Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Réflexion des communistes portugais

sur le mouvement des indignés: spontanéité et manipulation

Article d'Albano Nunes, membre du secrétariat du Parti communiste portugais (PCP), paru dans « Avante », organe du PCP

porto-pcp-copie-1.jpg

Alors que la presse quotidienne portugaise a passé sous silence la grande manifestation contre le pacte d'agression du 12 mai dernier à Porto, dans le même temps on consacrait des pages entières à l'action des « indignés », un cas particulièrement grave de mystification mais dont l'explication est bien simple. Effacer la lutte organisée et mettre en avant ces types d'actions aide à semer la confusion et à ôter sa place centrale à la lutte de classe, contribue à affaiblir le front antimonopoliste, ne peut que profiter au grand capital et retarder la mise en place des changements nécessaires, au Portugal comme dans tout autre pays. Voilà l'objectif de la création et de la promotion internationale de symboles, slogans, journées, mouvements et même leaders « mondiaux » comme cela se passe en ce moment avec le « Printemps de l'Indignation ».

 

La question est sérieuse, elle a des précédents qui ne doivent pas être oubliés. C'est le cas des fameux mouvements « anti-alter mondialisation » présentés en leur temps comme l’expression la plus moderne de l'internationalisme ;

 

de la thèse que les bloquistes [NdT : du bloc de Gauche, coalition de gauche dite radicale, des trotskistes à l'aile-gauche de la social-démocratie, farouchement anti-communiste] et tutti quanti défendaient frénétiquement (et défendent encore) que, à l'heure de la « mondialisation »,la lutte dans le cadre national perdrait de son sens et que l'espace de transformation sociale passerait au plan européen, justifiant ainsi sa capitulation face à l'Union européenne des monopoles sous couvert d' « européisme de gauche » ;

 

des campagnes visant à remplacer le rôle historique de classe ouvrière par un « nouveau sujet révolutionnaire », comme en « Mai 68 » ou, plus récemment, avec le « mouvement des mouvements » ou les « multitudes » de Negri ;

 

des tentatives pour enlever du Forum social mondial les partis et forces révolutionnaires et faire de la place au réformisme et à la social-démocratie, à tel point que Mario Soares a pu apparaître, à coup de médiatisation, comme le porte-drapeau de l' « altermondialisation » ;

 

des illusions semées autour d'ATTAC et des ambitieuses manœuvres bloquistes pour instrumentaliser le « Forum social portugais » et imposer au mouvement populaire un agenda piloté par l'étranger ;

 

de la promotion, avec le déguisement cynique de l' « internationalisme », du « Parti de la gauche européenne » (PGE) dont le PCP s'est toujours démarqué en raison de sa nature supranationale et du cordon ombilical qui le lie à l'UE, une organisation à laquelle le Bloc de gauche s'est empressé d'adhérer.

 

Hier, l' « anti-alter mondialisation », aujourd'hui « Printemps de l'indignation » et autres constructions internationales plus ou moins social-démocratisantes, constructions aux façades diverses mais toujours avec le même but, celui de réhabiliter le capitalisme, reconnaissant et même caressant le droit à l'indignation, mais pour la récupérer et la confiner dans les limites du système. Et dans le même temps qu'il passe sous silence et combat la lutte organisée, il alimente le spontanéisme et le mouvementisme inconséquent et frustrant le potentiel de la lutte des masses ; il nie la réalité de la lutte de classe et combat par tous les moyens le syndicalisme et le parti de classe ; il canalise vers un individualisme anarchisant et réformiste de réels sentiments de colère et d'indignation qui se trouvent ainsi temporairement éloignés du mouvement populaire.

 

Le cadre complexe de la situation nationale et internationale garde en son sein bien des interrogations et incertitudes quant à leur évolution à court et moyen terme. Mais l'expérience confirme avec la croissance des luttes populaires à travers le monde, dont les commémorations du 1er mai furent une magnifique expression, que de grands périls coexistent avec de grandes possibilités de transformation progressiste et révolutionnaire. Ce qui est vrai, pour le Portugal et pour le monde entier, c'est que la voie de l'alternative est difficile, et que le tournant nécessaire n'est pas en vue. Il naîtra de la lutte elle-même. Continue et organisée, articulant le combat dans chaque pays avec la solidarité et l'action convergente sur le plan international, pour la défense des intérêts concrets et immédiats des travailleurs et des peuples tout en ayant toujours à l'horizon le socialisme.

 

C'est de cette perspective-là que la classe dominante cherche à éloigner les masses.

 

Traduction AC

Source : « Solidarité Internationale PCF »

Commenter cet article