Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Colere-Espoir.jpg

Dans la civilisation contemporaine le mode de production capitaliste prétendait mettre l’économie au service de l’homme et des besoins de tous, au nom de l’idéologie du progrès. Il s’est largement soustrait à cette vocation. L’avidité incommensurable, intrinsèque à cette représentation économique, a abouti à l’édification d’un pouvoir financier multinational destructeur des diverses sociétés, la faillite et la liquidation de l’ensemble du système.

 

A contrario, une société devrait être un ensemble d’hommes et de femmes décidant de s’organiser selon leur libre arbitre en mutualisant leurs énergies et leurs intelligences, les autorisant ainsi à se mouvoir dans un environnement conforme à leurs prétentions. Dès lors, qu’un type d’organisation unique s’approprie la décision, s’accapare l’activité humaine et son profit, à son usage singulier, cette situation invoque l’éviction de l’institution incriminée.

 

Les possédants et les dominants ont une tendance exacerbée à désigner le fatalisme, comme responsable de l’inclinaison présente, alors que leur politique a délibérément provoqué ces circonstances, leur permettant d’initier des politiques oppressives au service de leur idéologie prédatrice.

On ne saurait que s’abstraire de cette société dans laquelle nous évoluons, où tout concourt à satisfaire les besoins et la cupidité d’une minorité, au détriment du nombre toujours plus croissant de nécessiteux. Le démantèlement de ce monde se précise lorsque les droits acquis de longues luttes sont abrogés et que l’iniquité sociale devient un dogme, car les nantis en réclament encore et toujours davantage, au détriment des populations.

« Le capital mourrait si, tous les matins, on ne graissait pas les rouages de ses machines avec de l’huile d’homme » Jules VALLÈS

Pour certains, les évènements de 2008, prémisses d’une dislocation de cette Babel financière, relèveraient de dispositions imprévues dues à une mondialisation ingouvernable. Mais il s’agit en réalité d’une classe d’individus minoritaires, ayant décidé que le maintien de leurs privilèges s’érigerait sur davantage de pauvreté et d’obscurantisme réservés à la majorité d’entre nous. Pourtant nous ne sommes pas responsables de l’incurie délibérée, générée par des gouvernants domestiqués par la finance internationale, dont l’ambition est de nous soumettre au gré du bon vouloir des oligarchies et ainsi de nous déposséder de nos droits élémentaires.

De même, certains veulent que nous accréditions que les nations soient en proie à la désagrégation financière. Or il serait plus juste d’affirmer que les établissements financiers et les actionnaires, arrivent à l’apogée de leur spéculation outrancière et que les politiques développées par ces responsables n’ont pas d’autres objectifs que de les sauvegarder par un détournement planétaire organisé, des ressources financières publiques. Ainsi, sans cesse les coffres de nos bourreaux se regarnissent et, dans un même temps, nos existences et l’ensemble de nos institutions démocratiques se désagrègent, nous livrant à la prédation libérale intercontinentale.

Le libéralisme s’est assigné à remettre en cause les principes de liberté, d’égalité et de fraternité, à saccager le progrès en l’autorisant à pratiquer le profit non seulement durable mais exponentiel et tenter d’éradiquer la solidarité entre les êtres humains.

S’organiser devient donc impératif :

En révoquant cette domination inique

En ne permettant pas à cette caste de monopolisateurs de dicter ses lois.

En abolissant ce système d’exploitation

En osant la révolution

En élevant les consciences

En débarrassant ce monde des servitudes entravantes,

En libérant la pensée créatrice et émancipatrice

En revendiquant sa liberté d’exercer la plénitude de ses droits et potentialités.

En S’insurgeant de manière à mettre un terme au banquet des nantis.

 

Les individus n’ont pas vocation à être asservis après s’être affranchis de la tutelle des rois. Le devoir impératif de ne pas être assujetti à une république usurpatoire s’impose à tous. Aussi, nous sommes face à l’alternative suivante : Soit nous nous soumettons à l’anéantissement de siècles de progrès et de connaissances ou nous libérons, par notre action, la puissance d’inventivité et de création de l’homme désaliéné.

 

Autour de principes fondamentaux, nous proposons :

 

1) Une démocratie organisée

Un des exercices, le moins naturel aux hommes, nécessitant un apprentissage constant et une remise en cause de soi dans sa praxis quotidienne. Nous nous interrogeons si peu sur nos pratiques démocratiques, que nous offrons sciemment notre libre arbitre à une représentativité encline à inverser le suffrage universel, lorsque leur nécessité est loi. Nous avons l’obligation de décliner la démocratie autrement, en révisant ses principes actuels, nous permettant de l’étendre à tous les secteurs de l’existence, selon nos exigences. Organisons nous nous-mêmes dans les quartiers, la cité, les entreprises, partout où nous vivons.

 

2) La disparition de l’économie financiarisée

En lui substituant une autre forme d’organisation, ne s’établissant plus sur l’exploitation des êtres par l’accumulation financière spéculative, mais fondée sur une coopération entre les peuples, que ce soit d’ordre, culturel, philosophique, scientifique.

 

3) L’abolition de l’activité humaine libérale

Instituée sur l’amoncellement du profit financier destiné à l’agiotage et du salariat, par une minorité d’exacteurs.

 

4) La réappropriation collective

S’exercera sur les ressources naturelles et les moyens de production.

 

5) La maîtrise des productions et des flux de distribution et de services

Précepte devant être une des constantes de l’individu, mais dont notre société s’est volontairement départie, lui préférant la coercition qu’elle exerce sur le genre humain, en extirpant un avantage pécuniaire de son labeur.

 

6) La mise en œuvre des ressources naturelles

Au profit du développement de chaque nation et de leur population, en relation avec leurs besoins réels.

 

7) L’universalité des inventions et des découvertes

Mise au service de tous et en faveur du bien-être du genre humain.

 

Lorsque les exploités et les opprimés sont en péril leur salut est en eux. Il est impératif que nous nous opposions, à ce que le mot liberté ne soit pas dilué de nos consciences. Partout, dans nos espaces d’existence, dans nos villes, dans nos villages et dans nos provinces, rencontrons-nous, créons nos comités d’action, de solidarité et de projets, rédigeons les cahiers de la société que nous revendiquons. Partout initions la colère populaire et l’organisation de luttes massives et déterminées, en faveur d’une société fraternelle et solidaire.

 

 « Nous sommes l’esprit rebelle des hommes libres et la démocratie permanente en lutte »

 

Source : « rouge midi »

Commenter cet article