Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Michel El Diablo


non-guerre

Pour 2013 et 2014, la France aura, selon les dires mêmes du Général de Villiers, dépensé près de 3 milliards d’euros pour les opérations extérieures de ses armées. C’est la facture consentie par un gouvernement de gauche pour défendre les intérêts des multinationales capitalistes qui entendent s’approprier des parts de marchés et des matières premières.


Outre les commandes en matériels neufs pour rééquiper les armées, près de 65 milliards d’euros depuis 5 ans, des dizaines de milliards ont été englouties dans ce gouffre sans fond. En même temps, les industries françaises de l’armement ont pour 2013, vu leurs commandes grimper de 43% à l’international.


L’impérialisme français est belliciste et privilégie l’industrie de guerre au détriment des industries civiles qui disparaissent un peu plus chaque année, créant chômage, austérité et misère. Mais le plus infect est que nos gouvernements de gauche et de droite qui se partagent le pouvoir par alternance, déclarent faire la guerre au nom de la Paix et de la démocratie, omettant de dire qu’ils gavent les marchands de canons, qui et on nous l’a rappelés dernièrement pour nous faire passer la facture indécente, emploient 165 000 salariés en France…


Et ils nous disent « la Françafique c’est fini » alors que des milliers de soldats sont en Afrique pour défendre les mines d’uranium et les puits de pétrole et de gaz, menacés par des armées de bandits surarmés par les monarchies du golfe et les Etats-Unis, mais aussi par les pillages des dépôts militaires bombardés en Lybie pour faire tomber celui qui voulait unir l’Afrique dans un bloc anti-occidental, donc dans un bloc anti-néocolonialiste.


Mouammar Kadhafi, comme Saddam Hussein sont tombés parce qu’ils refusaient l’impérialisme UE-USA et la dictature du FMI et de la BM, comme Patrice Lumumba ou Thomas Sankara sont tombés parce qu’ils étaient anti-impérialistes et panafricains… l’histoire ne se répète pas, l’histoire continue avec Bachar al Assad et la Syrie qui vont certainement tombés dans les prochains mois… sauf si les russes en décident autrement car Poutine et Lavrov sont les « descendants » de Staline et Molotov, ils ont le sens d’anticiper les tactiques qui pourraient perturber leur nation, soit-elle devenue bourgeoise et capitaliste.


En effet, le plan est que les forces psychopathes de l’armée barbare, dite islamiste du Levant, se concentrent en Syrie puisqu’elles auront été chassées d’Irak par les armées occidentales qui ont annoncé qu’elles n’interviendraient pas sur le sol syrien...ou comment faire croire que l’occident aide les kurdes sans les aider, du moins sans aider les combattants communistes du PKK, l’ennemi de l’allié turc. D’où les raisons de l’Iran de ne pas s’impliquer dans cette coalisation dont le but est de contourner les vétos russes et chinois à l’ONU lors de la menace d’intervention en Syrie, des alliés précieux pour l’Iran qui sait que la coalition dirigée par son ennemi étasunien aura ensuite le champ libre pour la déstabiliser avec les méthodes de la stratégie du chaos, puis l’attaquer au nom du développement du nucléaire.


Ce n’est pas un complot, c’est la fatalité impérialiste qui guide la stratégie de l’occident otaniste avec l’appui des monarchies vassales du Golfe, à détruire la Syrie, pour encercler la Russie… d’où le lien évident entre la déstabilisation du régime syrien et celle de l’ancien gouvernement pro-russe ukrainien… et les embargos commerciaux décidés par une poignée de va-t’en guerre… la résultante de la chute de l’URSS.


Dans son excellent livre « Staline » paru en 1979, Maurice Hartmann, militant ouvrier devenu dirigeant communiste, rapportait les propos entendus alors qu’il manifestait en septembre 1973 avec des dizaines de milliers d’autres, contre le coup d’Etat au Chili: (Extrait page 11) - ils sont rares maintenant dans les manifestations ceux qui viennent en bleu de travail : ils parlaient comme nous-mêmes, échangeant leurs idées sur l’événement qui nous réunissait. La voix de l’un d’eux, un peu plus forte, attira mon attention. Je prêtais l’oreille.

 

- « tout de même, si ç’avait été Moustache, ça ne se serait pas passé comme ça »


- « C’est sûr »répond un autre

 

- « ce n’est pas la même situation, mais tout de même » répond un autre…

 

J’avais la conviction que ceux-là qui, 20 ans après la mort de Staline, évoquaient la mémoire d’un dirigeant si controversé, n’étaient pas les seuls à le penser dans ce long cortège. Combien de fois l’avait-je déjà entendu cette phrase, à chaque moment difficile, quand les obstacles paraissaient insurmontables : « si c’était lui, il s’en sortirait ! »… //… « Oui Joseph était là pour faire face »


Nous rappelons cela, car la similitude entre le putsch de Santiago et celui de Kiev, à 40 ans d’intervalle, n’a pas eu le même effet sur la population. En 1973, le putsch au Chili était dénoncé et avait provoqué de nombreuses manifestations, en 2013, le putsch en Ukraine était ignoré et même parfois soutenu… pourtant dans les deux situations, ces prises de pouvoir par la force étaient dirigées par des fascistes instrumentalisés et armés par les capitalistes.

