Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

DSC05744.JPG

Près de 200.000 manifestants- ce se sont retrouvés dans la rue pour manifester leur hostilité à l’accord désastreux qui lierait le salarié à ses patrons par une corde qui ressemblerait à celle du pendu.


Le travail syndical, fait notamment par la CGT, pour expliquer ce qu’il y a de funeste dans l’accord  qu’ont signé le Patronat, la CFDT, la CGC, la CFTC va se trouver maintenant porté au débat et au vote des députés et des sénateurs à partir d’un texte que le gouvernement socialiste, les signataires voudraient ne pas voir une virgule modifiée.


L’alliance Patronat, Droite Sarkozienne, syndicats défaitistes et gouvernement socialiste est éclatante à travers ce texte funeste pour le monde du travail.


Ce travail syndical  réalisé aussi avec FO, va se poursuivre quoiqu’il arrive ; et même si les députés et les sénateurs socialistes l’approuvent en galante compagnie avec la droite qui ne s’attendait pas à un pareil cadeau.


Mais cet accord sera alors rapidement mis au feu de la vie avec tous les « saloperies » qui le composent et en particulier les pertes de salaires, les durées du travail à la tête du client et selon le carnet de commandes, la mobilité qui feront des travailleurs des  nomades et des travailleurs ambulants.


La lutte se poursuivra alors et s’intensifiera donc  quand la réalité viendra frapper le salarié dans son travail et les règles qui en faisait un salarié doté de garanties sociales.


Le gouvernement, ce jour, se frotte les mains d’une participation modeste à la journée d’action, dit-il ( quelle laideur d’un gouvernement de gauche qui s’en congratule). Mais il aurait tort de s’en tenir à cette participation, somme toute pas si mal que çà, et si des travailleurs ne sont pas venus, ils n’en penses pas moins sur ce gouvernement qui ruine leurs droits sociaux et le code du travail censé les protéger.


D’ailleurs, en terme d’applaudimètre, le gouvernement devrait plutôt regarder sa cote de popularité qui s’effondre et porte la marque de la grande déception de ceux qui lui avait fait confiance.


Cet accord que je qualifie « d’insécurité de l’emploi » amènera à moins d’emploi salariés, à du chômage encore plus important, à une destruction du contrat à durée indéterminé et aux deux bouts de la chaine, c'est-à-dire la jeunesse et les séniors de plus de 60 ans, ceux-ci seront les principales victimes avec des taux de chômage et de précarité qui gonfleront avec cet accord qui les rendra assujetti à la rentabilité du capital engagé et au coût du travail toujours trop onéreux à réduire.


Ce gouvernement nous entraine à la paupérisation de la population.


C’est terrible de devoir porter un tel jugement sur un gouvernement qui se dit de gauche et qui applique, tout compte fait, sur le plan de l’économie et du social les mêmes recettes que son prédécesseur.


Tout cela est grave, car derrière le patronat ne se sent plus et en demandera toujours plus, la droite se sent des ailes et le Front national compte sur l’écœurement des gens pour devenir la fausse alternative à un pouvoir qui conforte le « tous pourris » de réactionnaires de tout poil.


Le Parti socialiste en s’enfermant dans la politique d’austérité favorise la réaction et il en porte déjà la responsabilité.


Cette manifestation revêtait une grande importance, elle donne confiance, elle amorce les luttes prochaines et des luttes contre ce patronat retors qui n’hésitera pas un seul instant à mettre dans le rouge des entreprises pour réduire les salaires, imposer mobilité, ses temps de travail morcelés et ses emplois précaires.


Oui plus que jamais la lutte pour que le changement doit s’organiser.


Ce n’est qu’un début, continuons le combat.


Bernard LAMIRAND

sur son blog

Commenter cet article

Serge des bois 06/03/2013 14:28


Je partage complètement l'analyse de Bernard (que j'ai connu rue Vézelay...). Comme toujours, face à un document difficile d'accès comme le texte de l'accord, beaucoup hésitent à en entamer la
lecture.


Dans ceux qui ont voté socialiste, certains ne peuvent (ou ne veulent) pas croire ce qu'en disent la CGT et FO, ou le PCF et FdG. Quand ils seront confrontés à la réalité, il sera bien tard
pour en prendre conscience. Je leur conseillerais de méditer sur le fait que Sophie Dessus (députée ayant remplacé Hollande en Corrèze), a dit aux responsables départementaux CGT et FO hier, à
l'issue de la manif, ne connaître le texte de l'accord signé entre Medef et CFDT qu'au travers d'un article du "Monde"! C'est comme cela que les élus de la nation étudient les textes qu'ils vont
voter !!!  Il faut donc d'urgence aller les secouer un peu et les ramener à la réalité et à la gravité de ce qui se prépare.


Oui, ce n'est qu'un début. Mais s'il y avait un nombre conséquent d'élus PCF et FdG à l'assemblée, ils auraient pu, sinon bloquer le texte, au moins obliger le PS à aller chercher les voix de
l'UMP pour le faire passer.  Que ceux qui ont assuré avant les élections que le nombre de députés PCF/FdG ne changerait rien, mesurent bien aujourd'hui les conséquences de leur prise de
position ...


Fraternellement.