Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Déclaration du Front Syndical de Classe

fsc.jpgLa France connaît depuis plus de deux mois un épisode de luttes exceptionnel par son ampleur, sa durée, ses formes et sa détermination. Dès la rentrée de la Toussaint, les blocages et les actions ont repris à l’initiative de nombreux comités locaux de luttes ou des étudiants comme à Nanterre.

Parti et construit en-bas contre la régression sociale généralisée et l’insupportable casse des retraites imposées par un gouvernement aux ordres du MEDEF et de ses profits, ce mouvement massif et continu de blocages, de grèves reconductibles ou tournantes, d’interventions de la jeunesse lycéenne et étudiante, de manifestations, d’assemblés et d’initiatives interprofessionnelles dans d’innombrables localités de tous les départements, marque déjà l’histoire de notre pays et en ouvre une nouvelle étape.

D’abord parce que la conscience et la colère sont désormais très largement majoritaires contre Sarkozy et son gouvernement. Les masques sont tombés : Sarkozy gouverne aux ordres d’une bande de grands actionnaires, de grands capitalistes, qui sont décidés à saigner le peuple pour maintenir leurs profits maximum. Cela s’appelle la lutte des classes.

Ensuite parce qu’il est de plus en plus clair que l’offensive contre la retraite s’inscrit dans le cadre d’une Union européenne qui organise la casse continentale des acquis sociaux et démocratiques, appliquée par les gouvernements nationaux, qu’ils soient néo-libéraux ou sociaux-démocrates. C’est ainsi en 2002 à Barcelone qu’a été décidé le recul de l’âge de la retraite à 67 ans dans tous les pays de l’UE avec pour la France l’accord de Chirac et de Jospin. Le récent vote du « Parlement » européen en faveur des retraites par capitalisation, avec le soutien de nombre de socialistes français, va dans le même sens.

Enfin parce que la lutte met côte à côte salariés du public et du privé, jeunes et moins jeunes, français et étrangers, surmontant les divisions artificielles entretenues par le pouvoir. C’est bien tout ensemble et en même temps et par le blocage des profits que nous pouvons battre ce pouvoir qui tient l’économie, la justice, les médias, la police… et qui mène consciemment sa guerre de classe.

Au final, notre pays en action permanente, ce peuple uni en bas qui dit bas les pattes contre nos acquis sociaux ont déjà changé les choses et fait passer la peur dans le camp d’en face.

Aujourd’hui et demain, contre la réforme des retraites et les mauvais coups qui s’annoncent (services publics désossés, emplois délocalisés et salaires comprimés, sécurité sociale sacrifiée aux intérêts financiers…), c’est cette résistance qui est à l’ordre du jour et qui doit s’amplifier pour ne laisser aucun répit à Sarkozy et au MEDEF.

Dans ces conditions, il ne faut en particulier pas permettre à Sarkozy et au Medef de se refaire une santé en participant à des « négociations-bidons » sur l’emploi des jeunes et des seniors, alors que la réforme des retraites condamne les uns comme les autres à bosser jusqu’à l’épuisement et à une retraite de misère !

On ne s’étonne pas trop que ce soit Chérèque qui ait lancé le premier cette idée de négociation, reprise par Sarkozy et le Medef avec un empressement d’autant plus grand que ça leur rapporte beaucoup sans rien leur coûter !

On ne s’étonne pas plus d’ailleurs que la Confédération Européenne des Syndicats (CES), bras armé syndical de l’Union européenne et apôtre du désarmement des travailleurs par le « dialogue » entre « partenaires sociaux », n’ait jamais soutenu les luttes en France. A part une lettre de son secrétaire général John Monks aux directions syndicales en forme de service minimum, elle n’a diffusé aucune information sur la situation en France et encore moins travaillé à faire converger les luttes qui se développent en Grèce,  Espagne, Belgique, Allemagne…. Comment aurait-il pu en être autrement alors que la CES s’est félicitée de la constitution européenne et de son adoption malgré le NON des travailleurs français (ou irlandais ou néerlandais) et qu’elle soutient elle-aussi les plans européens de développement des retraites par capitalisation ?

A l’opposé de ce syndicalisme de résignation, il est indispensable que la CGT quitte la CES (et que la FSU n’y entre pas !) et qu’elle ré-adhère à la Fédération Syndicale Mondiale (FSM) qui regroupe sur des bases de classe des dizaines de millions de travailleurs dans le monde entier. Les appels de la FSM, la présence de son secrétaire général George Mavrikos sur la manifestation parisienne du 28 octobre sont autant de signes que les luttes en France sont observées et soutenues dans le monde entier.

Le magnifique résistance en France et les initiatives à la base, cette unité qui se développe, cette conscience qui progresse de qui sont les ennemis et les faux-amis, donnent le signal d’un nouvel espoir porté par des luttes offensives, construites et dirigées par des travailleurs et des organisations de base qui savent que la lutte des classes existe et qu’elle doit être gagnée.

La peur a changé de camp et ce qui se passe durant cet automne 2010 est annonciateur des victoires à venir.

Poursuivons et amplifions la résistance.

Front Syndical de classe 

Le 3 novembre 2010

Commenter cet article

Jacques 03/11/2010 19:59



il est isolé mais il règne et enattendant nous sommes un peu plus pauvres chaque jour en travaillant dur.