Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Penser

De nos jours, les grévistes peuvent compter sur la "gauche" pour se faire torpiller.

 

"Il faut savoir terminer une grève a-t-on entendu..." Ou encore, la dénonciation des "gauchistes..." récalcitrants à voter le budget...

 

Conséquence logique, le FN n'a plus qu'a ramasser les miettes... Encore l'Europe, la libéralisation, la concurrence dans le rail, l'abandon des classes populaires isolées dans les zones périurbaines... Ce matin, le vice-président du FN annonçait supporter les grévistes...

 

Face a un establishment "excédé" par les grèves, (les pauvres chouchous), le Front National affirme qu'il est lui derrière les ouvriers... encore une fois...

 

Une démission inqualifiable des socialistes, qui risque fort de se payer comptant en 2017, lorsqu'il s'agira de défendre la veuve et l'orphelin...

Le Monde : Florian Philippot soutient les cheminots en grève

Les cheminots en grève ont reçu, mercredi 18 juin, le soutien de Florian Philippot. Invité de l'émission Questions d'info sur LCP en partenariat avec Le MondeFrance Info et l'AFP, le vice-président du Front national a déclaré :« Il y a sûrement des motivations corporatistes pour certains – et il faut les combattre – mais pour d'autres, je pense qu'il y a des motivations de bonne foi, d'intérêt général et je ne veux pas criminaliser par avance un mouvement social. »

 

La grève dure depuis huit jours à l'appel de la CGT-cheminots et de Sud-Rail et vient d'être reconduite alors que se déroulent les épreuves du bac. « Il n'y a pas de grève inadmissible, ça n'existe pas. Le droit de grève existe en France, il est même constitutionnel », a fait valoir Florian Philippot.

 

L'objet du litige est le projet de réforme ferroviaire en cours d'examen à l'Assemblée nationale. Le texte vise àregrouper la SNCF et Réseau ferré de France dans une holding publique et à préparer l'ouverture du rail à la concurrence. Le FN le combat radicalement : « les lignes TGV vont être libéralisées en 2019 et les lignes régionales en 2022. Nous sommes à fond contre. On l'a fait dans le fret, ça a été une catastrophe pour la SNCF», a fait valoir son vice-président.

 

« UN RETOUR CENT ANS EN ARRIÈRE »

 

Réfutant l'argument selon lequel la libéralisation du rail pourrait faire baisser les prix, Florian Philippot a rétorqué : « C'est ce qu'on nous sort à chaque fois. Malheureusement, quand on a fait la libéralisation du gaz et de l'électricité, ça s'est traduit par une explosion des prix pour les consommateurs et pour les usagers. »

 

Le vice-président du FN a réclamé le « gel » des directives européennes de libéralisation du service public, en estimant qu'à la SNCF, elles allaient se traduire par « un retour cent ans en arrière, des compagnies privées qui vont se faire la guerre sur le rail français » avec « plus d'insécurité, moins de dessertes rurales, moins de dessertes pour nos villes moyennes dans les départements ».

 

Ses arguments collent à ceux de la CGT, mais il s'en défend. Il assure qu'« il n'y a pas d'axe CGT-Front national » et assène : « en 2005, le numéro 1 de la CGT Bernard Thibault a appelé à voter oui au traité constitutionnel européen, ce n'est pas rien. »

Françoise Fressoz

 

Antoine Lamnège

 

Lu sur le blog L'ESPOIR

Commenter cet article