Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Au moment où les plans de licenciements de masse se multiplient, la colère monte un peu partout mais patronat et syndicats collabos s'entendent sur un accord régressif que le gouvernement applaudi.

Avant, mais c'était avant (comme dit la publicité) les licenciements créaient l'angoisse voire la résignation chez les travailleurs, qui adoptaient la position indélicate de l'autruche.... mais les temps changent.
Aujourd'hui, il y a un véritable refus de se résigner à une fermeture ou à des licenciements, la détermination n'a plus été à ce niveau depuis des années, malgré l'individualisme.
La télé, les média, pourvoyeurs accrédités d'images et de reportages choc sur la détresse individuelle, n'ai plus un élément d'intimidation comme elle le fût pendant des années.
C'est une des raisons qui fait craindre le pire à Manuel Valls, dont les services de renseignements sont sur le pied de guerre, d'où l'importance de tenir toutes les actions au secret en ayant la confiance des travailleurs, le flic n'aime pas l'effet de surprise !
ci-joint un témoignage d'un camarade délégué CGT de PSA. Souvent on nous dit " la classe ouvrière n'existe plus", "pauvres naïfs" répondons-nous, "avec qui elle est construite ta bagnole, pas caaadres ?"
Et cette classe ouvrière subie de terribles attaques au quotidien, c'est ce que retranscrit le camarade Duse de la CGT PSA dans cet article. Alors imaginez une entreprise sans syndicat de classe !

chainePSA.jpg

 

Tous les médias de la bourgeoisie sont en campagne contre les grévistes d’Aulnay qui osent relever la tête mais aussi contre ceux de Goodyear qui ont décidé de répondre à la déclaration de guerre que représenterait la fermeture du site d’Amiens. Mais c’est l’ensemble des travailleuses et des travailleurs qui sont visés par cette campagne ignoble et puante. Ce n’est pas un hasard si les journalistes empruntent ce ton. C’est pour contrer les travailleurs qui refusent que chômage et fermetures de site soient une fatalité, qui refusent de penser qu’en ces temps de crise capitaliste on doit accepter de se serrer la ceinture et de faire des efforts pour que les sites soient plus compétitifs pour sauver les profits et tout ce système d’exploitation mortifère.
Les patrons aussi se battent pour leurs intérêts, et leurs meilleurs alliés sont les journalistes qui montent aussi au créneau par peur que l’ensemble de ceux qui se bagarrent aujourd’hui prennent leur avenir en main en faisant converger les luttes pour ne pas avoir à payer leur crise.
Dans les sites PSA qui ne sont pas en lutte la direction communique en permanence pour nous dire sur tous les tons que les camarades grévistes d’Aulnay sont des violents ou, pire encore, qu’ils mettent en péril l’ensemble des sites PSA et donc les emplois de tous. Cela se fait avec la complicité des syndicats jaunes qui non seulement acceptent de signer nationalement un accord de compétitivité qui se soldera, en cas de validation par l’Assemblé nationale, par un recul de cent ans dans nos conditions d’existence. Ces mêmes syndicats ont eu le culot de tenir une conférence de presse en marge du CCE extraordinaire du 1er Février pour soutenir le plan de licenciements du groupe PSA en fustigeant les grévistes d’Aulnay. Eux aussi contribuent à vouloir mettre a la porte non seulement plus de 2500 salariés du site d’Aulnay mais bien plonger dans la misère plus de 10.000 travailleuses et travailleurs et leur famille si on compte les emplois induits, si on intègre les sous-traitants, etc. Avec cette trahison des travailleurs d’Aulnay, c’est l’ensemble des salariés du groupe PSA qui n’oublieront pas ces collabos le jour où tout basculera. Mais toute cette propagande a du mal à passer, comme on a pu le voir lorsque sur différents sites chaque fois que les équipes syndicales combatives ont tracté, ou qu’on a fait passer une caisse de grève pour aider les camarades d’Aulnay en lutte.
La violence dont ne parlent ni les patrons, ni les journalistes qui sont à leur service, ni les jaunes, ce sont les cadences infernales, tous ces salariés qui se sont suicidés en 2007 à PSA, les dépressions nerveuses, les lettres de criminalisation des malades, les visites de contrôle patronal des salariés en arrêt et tous les licenciements des salariés qui ne pouvaient pas tenir leur poste de travail, des anciens qui travaillent jusqu’à 60 ans et plus sur le chaînes, des ouvrières et des ouvriers qui pleurent en travaillant à leur poste, de la violence de ces chefs d’équipe qui trouvent parfois que les collègues femmes vont trop souvent aux toilettes et veulent leur imposer qu’elles donnent leurs dates de règles. Voilà la vraie violence chez PSA. C’est notre mise à mort programmée que défendent les patrons et les valets du capital.
Mais il y aussi la concurrence entre les sites. Sur celui de Mulhouse par exemple, la direction a passé une vidéo avec un message très clair : il paraît que nous ne sommes pas assez compétitifs et que si nous voulons avoir de la production dans les mois à venir, il leur faudra faire des économies, gagner en productivité, c’est-à-dire supprimer encore des postes, nous renvoyer tout ça sur le dos. Si les voiture sont trop chères, c’est paraît-il parce que notre salaire est trop élevé, alors qu’en dix ans la part des salaires dans le prix de production d’une voiture est passé de 25 % à moins de 9 %. Le patronat ment, pour essayer de faire passer ses accords de performance, à savoir nous faire accepter des baisses de salaire, des heures de travail gratuit, la flexibilité obligatoire des horaires, sinon c’est le site qui risque de fermer ses portes.
Voilà le programme que la bourgeoisie veut nous faire accepter avec l’aide de syndicats collabos. Voilà aussi pourquoi que la lutte des Aulnay est la nôtre, comme celle de toutes nos soeurs et de tous nos frères de classe qui se bagarrent contre les fermetures !
Vincent Duse
CGT PSA Mulhouse


Commenter cet article