Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

 

La politique allemande s’affirme dans l’Union européenne avec une violence croissante. L’agression subie par les peuples grec et chypriote est d’une brutalité inouïe. Au Portugal, en Espagne, en Italie, l’idéologie et les méthodes allemandes sont en train de provoquer des catastrophes. En France, le gouvernement accepte de se soumettre aux injonctions de l’Allemagne, dont les conséquences seront de plus en plus désastreuses. Je dis bien l’Allemagne car c’est elle qui inspire les dirigeants de la Banque centrale européenne et qui domine l’Eurogroupe. En Grèce, au Portugal, à Chypre, la Troïka est le bras armé de l’Allemagne, haïe comme telle.

 

J’écris ces lignes avec regret. Quand l’Allemagne unifiée a trouvé sa pleine souveraineté après avoir signé le traité de Moscou du 12 septembre 1990, elle a abandonné tout projet d’impérialisme ethnolinguistique et nous pouvions espérer qu’elle apporterait désormais une contribution paisible et démocratique à l’équilibre des ensembles européens.  Cet espoir n’a plus lieu d’être. Il n’a pas été détruit par des ressentiments et des haines que nous aurions trop longtemps étouffés mais par la politique allemande : celle de la Chancelière, du gouvernement, des principaux partis politiques allemands. Politique égoïste, nationaliste, qui cette fois ne conduira pas à l’affrontement militaire -  l’Allemagne a renoncé à l’arme nucléaire dont la France dispose – mais qui est d’une insupportable violence monétaire, économique et financière.

 

Cette violence, le peuple allemand en est lui-même victime car ses dirigeants mènent une politique de classe qui enrichit les riches et accable une grande partie de la population : 16% des Allemands vivent sous le seuil de pauvreté en raison de la déflation salariale. Le faible taux de chômage est un leurre quand des millions de travailleurs vivent dans la précarité avec des salaires à 400 euros en attendant de toucher des retraites de misère. La compétitivité allemande ne signale pas des qualités supérieures ; elle résulte des bas salaires, de l’insécurité sociale et des délocalisations industrielles en Europe centrale – où des Tchèques, des Slovaques, des Hongrois sont payés a minima.

 

Comme l’Allemagne exporte principalement dans la zone euro, elle peut y imposer, sans inconvénient pour elle, le dogme de la monnaie forte. Ce faisant, elle exporte sa violence. Comme les dévaluations sont impossibles, les pays qui ont adopté l’euro reprennent les recettes allemandes ou se les laissent imposer par la Troïka : rigueur budgétaire, baisse du pouvoir d’achat, baisse de la protection sociale, puis baisse des salaires dans l’espoir de relancer l’exportation. Ainsi fixé, l’objectif est absurde : tous les pays ne peuvent devenir exportateurs les uns vers les autres et la baisse de la demande conjuguée à la baisse des dépenses publiques engendre la récession.

 

En exportant sa violence, l’Allemagne reçoit de la haine en retour – celle des Grecs, des Espagnols, des Portugais qui ne supportent pas d’être sacrifiés. C’est ainsi que l’Allemagne a détruit le projet d’intégration européenne qui semblait être le sien. Et le début de la crise chypriote a montré que l’Allemagne récusait tout principe de solidarité : Berlin ne veut pas payer pour sauver des banques étrangères et des Etats surendettés. Les gouvernements inféodés – y compris le gouvernement français – devront durcir des mesures de rigueur qui, on le voit en Grèce, finissent par détruire la société.

 

L’Allemagne profite, avec un parfait cynisme, des effondrements économiques et sociaux qui bouleversent l’Europe du Sud. De plus en plus nombreux, des Grecs, des Espagnols et des Portugais s’exilent dans cette Allemagne en déclin démographique qui a grand besoin de jeunes déjà formés. Et comme l’Allemagne importe de l’Est de la main d’œuvre à bon marché – y compris pour les prestations sexuelles –  le pays prédateur gagne sur tous les tableaux. Gain provisoire, car les produits allemands trouveront de moins en moins preneurs dans une zone monétaire en récession et guettée par la dépression.

L’issue n’est pas dans la surenchère nationaliste mais dans une sortie de l’euro accompagnée de dévaluations massives qui feront comprendre à Berlin qu’il faut repenser les relations entre nations européennes.


Bertrand Renouvin

Editorial du numéro 1033 de « Royaliste » – 2013

Source

Commenter cet article