Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

 

fsc.jpg

Déclaration

du Front Syndical de Classe

 

 

Contre-feu à la grève générale

Le 3 octobre dernier, la CGTP lançait un appel à la grève générale au Portugal pour le 14 novembre. L'idée de transformer la grève portugaise en grève "ibérique" a tôt fait de faire son chemin en Espagne, et finalement les deux confédérations espagnoles (UGT et CCOO) décident également d'un appel conjoint à la grève générale le 14 novembre. Qui plus est, les grecs aussi sont dans les starting-blocks : ils avanceront d'ailleurs la grève générale aux 6 et 7 novembre, pour cause de convocation de leur Parlement aux fins d'adoption de nouvelles mesures d'austérité demandées par la Troïka.

 

Du coup le comité exécutif de la CES, réuni le 17 octobre dernier, a senti passer le vent du boulet avec l'internationalisation de la grève générale dans l'Europe du Sud qui est en marche, avec risques potentiels – pour eux- d'extension aux autres pays socialement dévastés (ou sur le point de l'être) par les plans de rigueur.

 

Nos Chérèque européens ont donc mis en place un contre-feu destiné à "contenir les risques" de l'onde de choc du 14 novembre ibériquo-grec : un 14 novembre version CES, version « Europe sociale » : en effet, la CES condamne bien les politiques d’austérité –dont les effets catastrophiques ne peuvent plus être niés- comme n’étant pas la solution à la crise, et "demande un contrat social pour l’Europe avec un vrai dialogue social, une politique économique favorisant des emplois de qualité, une solidarité économique entre les pays, et la justice sociale" mais sans alerter sur le fait que précisément l’Union européenne est construite sur la mise en concurrence entre les travailleurs, et donc que l'Europe sociale n’est qu’un mirage inaccessible !

 

Manœuvres pour faire accepter l’austérité aux travailleurs

Tandis que le "dialogue social" entre "partenaires sociaux" est partout utilisé pour faire accepter aux salariés lesdites mesures d’austérité au nom de la compétitivité, du remboursement de la dette et de la résorption des déficits publics et donc leur faire payer la facture de la crise !

 

De leur côté, les 5 syndicats français qui appellent à l’action le 14 novembre indiquent :"[les mesures d’austérité] mettent à mal le modèle social européen par ailleurs mis en cause par la concurrence et parfois le dumping dans les domaines de la fiscalité, du coût du travail et des conditions sociales. "

 

Mais c’est ne pas voir que par construction, par raison d’être l’Union européenne est bâtie sur la concurrence "libre et non faussée" et que le dumping social et la dérégulation, la mise à mort des services publics constituent la raison d’être de la Commission européenne. Comment expliquer autrement les tentatives réitérées d’imposer la directive Bolkenstein ou l'encouragement aux grands groupes à délocaliser à l’intérieur de l’espace européen en jouant sur les disparités de salaires comme c’est le cas de PSA qui veut fermer à Aulnay alors qu’il n’y a pas longtemps il a investi dans une usine récente à Trnava en Slovaquie !

 

Les objectifs, les modalités et les perspectives du 14 novembre doivent donc être précisés et recadrés dans une autre perspective que celle d’une colère passagère de peur que les peuples se détournent du projet européen comme le précise la CES !

 

Les attaques contre les travailleurs découlent du choix en faveur des marchés financiers (la dette, les attaques contre les budgets publics) et en faveur du patronat (la compétitivité et les cadeaux fiscaux !) et de leur système.

 

TOUS ENSEMBLE donc le 14 novembre :

 

- Contre toute mise en cause des cotisations sociales dans le financement de la protection sociale et les nouveaux cadeaux au patronat (20 milliards) préconisés par le rapport Gallois et repris par Ayrault!

 

- Contre l’augmentation de la TVA et de la CSG

 

- Contre la diminution des pensions et des salaires

 

- Contre l’exigence du MEDEF qui revendique l’abaissement des droits concernant 18 millions de salariés actifs du privé et 11 millions de retraités dans la négociation qui va s’ouvrir sur les retraites complémentaires ARRCO et AGIRC,

 

- Contre les délocalisations, les fermetures d’entreprises et de sites, contre les soit-disant plans sociaux en fait vrais plans de licenciements et pour le maintien des emplois.

