Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

morning star

« Le capital sera le grand gagnant des élections américaines », analyse du quotidien britannique communiste le Morning Star 

Article du Morning Star, quotidien du Parti communiste britannique (Traduction MA)


On ne connaîtra pas le résultat avant mercredi, et les derniers sondages indiquent que cela sera très serré. Pourtant, en réalité, nous savons déjà ce que la plupart des Américains pensent des deux prétendants.


Barack Obama comme Mitt Romney seront bien loin de récolter les suffrages de la majorité des citoyens américains.

 

Près de 82 millions de personnes aux États-Unis n'ont pas le droit de vote ou ne sont pas enregistrés sur les listes, sur une population adulte de 232 millions de personnes.

 

Les prédictions les plus optimistes parlent de guère plus de 136 millions de personnes, soit deux-tiers de l'électorat, qui iront réellement voter.

 

Si on exclut un improbable tremblement de terre de dernière minute, à peu près 70 millions d'électeurs, au maximum, opteront pour le gagnant, qu'il soit Obama ou Romney.


Le prochain président américain, et la personne la plus puissante sur terre, recevra le soutien de moins de 30% de la population adulte du pays, soit moins d'un tiers de l'électorat.

 

Des chiffres totalement disproportionnés de chômeurs, de jeunes, d'Asiatiques et d'Hispaniques ne joueront aucun rôle dans le processus.


En termes de participation aux processus électoraux, les États-Unis se rangent à la 139ème place sur 172 pays, selon le Centre d'étude de l'électorat américain.


Il n'est pas dur d'en comprendre la raison.


Dans toutes les sociétés capitalistes développées, le système politique est dominé par les intérêts du grand capital. Ce n'est nul part ailleurs plus évident que dans la plus grande, la plus développée de toutes les sociétés capitalistes.

 

Aux États-Unis, les monopoles jouent un rôle central en finançant les principaux candidats et leurs machines électorales.


C'est vrai pour Obama et les Démocrates, bien que les syndicats américains jouent un rôle important pour lutter contre le déséquilibre qui favorise traditionnellement le parti le plus à droite, le Parti républicain.


Les lobby religieux fanatiques et aveuglément pro-israéliens exercent également une influence importance, notamment parce qu'eux aussi comptent dans leurs rangs des personnes fortunées et des grandes entreprises.


Les médias de masse qui contrôlent et construisent les flux d'information sont pour l'essentiel entre les mains de millardaires et leurs grands groupes, bien qu'il reste une différence non-négligeable entre Murdoch et son empire farouchement de droite Fox News d'une part, et Ted Turner et le grand groupe CNN, un peu plus objectif, de l'autre.

 

Néanmoins, les monopoles médiatiques imposent l'essentiel de l'agenda politique, décidant quelles questions sont à traiter et évacuant les préoccupations des travailleurs, des pauvres, des personnes marginalisées, exclues et tous ceux qui portent des alternatives politiques.


Tous ces éléments ne conduisent pas seulement à fermer le débat public. Ils réduisent également les différences politiques entre les principaux partis et leurs candidats, s'assurant que leurs politiques reflètent dans une large mesure les intérêts du capital monopolistique américain et de l'impérialisme, chez eux comme à l'étranger.


Cela ne veut pas dire que les différences qui restent ne sont pas assez importantes pour ne pas exprimer une préférence.

 

La plupart des progressistes, des radicaux, des socialistes et des communistes du monde entier préféreraient une victoire d'Obama, en dépit de ses concessions honteuses sur la couverture santé, sa trahison sur Guantanamo et la Palestine et des atrocités des attaques de drone au Pakistan.


Un régime Romney-Ryan s'en prendrait aux droits des femmes, achèveraient la paupérisation des pauvres tout en plongeant le Moyen-Orient dans le chaos le plus total.


Mais une victoire d'Obama ne changerait rien à la réalité des États-Unis qui sont, selon la caractérisation classique de Lénine, une « démocratie pour les riches ».


Peu importe pour qui le peuple votera, ou pas, la classe dominante l'emportera jusqu'à ce que le capitalisme monopolistique lui-même soit remis en cause

 

Source : "Solidarité Internationale PCF" 

Commenter cet article