travail de communiste, pour faire de la vraie politique. »


Marie-Claude Aristégui


 

source: Sud-Ouest

Commenter cet article