Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Michel LeDiablo

royal-mail1.jpg

Le processus de privatisation de Royal Mail, institution publique vieille de cinq siècles assurant les services postaux au Royaume-Uni, a été lancé officiellement jeudi par le gouvernement britannique. C’est la plus grande privatisation réalisée depuis celles de l’époque Thatcher et Major.

 

 

Dans les prochaines semaines, il s’agit d’introduire en Bourse 51% du capital de Royal Mail. Les bureaux de poste resteront propriété de l’État. Sera concernée la partie exploitation du courrier c’est-à-dire boîtes et camions de transport.

 

 

L’opération est lancée alors que l’entreprise connaît une progression de ses bénéfices. Selon une estimation, le gouvernement espère récupérer environ trois milliards d’euros, une affaire au moment où il cherche à réduire son déficit public. Royal Mail est une des vingt entreprises que l’État a décidé de privatiser en application de la « concurrence libre et non faussée » et de la réduction des dépenses publiques exigées par la Commission de Bruxelles.

 

 

Cette privatisation soulève une vaste opposition. Le syndicat CUW représentant deux-tiers des postiers, soutenu par la confédération TUC, est mobilisé dans la préparation d’une grève. Un sondage publié par l’hebdomadaire Sunday Times relève que 70 % des Britanniques y sont opposés.  Ils craignent les suppressions de services, les hausses de tarifs  et les suppressions d’emplois.

 

Les syndicats ayant contribué à faire échouer plusieurs tentatives antérieures d’ouverture du capital, le gouvernement cherche à contourner cette opposition. Il a précisé qu’il distribuerait  gratuitement aux salariés 10 % des actions mises en vente.

 

Source: POI

Commenter cet article