 

Mais en 1973, on parlait de putsch militaire au Chili quand en 2013, on parlait de révolution démocratique en Ukraine. En 1973, Allende refusait l’impérialisme yankee au travers des multinationales qui pillaient le Chili, il est devenu un héros… En 2013, Viktor Ianoukovitch refusait l’intégration de l’Ukraine dans l’impérialisme euro-otaniste, il est devenu un foireux…

 

L’un est mort sous les balles des milices du plan Condor, l’autre a décampé devant milices nazies de la Svoboda. C’est vrai d’un côté Allende qui résiste jusqu’au bout et meurt, de l’autre Ianoukovitch qui fuit mais reste vivant… l’un est courageux, l’autre l’est moins, une icône d’un côté, un banni de l’autre…

 

Mais les deux coupables ont été jugés, l’un, Allende, par le tribunal yankee de Langley, l’autre, Ianoukovitch, par le tribunal atlantiste de Bilderberg, et ils ont été condamnés pour le même motif : « refus d’association de malfaiteurs et de se soumettre à l’autorité ». Ils n’ont pas été condamnés par leur peuple respectif mais par des éléments commandés de l’extérieur ayant un point commun, la domination impérialiste, territoriale et idéologique.

 

Aussi, chacun peut comprendre que derrière tout cela se cache une guerre sournoise et réelle entre impérialismes dominants, d’où la lutte des classes qui s’aiguisent dans les nations capitalistes. Les guerres actuelles qui coûtent des centaines de milliards, et les guerres qui suivront d’où la nouvelle course à l’armement, sont des guerres de classes complétement liées à l’antagonisme entre capital et travail, c’est une véritable guerre entre les possédants qui en veulent et en demandent toujours plus et les exploités de plus en plus méprisés et de plus en plus martyrisés…

 

La finalité si nous laissions faire, c’est la dictature mondiale relayée par des dictatures nationales ou impériales, car le monde épuise ses richesses quand la population ne cesse de grossir, la justice sociale et sociétale n’est pas compatible avec la domination capitaliste, sa soif d’argent et de pouvoir.

 

Certains bienpensants tentent de nous faire admettre que le capitalisme est la solution et qu’il peut être adapté et réformé afin qu’il soit moins dur… mais la nature même du capitalisme c’est la barbarie et l’exploitation.

 

Si le capitalisme a été plus docile durant un moment et s’il a cédé quelques « avantages », c’est d’une part que l’organisation (politique et syndicale étroitement liées) disciplinée des travailleurs conscients d’appartenir à une même classe, permettait d’arracher des droits et des conquis sociaux dans des grèves utiles et massives, et que de l’autre la révolution russe et la création de l’URSS avaient permis la création d’un autre système où une classe dominée n’était pas au service d’une classe dominante, mais où les travailleurs étaient au centre de la production pour le bien collectif et l’intérêt commun de la nation.

 

Il suffit de lire la Constitution Soviétique de 1936 pour comprendre que la bourgeoisie mondiale avait tout à perdre, et qu’il lui fallait à tout prix détruire cette réalité objective que les experts capitalistes avaient considéré comme une utopie vouée à la disparition rapide.

 

En effet, il faut toujours avoir en tête que sans la révolution russe, sans l’URSS, sans la création du Parti Communiste, les grandes grèves de 1936 auraient été réprimées comme le fût la Commune de Paris, et qu’avant 1936, la majorité des travailleurs était exploitée comme au temps décrit dans le Germinal de Zola.

 

Il faut toujours avoir en tête, que la Commune de Paris réprimée dans le sang, a été la mère des révolutions socialistes qui ont parcouru le 20ème siècle, et que les capitalistes n’ont jamais hésité pour combattre leur ennemi de classe socialiste, à mettre en place les régimes barbares et racistes avec des dictateurs tels que Mussolini, Hitler, Franco, mais aussi Salazar, Pinochet, Videla, Somoza, Martinez… et tant d’autres, au mépris des intérêts des peuples et au prix du sang de centaines de millions d’êtres humains…. et donc que le capitalisme n’a jamais hésité à déstabiliser des nations entières pour les faire basculer dans des guerres civiles atroces et sanguinaires qui ne peuvent être combattues que par l’organisation des peuples eux-mêmes en tant que masse exploitée et classe laborieuse qui défend ses intérêts et lutte pour elle-même.

 

Rappelons Jaurès, le lendemain du centenaire de son assassinat : « le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage »

 

 

 

Cercle Ouvrier du Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais 

 

Le 20 septembre 2014

 

source : http://joukov.eklablog.com/

Commenter cet article