Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

UJRE-Logo.jpgvous informe

L’UJRE annonce la projection par la chaîne France Ô,

mercredi 10 février à 20h35,

du film : GAZA-STROPHE, le jour d'après...

 

Ce documentaire de 55minutes (en attendant sa version cinéma de 90 mn) est réalisé par Samir Abdallah et Kheridine Mabrouk, réalisateurs entrés dans Gaza le 20 janvier 2009, au surlendemain du cessez-le-feu annoncé après la dernière grande offensive israélienne, «Plomb durci», et jour historique de l’investiture de Barak Obama.

Deux militants du Centre Palestinien des Droits de l'Homme de Gaza, Abu Samer et Joker, guident les réalisateurs tout au long de l'étroite bande de Gaza sur les traces des chars israéliens. Des dizaines de témoins de la guerre (27/12/2008 au 18/01/2009) témoignent devant la caméra. Leurs récits frappent par la précision des faits et nous font entrer dans le cauchemar palestinien. Récits complétés par des images tournées sous le feu de l’offensive israélienne par plusieurs cameramen palestiniens.

Certaines sont insoutenables. Un documentaire qui raconte la tragédie palestinienne du point de vue de l’intérieur.

Pour prolonger la réflexion, France Ô propose à 21h30 le documentaire «Le rêve arabe». Un film pour tenter de comprendre les origines de la colère du monde arabe à l’égard de l’occident.

NB : Rediffusion les jeudi 11 février à 15h15 et samedi 13 février à 16h 00

France Ô : TNT canal 20

Si tous les témoignages concordent pour penser que la situation à Gaza est désastreuse et perdure encore, si le rapport Goldstone invite à ouvrir l’enquête côté Hamas et côté armée israélienne sur des atteintes aux Droits de l’homme, si des aveux récents d’officiers de Tsahal viennent le conforter, pour certains, rendre compte de la situation de Gaza demeure de la propagande anti-israélienne...

Pourtant, ne devrait-on pouvoir tout voir ? tout entendre ? et ne juger qu’ensuite ?

L’UJRE invite ses amis à regarder ce film, qu’elle découvrira en même temps que tous les téléspectateurs... à exercer leur esprit critique, à réagir…

L’UJRE rappelle et réaffirme qu’elle se prononce pour l'existence d'Israël aux côtés d'un État palestinien souverain, dans des frontières sûres et reconnues.

UJRE

Le 8 février 2010

gaza-strophe.JPG

 TELERAMA (5 janvier 2010)

Le 18 janvier 2009 prenait fin l'opération « Plomb durci », offensive militaire israélienne dans la bande de Gaza, lancée le 27 décembre 2008. Le surlendemain du cessez-le-feu, alors que l'intronisation de Barack Obama faisait les gros titres dans le monde entier, les deux auteurs du documentaire (diffusé dans le cadre d'une soirée spéciale Palestine) entraient à Gaza par l'Egypte. Suivant deux militants du Centre palestinien pour les droits de l'homme venus enquêter sur place, ils furent parmi les premiers à filmer les dégâts humains et matériels des raids aériens et ceux de l'offensive terrestre qui suivit.

Sur fond de ruines («Où sont passés les étages ? On ne reconnaît plus rien»,constate un Gazaoui devant ce qui reste de sa maison) suit une terrible série de témoignages avec des images inédites tournées sous les bombes par des cameramen palestiniens.

On peut regretter l'absence d'un contrechamp israélien (on aurait aimé connaître le point de vue des responsables militaires, notamment sur les nombreuses victimes civiles et l'utilisation de certaines armes), mais malgré la proximité des réalisateurs avec ceux qu'ils rencontrent, Gaza-strophe n'est pas un simple film militant.

Rendant hommage au poète Mahmoud Darwish (mort en 2008), il montre surtout la dignité d'un peuple face à l'adversité, et sa volonté de vivre, coûte que coûte.

 

Vincent Arquillière

Télérama n° 3130

 

 

Commenter cet article