Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

lampedusa-carte

 

 

La récente tragédie de Lampedusa a stupéfié les millions de personnes qui ont pu observer, impuissantes, les corps de ces réfugiés émerger des flots. On a pu entendre comme d'habitude les mêmes rengaines (« plus jamais ça ! »), comme si l'avenir ne nous promettait pas déjà de nouveaux drames.

 

 

Le funeste voyage de ces migrants commence dans le port libyen de Zuwarah (102 kilomètres de  la capitale Tripoli). C'est un petit port qui n'aurait aucune importance stratégique si les chalands chargés de désespérés ne partaient pas de là. Selon la protection civile italienne, pas moins de 12.000 migrants s'entassent dans des camps de rétention insalubres dans l'attente d'un avenir meilleur. Venus de Somalie, du Tchad, du Niger ou de l'Érythrée, ils ont tout perdu en fuyant les guerres, la violence et la faim.

 

 

Amnesty International affirme avoir visité sept de ces centres, et fait état pour chacun d'eux « de preuves de mauvais traitements assimilables à la torture pour certains cas ». « Plusieurs détenus, y compris des femmes, ont été frappées brutalement à l'aide de tuyaux d'eau ou de câbles électriques », ajoute l'association en affirmant avoir recueilli par ailleurs des témoignages de détenus blessés par balles lors d'émeutes. Les tortionnaires d'aujourd'hui sont les « héros » qui ont hier combattu et renversé Kadhafi avec l'aide ô combien précieuse de l'OTAN. Ces bandes de mercenaires profitent maintenant de la quasi anarchie résultant du démantèlement de l'État libyen et font leur beurre avec le trafic d'êtres humains ; un trafic très lucratif puisqu'il dégagerait un bénéfice de quatre milliards de dollars par an, soit un peu moins de 10 % de la richesse de la Libye.

 

 

En effet, il faut compter entre 1.500 et 2.000 euros pour embarquer à destination de l'Europe. Une somme astronomique quand on connaît les conditions dans lesquelles les candidats à l'émigration ont quitté leur pays. Alors, ils n'ont d'autre choix que de s'entasser dans ces camps de rétention dans l'attente de réunir les fonds nécessaires. S'il y a assez d'argent, ils pourront tenter la traversée jusqu'à Lampedusa dans un bateau de pêche mal en point. Dans le cas contraire, ils embarqueront dans des canots pneumatiques qui s'arrêteront irrémédiablement à 30 ou 40 miles des côtes italiennes ; on leur confiera un téléphone satellite en leur demandant d'appeler les autorités italiennes qui viendront les cueillir quand ils seront en panne.

 

 

La prophétie de Kadhafi avant sa chute semble se concrétiser. Les innocents payent désormais le prix de l'avidité des bandes criminelles, les mêmes qui ont été engagées par l'Occident au nom des droits de l'homme.

Capitaine Martin

 

 

Source : Résistance politique

Commenter cet article