Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Le Diablo

ptb-go.png

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Trois élections se tenaient simultanément en Belgique le 25 mai 2014 : élections fédérales (nationales), régionales et européennes. Le Parti du travail de Belgique (PTB), marxiste et critique envers le PGE, continue à progresser et intègre le Parlement national.

 

Le PTB (Parti du travail de Belgique) était attendu comme une des possibles surprises du scrutin du 25 mai marqué en Europe par la montée des extrêmes-droite. Le résultat est à la hauteur des attentes, il ancre une force de gauche radicale, marxiste dans le paysage politique belge.

 

Certes, le PTB ne parvient pas à élire de député au niveau européen. Il pâtit du mode de scrutin qui répartit les élus en trois collèges linguistiques (12 néérlandophones, 8 francophone, 1 germanophone).

 

Avec un très bon score de 5,5 % ( + 4,4 points par rapport à 2009) dans le collège francophone, le PTB ne peut élire de premier député sur une liste menée par la jeune Aurélie Decoene. Dans le collège néérlandophone, le PTB passe également de 0,9 à 2,4 %.

 

Les deux premiers députés nationaux du PTB !

 

Pour ce qui est des élections nationales, des résultats tout aussi encourageants pour le PTB vont payer. Comme le fait remarquer le soir du scrutin le porte-parole du PTB Raoul Hedebouw :

 

« Pour la première fois, depuis 25 ans, une nouvelle famille politique de la vraie gauche, représentée en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles, fait son entrée dans les parlements régionaux et au fédéral. Nous envoyons deux députés au fédéral, probablement deux élus au parlement wallon et sans doute quatre au parlement bruxellois. »

 

En effet, lors des élections fédérales, le PTB va entrer au Parlement fédéral : avec un score de 3,8 %, le Parti du Travail fait plus que doubler son score de 2010 (1,5 %), il gagne surtout ses deux premiers sièges.

 

Ses premiers mandataires seront Raoul Hedebouw élu à Liège, et Marco van Hees élu dans le Hainaut, deux places fortes du mouvement ouvrier en Wallonie.

 

Les meilleurs scores dans les bastions ouvriers de Wallonie

 

Les meilleurs scores du PTB, parti pourtant originairement implanté plutôt du côté flamand, sont les plus remarquables en Wallonie, avec 4,9 % à Namur, 5,1 % dans le Hainaut, et 8,1 % à Liège.

 

Dans la région flamande, les résultats sont généralement plus modestes dans un climat hostile, avec l'hégémonie du parti nationaliste flamand N-VA et du parti fasciste Vlaams Belang. Il obtient toutefois un score de 4,5 % dans la province d'Anvers (et 8,9 % dans la ville), échouant de peu à faire élire son président Peter Mertens.

 

Des résultats reflétés par ailleurs lors des élections régionales, le PTB réussit à obtenir 5,76 % aux élections au Parlement wallon, 3,86 % à Bruxelles et 2,5 % au Parlement flamand. Il gagne 2 élus au Parlement wallon, et 4 à Bruxelles.

 

Le président du PTB en a profité le soir des élections pour clarifier le sens de cette victoire électorale :

 

« Le soir des élections, Peter Mertens a déclaré aux militants rassemblés à Anvers : « Il y a 120 ans, le premier socialiste, Edouard Anseele, originaire de la ville flamande de Gand, était élu dans la ville wallonne de Liège. Anseele parlait la langue de toute la classe ouvrière. Aujourd’hui, Raoul Hedebouw est aussi élu à Liège et il parle la langue de l’ensemble de la classe des travailleurs. Nous sommes un parti national qui ne se laisse pas diviser par le lieu où l’on est né ou par la langue que l’on parle à la table de la cuisine. Pour nous, c’est l’intérêt social qui prime, l’intérêt social de tous dans ce pays. »

 

Il a ajouté : « Durant cette longue campagne, nous avons jeté les fondations d’un courant social de fond, dont nous aurons absolument besoin ces prochaines années. Notre engagement est celui de défendre les intérêts la classe des travailleurs, dans toute sa diversité ; des jeunes dans toute leur dynamique ; des sans-voix, de ceux qui, dans cette société, sont considérés comme des numéros ; de tous ceux qui vivent des temps difficiles. »



Faire payer les riches, défendre les services publics, créer des emplois stables : un programme qui touche les travailleurs

 

Le PTB avait fait lors de ces élections le pari du rassemblement. Rassemblement des travailleurs, des citoyens avant tout. Ouverture également à d'autres partis de gauche, avant tout une alliance historique avec le Parti communiste dans les listes « PTB-GO » (Gauche d'ouverture).

 

La campagne du PTB s'est axée sur des axes forts qui ont su toucher les travailleurs belges :

 

  • faire payer les riches, par une profonde réforme fiscale (taxe sur les millionnaires, baisse de la TVA) ;

 

  • défendre les services publics, en commençant par la nationalisation des banques, la reconquête d'une Poste 100 % publique ;

 

  • créer des emplois stables, dans la fonction publique, l'industrie, en luttant contre le travail précaire, favorisant les départs à la retraite après 38 ans de carrière, rendant plus difficile les licenciements ;

 

Le PTB est aussi un des rares partis réellement « national », refusant les divisions linguistiques, les fractures régionales alimentant les haines xénophobes, les séparatismes. Le PTB a toujours lié bataille pour l'unité nationale, intégration des immigrés et défense de tous les travailleurs.

 

Un parti critique envers la ligne « euro-compatible » du PGE : cela paie !

 

Enfin, en ces temps de confusionnisme européen, où certains tentent de créer la confusion entre d'un côté la gauche communiste, de rupture avec l'UE du capital, visant à l'abolition du capitalisme ; de l'autre une « gauche euro-compatible », d'accompagnement du capitalisme, d'humanisation du système, il est bon de rappeler le parti-pris du PTB.

 

Le PTB a manifesté une critique ferme du PGE (Parti de la gauche européenne) créé en 2004, avec des financements de la Commission européenne, pour favoriser l'idée d'intégration européenne au sein de la gauche radicale, transformer les partis communistes en formations de gauche inoffensives pour le système capitaliste.

 

Depuis, le PGE a servi à alimenter la transformation des partis communistes (ou ce qu'il en restait déjà) en Allemagne, Italie, France vers des mouvements de gauche pro-européens, avec des réussites électorales très mitigées, et des conséquences sociales catastrophiques.

 

Et le PTB n'a pas changé son analyse, partenaire privilégié du KKE grec et des autres partis communistes (AKEL chypriote, PC portugais et ses voisins les PC néerlandais, allemand et luxembourgeois) avec lesquels il anime les Rencontres des Partis communistes.

 

Au moment où les communistes italiens sombrent dans leurs choix du reniement (passant de 8 % en 2006 à moins de 3 % aujourd'hui), que les communistes français s'empêtrent dans leurs choix de mutation-transformation dans le Front de gauche, le Parti du travail belge relève la tête.

 

En 2003, le PTB réalisait 0,5 %. Aujourd'hui, il est à 3,7 % et obtient ses premiers députés nationaux. Plus qu'en Italie (0 communiste), guère moins qu'en France.

 

A noter qu'en Belgique, le Parti communiste belge s'est rallié à la ligne et aux listes du PTB, après avoir tenté une expérience de « Front des gauches » avec la LCR à la fin des années 2000 qui s'est révélé être un fiasco, le calcul politicien du Front des gauches se révélant moins rassembleur que la ligne de masse du PTB.

 

Bravo en tout cas à nos camarades belges du PTB … même si ce n'est qu'un début !

Commenter cet article