 

- Contre la flexibilisation du marché du travail et la remise en cause des garanties nationales du Code du travail !

 

Ni consensus « compétitif » , ni pacte budgétaire !

 

Sans aucune espèce d’illusion sur une conférence sociale bidon, engageons la lutte de tous les travailleurs et de tous les secteurs pour l’abrogation du pacte budgétaire proposé par le gouvernement socialiste et approuvé par le parlement (socialistes et droite), instrument de la régression économique et sociale et contre les mesures du plan Ayrault-Gallois réclamées depuis très longtemps par le MEDEF!

La CES ne peut plus cacher les effets catastrophiques de la construction européenne à l’heure où partout en Europe monte la lutte des peuples contre les plans d’austérité et pour la défense des conquêtes de l’après seconde guerre mondiale.

De puissantes mobilisations populaires, des travailleurs et de la jeunesse, des étudiants se développent : Grèce, Espagne, Portugal mais également en Belgique, en Angleterre et en Allemagne.

C’est ce chemin qu’il nous faut prendre en France en donnant une autre dimension et d’autres perspectives à ces luttes sans les laisser dévoyer vers le sauvetage forcené et suicidaire de l’euro et d’une construction politique tournée contre les peuples !

 

Et nous faisons résolument nôtre le positionnement de la CGT portugaise qui présente le 14 novembre comme une étape dans la lutte que les travailleurs engagent et « appelle tous les syndicats et tous les travailleurs à se joindre à cette forme supérieure de la lutte, pour la convergence avec d'autres secteurs de la société, pour une alternative politique efficace, pour le développement économique et le progrès social, pour la sauvegarde des intérêts des travailleurs et du peuple portugais, pour un régime démocratique et l'affirmation nécessaire de la souveraineté nationale. »

 

Depuis 30 ans les profits immédiats sont présentés comme les emplois de demain !
En réalité les profits n’ont cessé d’aller dans la poche des actionnaires.
Rien ne change avec le plan Ayrault-Gallois et rien ne remplacera la lutte « TOUS ENSEMBLE » !

 

Le 7 novembre 2012

Commenter cet article

Henri 14/11/2012 22:02


finalement pas grand monde , et c'est pas le grand soir ( quoique la journée est pas finie...)


positivons, ce n'est que le début et on va bien y arriver diantre à recréer les conditions de lutte des classes et le rapport de force qui drainera les millions de travailleurs irrésistiblement
vers la révolution socialiste


amitiés camarades


Henri

DIABLO 14/11/2012 22:46



Bonsoir Henri,


C'est vrai qu'en France la mobilisation a été relativement faible. A contrario, à Madrid c'était une marée humaine comme au Portugal et en
Grèce.


Faut-il que leurs salaires et pensions baissent de 25 % pour que les travailleurs français commencent à vaiment se mobiliser ?


A méditer sans doute


Amitiés,


Diablo


 



Henri 14/11/2012 02:02


bonsoir Serge,


je ne me fais pas d'illusion sur la participation: dans ma boîte aucun relai par les organisations syndicales "installées"; j'ai mis des tracts et l'appel à manifester pour demain et j'irai y
faire un  tour; je pense pas que le peuple de gôche ( celui qui n'a pas encore suffisamment souffert par la crise) se bouge à aller en manif; en plus, le FDG n'a pas de mon point de vue
mobiliser ses bataillons ;


Où ça peut péter c'est au sud: espagne , Portugal, Grèce; mais chez nous, comme ça au jugé, je sens pas l'étincelle


en tout cas, bonne manif demain


Henri

Serge des bois 13/11/2012 20:54


Bonsoir Diablo,


Si demain la manifestation à l'échelon européen rencontrait un vrai succès, elle pourrait être le début de quelque chose de fort.


Les travailleurs pourraient même décider d'aller au-delà de ce que souhaitent certaines organisations syndicales qui se vautrent depuis des années dans la collaboration, mais qui sentent
bien que la marmite est entrain de bouillir et qu'elle risque bien d'exploser un de ces jours.


Il ne faut pas que cette manif soit un moyen de canaliser le mécontentement, mais au contraire de le faire éclater.


TOUS ENSEMBLE !


Amitiés